Le parvis de la BnF, un lieu d'inspiration et de création

Par Béatrice MICHEL, le 29 Novembre 2011

Pour le lancement de son nouveau PC portable, le constructeur coréen Samsung s’est offert les services du danseur SpeedyLegz, un talentueux danseur de hip-hop spécialiste de Turf dancing,  pour trois spots publicitaires tournés à la Bibliothèque nationale de France (dont le dernier sortira le 1er décembre). Réalisés par le studio de création No Brain pour l’agence Cheil France, ils jouent magnifiquement avec l’architecture de Dominique Perrault, le décor se construisant et se déconstruisant comme pour répondre aux mouvements du danseur.
La BnF et en particulier son parvis ont servi de décor à de nombreux films, publicités, photos de mode, événements et autres manifestations plus ou moins éphémères. En 2002, la BnF participait par exemple aux « Nuits blanches » organisées par la Ville de Paris : un Tétris géant et d’autres jeux de lumières animaient les tours. Chaque année, depuis trois ans, l’esplanade accueille Le Dansoir, la yourte salle de spectacle de Karine Saporta. En 2003, c'était au tour des œuvres monumentales du sculpteur britannique Anthony Douglas Cragg, dit Tony Cragg, d'envahir le parvis en bois d’ipé. Des concerts y sont aussi régulièrement organisés pour la fête de la Musique et l’Ecole nationale des Arts Décoratifs y présente chaque année ses « Evénements Spectaculaires ».
La BnF loue également des espaces sur ses quatre sites pour des réceptions privées ou des évènements prestigieux.

Pour en savoir plus : Les multiples vies de l'esplanade de la BnF, Odile Faliu, Blog Lecteurs - BnF,  17 octobre 2011.

 

Pour aller plus loin :

 

Tags : BnF (Bibliothèque nationale de France), Création artistique, Publicité

Liens réseaux sociaux

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Cette question permet de s'assurer que vous êtes un utilisateur humain et non un logiciel automatisé de pollupostage (spam).
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.