Palimpseste

Le palimpseste (du grec ancien παλίμψηστος / palímpsêstos, « gratté de nouveau ») est un manuscrit écrit sur un parchemin préalablement utilisé, et dont on a fait disparaître les inscriptions pour y écrire de nouveau. Dans un palimpseste à trois niveaux, le même fragment a été utilisé plus de deux fois.
Cette méthode était utilisée au Moyen Âge, surtout entre le VIIe siècle et le XIIe siècle, par des copistes qui, le parchemin coûtant cher, réutilisaient d'anciens manuscrits pour y copier de nouveaux textes. Pour cela, les vieux manuscrits étaient préalablement désencrés ou effacés grâce à de la ponce.
À cause de cette méthode, de nombreux écrits, souvent considérés comme de moindre intérêt, ont été momentanément ou irrémédiablement perdus : textes juridiques tombés en désuétude, mais aussi textes de penseurs grecs pré-chrétiens, ou textes d'écriture gothique.
Au XIVe et  XVe siècles, les cahiers étaient fréquemment renforcés par un bi-folio extérieur ou intérieur pour consolider la couture. Les palimpsestes ont également servi à cet usage.
On arrive toutefois à retrouver l'ancien texte dans certains palimpsestes grâce aux techniques modernes de restauration de documents (chimie, imagerie aux rayons ultraviolets, rayonnement synchrotron, lampe de Wood). Les plus anciens procédés pour révéler l’écriture cachée datent du début du XIXe siècle.

Ressources

CASSAGNE-BROUQUET, Sophie. La passion du livre au Moyen-Âge. Rennes : Éd. Ouest-France, 2010.

LEMAIRE, JacquesIntroduction à la codicologie. Louvain-la-Neuve : Publications de l’Institut d’études médiévales, 1989.

GLENISSON, Jean (dir.). Le livre au Moyen-Âge. Paris : Presse du CNRS, 1988.

Voir aussi

Livre ancienManuscritPapyrus (papiri) / ParcheminPatrimoine /

Notice créée le 19 mai 2014