Du bon usage des données publiques

Refdoc, service, qui proposait le BBF et référence aujourd’hui le Bulletin de l’ABF, se présente comme un « guichet unique de fourniture de documents pour les utilisateurs à la recherche de copies de documents scientifiques et techniques ». Selon une grille tarifaire allant de 11€ à 66€, il fournit au format électronique ou papier des documents scientifiques.

Malgré plusieurs réactions depuis de nombreuses années, le service ne prend toujours pas en compte les documents librement accessibles. Ne subsiste donc pour les revues que deux options :

  • Maximiser leur visibilité en restant dans Refdoc sans faire bénéficier les utilisateurs des éventuelles possibilités d’un accès libre.
  • Demander que soit mentionnée la disponibilité des documents en accès libre et de fait être déréférencés de Refdoc (la « référence en fourniture de documents scientifiques »).

En proposant l’achat au document, Refdoc permet de répondre à des besoins ponctuels. Cependant, en refusant de prendre en compte des ressources existantes, pour certaines librement accessibles en ligne, le service en retire certains titres (le BBF par exemple) ou ne propose qu’une modalité payante de fourniture.

Au-delà de la question du respect des contrats signés par les auteurs avec chaque revue, le bon usage des deniers publics voudrait surement qu’une recherche dans Refdoc renvoie dans le même temps au service payant de fourniture de documents mais également aux possibilités existantes d’accéder gratuitement aux documents.

Ainsi un utilisateur à la recherche d’un article du Bulletin de l’Association des Bibliothécaires Français (et prochainement de Bibliothèque(s)) pourra s’économiser les 11€ minimum de l’envoi par courrier et accéder directement, et gratuitement, à l’article souhaité en consultant la bibliothèque numérique de l’enssib.