Lutte contre l’exclusion numérique : quelles initiatives ?

Par Pierre MOISON le 22 juillet 2014

L’association lyonnaise DocForum organise des rencontres autour des enjeux techniques, économiques et socio-culturels de la société de la connaissance. En juin dernier, elle a organisé un séminaire sur l’appropriation du numérique par les publics en difficultés, Le numérique ce n’est pas exclusif. Cet après-midi a été l’occasion d'identifier les actions proposées dans les différents espaces publics numériques, ainsi que par d’autres  acteurs de l'action sociale.

Michel Briand, directeur adjoint de la Formation à Télécom Bretagne et membre du Conseil National du numérique, a présenté le rapport Citoyens d’une société numérique - Accès, Littératie, Médiations, Pouvoir d’agir: pour une nouvelle politique d’inclusion, qui entend mettre le numérique au service de la réduction des inégalités. Ce rapport propose notamment de sanctuariser une part du financement des infrastructures numériques pour des actions de médiation et de  promotion de la littératie numérique1. Il recommande également l’échange de bonnes pratiques entre les différents lieux d’accès public à internet ; ce partage d’expérience est bien illustré par le réseau Doc à Brest, qui favorise l’émulation entre professionnels de la documentation Brestois, au travers d’ateliers de formation continue. Autre élément à retenir selon Michel Briand, les démarches de design des politiques publiques et d’innovation participative, illustrées par le dispositif Biblioremix, qui propose de  « repenser, remixer la bibliothèque avec les habitants, des bidouilleurs, des designers » sur le modèle du Fablab.

André Lebot, responsable du restaurant social Pierre Landais à Nantes, a présenté les ateliers d'insertion qu’il y a mis en place. Ce restaurant qui propose des déjeuners aux personnes en difficulté économique ou sociale a développé progressivement une importante offre de services : il propose actuellement quatre bornes internet, un téléphone en accès libre, des abonnements de presse, des livres déposés par la médiathèque (sur propositions des usagers), ainsi que de nombreuses activités (notamment autour de la reconquête de l’image de soi et de la santé). Ces différentes actions sont portées par 3 travailleurs sociaux et 30 intervenants extérieurs. L’utilisation d’internet s’avérant essentielle pour les usagers du restaurant, des ateliers TIC ont été mis en place, orientés vers les besoins des usagers : par exemple, en achetant un meuble d’occasion sur leboncoin.fr, ceux-ci pratiquent la lecture et l’écriture sans s’en rendre compte, et retrouvent confiance en eux en s’apercevant qu’ils sont capables de trouver une information par eux-mêmes. Les usagers publient désormais eux-mêmes une lettre d’information, qui décrit les menus du restaurant social, des bons plans et des actualités de la ville. Cette initiative a fait l’objet d’une fiche pratique pour l’Agence Nationale de Lutte contre l'Illettrisme.

 

Valérie François, Chargée de mission Solidarités Numériques à la Région Rhône-Alpes, a présenté le plan régional de lutte contre l’exclusion numérique, Solidarité numérique, qui s’est traduit par le dispositif du Pass Numérique. Ce projet, mis en œuvre en partenariat avec la CORAIA (Coordination Rhône-Alpes de l’internet accompagné) et la m@ison Tic de Grigny, propose 10 heures de formation à tout citoyen souhaitant développer sa culture numérique. Les séances abordent la maitrise de l’identité numérique, l’accès à l’information, la production d’information, les démarches administratives numériques, le numérique et le lien social local. 1000 sessions ont été délivrées en 2014 ; 2000 sont attendues pour 2015.

Le témoignage de Pierre André, qui dirige la bibliothèque du 2ème arrondissement de Lyon, a permis de mesurer les difficultés que peut poser l’accueil des publics migrants en situation de précarité dans les espaces publics numériques. Ces publics utilisent principalement les postes informatiques pour communiquer avec leur famille à l’étranger. La barrière de la langue génère des problèmes de respect des règles et de cohabitation avec les autres publics. Mais peut-on pour autant parler de détournement de la bibliothèque ? N’en est-il pas de même pour les étudiants qui viennent à la bibliothèque pour utiliser le wifi, ou pour faire du soutien scolaire ? Surtout, face à ce public spécifique, que peuvent apporter les bibliothécaires, dans la mesure où les locaux ne permettent pas l’apprentissage des langues, et si les variations imprévisibles des flux de population ne permettent pas de mettre en place de l’interprétariat ?

D’autres projets numériques au service de l’inclusion sociale sont venus compléter ces témoignages :

Le projet Emmaüs Connect, présenté par Pierre Jacques Olivier, qui propose aux populations les plus fragiles des offres et des équipements à tarif solidaire (carte prépayées mobiles et internet, téléphones, ordinateurs), ainsi qu’un accompagnement pédagogique avec des rendez-vous de conseil personnalisé et des ateliers thématiques.

Le dispositif Serveurs solidaires, présenté par François Aubriot, fondateur de la société Dot River, qui a permis d’équiper en postes informatiques le Village Mobile (lieu d’accueil pour sans-abris à Villeurbanne) à l’aide de PC recyclés reliés à un serveur unique.

Le projet Internet pour tous de la ville de Fontenay-sous-Bois, présenté par Florent Lajous, chargé de mission développement local internet et habitat social à la Mairie de Fontenay-sous-Bois.

Lors de cette journée, différents acteurs et réseaux ont été évoqués, notamment Netpublic (site de partage et d'échange pour les acteurs de l'accompagnement aux technologies de l'information et de la communication), l’association CRéATIF (Accès public et appropriation citoyenne des technologies de l'information), l’association Arsenic (Association Régionale de Soutien aux Espaces Numériques de l’Information et de la Communication), le laboratoire Marsouin, le réseau européen des Living Labs.

Mais également des institutions comme la Délégation aux usages de l’internet, qui anime plusieurs projets et sites (Proxima mobile, Ordi 2.0, Internet sans crainte, Portail des métiers de l’Internet, NetEmploi), le Conseil national du numérique, l’appel à projets Services numériques culturels innovants du ministère de la Culture et de la Communication (et notamment le Leden, outil de veille internationale sur l'innovation numérique pour la médiation culturelle et scientifique).

Ainsi que des acteurs en Rhône-Alpes : la CORAIA (coordination Rhône-Alpes de l’internet accompagné), le Living Lab Erasme (innovation et design participatif) et la M@ison Tic de Grigny (numérique et éducation populaire).


 [1] Littératie numérique : aptitude à comprendre et à utiliser le numérique dans la vie courante.

 

Tags : Technologies de l'information et de la communication, Fracture numérique, Intégration sociale, Inclusion numérique, Fablab, Conseil National du Numérique, Délégation aux usages de l’internet, Espaces publics numériques, Docforum, Solidarité numérique, BiblioRemix, CORAIA

Liens réseaux sociaux