Your e-book is watching you

Par Béatrice MICHEL, le 03 Juillet 2012

Le libraire américain Barnes & Noble a récemment révélé qu’il utilisait sa liseuse Nook pour recueillir de nombreuses informations et établir des statistiques sur les habitudes de lecture de ses utilisateurs. En effet, lorsqu’elles sont connectées à internet, les liseuses électroniques (y compris le Kindle d’Amazon) permettent d’étudier assez finement la façon dont le lecteur s’approprie un texte, chose impossible avec un livre papier. Amazon a ainsi pu relever, par exemple,  par l’intermédiaire de son Kindle, que 18 000 lecteurs avaient surligné la même phrase du tome 2 de la trilogie Hunger Games, ou que les lecteurs de cette série lisent en moyenne 57 pages à l’heure. Toutes ces informations peuvent paraître anecdotiques, mais elles intéressent grandement les éditeurs et les libraires en ligne qui y voient la possibilité d’entrevoir « l’esprit du lecteur » et surtout un moyen d’améliorer les livres pour mieux « capter » l’attention de leurs publics et, à terme, améliorer leurs ventes.

Si les éditeurs se réjouissent de pouvoir ainsi mesurer les pratiques de lecture de leurs publics, le rapport intime et solitaire que le lecteur entretient avec le livre s’en trouve, lui, dangereusement bouleversé.

Pour en savoir plus : Les acteurs du livre électronique commencent à analyser le comportement des lecteurs, Audrey Oeillet, Clubic.com, 29 juin 2012.

statue lisant un livre
Reading Over His Shoulder /source :  Kate e. did pour Flickr/ CC-by-NC-SA 2.0
 

Pour aller plus loin :

 

Catégorie : Le monde de l'information, Innovation et numérique, Libraires et éditeurs

Tags : Données personnelles, Librairies en ligne, Édition, Liseuses, Données statistiques

Liens réseaux sociaux

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Cette question permet de s'assurer que vous êtes un utilisateur humain et non un logiciel automatisé de pollupostage (spam).
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.