Prêt numérique en bibliothèques : le modèle américain - épisode 1

Par Catherine MULLER le 27 Mai 2014

Nous poursuivons la série de billets sur l'étude comparée des modèles de prêt numérique en bibliothèques en France et dans le monde. Ces analyses sont issues des travaux de recherche menés par Hans Dillaerts sur l'intégration du livre numérique dans l'offre de services des bibliothèques, dans le cadre de son postdoctorat au sein du Département Recherche de l'enssib.

Les livres numériques : un service de prêt relativement méconnu malgré l' investissement des bibliothèques

Développement continu et rapide du service de prêt numérique

D'après l'enquête de 2013 parue dans Library Journal, en coopération avec le School Library Journal, sur l'usage des ebooks dans les bibliothèques américaines, Survey of Ebook Usage in U.S. Public Libraries, le nombre de bibliothèques proposant un service gratuit de prêt numérique a augmenté de plus de 20 % en 4 ans assurant quasiment une couverture à l'ensemble du territoire, avec toutefois des zones mal ou non desservies. Il est en effet important toutefois de souligner dans ce contexte d'essor la fracture numérique qui se creuse entre les bibliothèques de zones urbaines et les bibliothèques de zones rurales. D'après cette enquête, ce sont les usagers de 35 à 44 ans qui sont les utilisateurs les plus actifs du prêt numérique. 

- 2010 : 72%
- 2011 : 82%
- 2012 : 89%
- 2013 : 89%

Quant à l’offre de livres numériques dans les bibliothèques américaines, elle connaît elle aussi une augmentation exponentielle passant d'une année sur l'autre au double voire au triple de sa valeur initiale. 

- 813 titres en 2010
- 1750 titres en 2011
- 5080 titres en 2012
15310 titres en 2013

En prélude à cet essor significatif et de nouveaux services de prêt numérique dans les bibliothèques américaines, et de l'offre éditoriale qui l'a accompagné, on observe un engouement certain du public pour les nouveaux dispositifs de lecture numérique et l'existence réelle d'une demande pour le développement de l'offre éditoriale numérique, contrairement au contexte européen où les bibliothèques les ont anticipées plutôt qu'accompagnées.

Dès 2006 la sortie des liseuses Sony avait suscité un intérêt du grand public technophile pour les livres numériques. La sortie du Kindle Amazon un an plus tard, en 2007, n'a fait qu'accélérer ce phénomène de curiosité et d'appétence pour ces nouveaux modes de lecture1. Pour preuve, l'enquête annuelle de 2013 sur les bibliothèques américaines, State of America’s Libraries Report 20132qui montre que la proportion de lecteurs ayant une liseuse électronique Kindle ou Nook passe de 18% à 33% entre 2011 et 2012.
C'est en réponse à cette acculturation rapide des usagers à la lecture sur écran que les 
bibliothèques américaines ont vu l'opportunité de lancer de nouveaux services de prêt numérique.

Pour ce qui est du marché du livre numérique proprement dit, on relève une forte hausse entre 2010 et 2011, passant de 869 millions USD pour 125 millions de titres vendus en 2010 à plus du double l'année suivante avec 2.074 milliards USD pour 388 millions d’unités vendues. En 2011, le livre numérique pèse alors 15% du marché du livre total contre 6% en 2010.

L'analyse des dépenses consacrées à l’acquisition de livres numériques en bibliothèques témoigne à son tour de l'augmentation du poids de ce nouveau support dans la politique documentaire des établissements : le budget moyen des dépenses se situe en 2013 à plus de 12000 pour 9500 dollars en 20113. Ce qui, en part de budget total d'acquisition, représente 7% en 2013 pour 3% en 2011. Ces nouvelles inflexions documentaires ne sont pas sans conséquence sur les arbitrages version imprimée/ version numérique puisque d'après l'enquête de 201368% des bibliothèques déclarent réaffecter des fonds consacrés aux livres imprimés pour l’achat de livres numériques.

Un service de prêt numérique encore méconnu des usagers ?

En dépit de ce terrain propice à l'essor de la lecture numérique aux Etats-Unis, il semble que les services de prêt numérique des bibliothèques restent encore relativement méconnus du grand public en général et des lecteurs de livres numériques en particulier.
En effet, d'après une étude réalisée en 2012 par le Pew Internet, 
Libraries, patrons, and e-books, un certain nombre d'indicateurs illustrent cette méconnaissance : seulement 12% des lecteurs de livres numériques (âgés de 16 ans et plus) auraient emprunté un livre numérique auprès de leur bibliothèque en 2011. Et 62% des personnes interrogées déclarent ne pas savoir si ce type de service est disponible dans leur bibliothèque. Enfin, seulement 12% des personnes interrogées commencent par faire une recherche auprès de leur bibliothèque publique pour trouver un titre précis de livre numérique.
 

Une autre étude réalisée quelques mois plus tard par le même organisme, E-book Reading Jumps; Print Book Reading Declinesentérine cette tendance inversement proportionnelle de baisse des prêts de livre numérique en bibliothèques dans un contexte d'essor de la lecture numérique : on verrait ainsi les prêts baisser en 1 an de 72% à 67% tandis que le nombre de lecteurs de livre numérique passerait de 16% à 23%.

Il demeure difficile d'évaluer et surtout d'interpréter ces données : faut-il y voir un essoufflement de l'engouement des usagers pour les nouvelles technologies ? Un déficit de médiation et de valorisation de ces services par les bibliothèques ? Une problématique de signalement et d'inadaptation des catalogues ? Une difficulté temporaire d'usage pour le modèle de prêt numérique et son offre éditoriale en bibliothèques à l'avantage des modèles commerciaux d'Amazon et d'Apple ?
Il est délicat de trancher, d'autant que les données statistiques recueillies par les bibliothèques américaines sur le taux d'emprunt de livres numériques traduisent, elles, à l'inverse, une augmentation constante et régulière depuis 4 ans qui 
relativise quelque peu les conclusions sur les usages :

- 2009 : 5138 
- 2010 : 11281
- 2011 : 44596 

- 2012 : 58428 


Les causes les plus probables qui sont avancées par les enquêtes de terrain4 pour expliquer cet écart entre l'investissement opéré par les bibliothèques et les résultats qu'elles pourraient en attendre sont en premier lieu un certain m
anque d’information et de communication de la part des bibliothèques. 56% des emprunteurs d’e-books déclarent en effet avoir voulu emprunter un livre numérique à la bibliothèque dont le titre était introuvable dans le catalogue de leur bibliothèque.
 

Autres facteurs tangibles de désaffection, la faiblesse de l’offre numérique de certains éditeurs, voire le refus de négocier avec les bibliothèques, les conditions actuelles d’accès aux livres numériques ne sont pas pleinement satisfaisantes, ou encore la mauvaise intégration des livres numériques dans le catalogue des bibliothèques : les utilisateurs mettent en avant des difficultés de navigation et de repérage des titres d'ouvrages numériques sur les sites web des bibliothèques.
 

Si de nombreux bibliothécaires précisent qu’ils pourraient faire davantage pour sensibiliser les usagers au prêt de livres numériques, ils reconnaissent bien volontiers que la faiblesse de l’offre actuelle disponible dans les bibliothèques les incite à une certaine réserve afin de limiter l'insatisfaction de leurs usagers. Enfin, une question embarrassante émerge de ces constats : le public qui fréquente les bibliothèques est-il réellement un public attiré par les livres numériques ? Ou la bibliothèque reste-t-elle avant tout perçue comme une collection de documents imprimés bien qu’elle intègre de plus en plus de services numériques ?
 

Le prochain épisode de la série paraîtra le 10 juin et portera sur les acteurs et les enjeux du livre numérique en bibliothèques dans le modèle américain.


[1] «L'intérêt pour les livres numériques a pris son envol à la fin de l’année 2006 avec la mise en vente des liseuses électroniques de Sony, et s'est accéléré après le dévoilement du Kindle d'Amazon. Cet intérêt général du public a incité de nombreuses bibliothèques à offrir des livres numériques en prêt, et l'intérêt des usagers pour les livres numériques n'a fait qu’augmenter au fil du temps». Zickuhr, Kathryn et al. 2012, Libraries, patrons, and e-books, Pew Research Center’s Internet & American Life Project.
 

[2]State of America’s Libraries Report 2013, American libraries, The Magazine of the American Library Association.

[3]Ebook Usage in U.S. Public Libraries  2012, Library Journal, in cooperation with the School Library Journal

[4] Libraries, patrons, and e-books22 juin 2012Pew Research Center’s Internet & American Life Project.

 

Tags : Prêt de livres numériques, Prêt numérique en bibliothèques, E-books, Etats-Unis, Lecture numérique, Ebook reading, American Public Libraries, Bibliothèques américaines, USA

Liens réseaux sociaux