Tours et détours en bibliothèque Carnet de voyage 1992-2012

Par , le 16 Mai 2012

À Rennes aussi la Bibliothèque est magnifique. À Rennes aussi lire est sérieux et séduisant! Là haut très haut, auprès des fenêtres ouvertes sur le monde. Témoignage, 23-25 avril 2012.

Tags carnet de voyage : Rennes, Jean de Breyne

Par , le 03 Mai 2012

.../...reste à se coller au texte. Plein de phrases qui dansent – qu’une bibliothèque n’a pas à être silencieuse, par exemple, ou l’ouverture jusqu’à 22 heures chaque mardi, ou la composition des rayons pour ne pas entraîner saturation, et le grand écart entre le petit môme à qui son père lit un album, et, un étage au-dessous, la mission de pôle associé à la BNF pour le médiéval, avec le labo de numérisation et les fonds régionaux et locaux (je dois en être) associés au dépôt légal. Ou l’accès Internet (filaire) gratuit depuis 74 postes même si on ne fait pas partie des 14 000 abonnés inscrits à la médiathèque, ou le portage à domicile sur réservation téléphonique pour les personnes âgées, ou les 2 mi-temps affectés à l’établissement pénitentiaire, etc. Ou l’expression du traitement des éphémères en bibliothèque et ce qu’un problème d’archive et conservation pose d’intellectuellement passionnant. Pour m’encourager, à peine je signalais sur twitter ma visite en cours, Lucien Suel m’annonçait avoir terminé sa propre contribution, c’est ça les copains.
.../...

Lire la suite du billet sur le blog Tierslivre.net

Tags carnet de voyage : Poitiers, François Bon, Le Tiers Livre

Franck Bonnefoy, artiste plasticien et dessinateur de l'ouvrage Architecture des bibliothèques 1992-2012, est parti lui aussi en en visite dans une vingtaine de bibliothèques en France. Ici à la bibliothèque de Paris 8, Saint-Denis, construite par Pierre Riboulet en 1998.

Bibliothèque de Paris 8 à Saint-Denis

Tags carnet de voyage : Franck Bonnefoy, Pierre Riboulet, Paris 8, Saint-Denis

Par , le 06 Mars 2012

En attendant l'ouverture des portes – Albatros de verre et d'acier – la file d'attente se reflète dans les parois transparentes - reflets – reflets des reflets – Les images de l'extérieur se mêlent aux rayons de livres, caressent les dos, les tranches. Non, ce n'est pas un film protecteur virtuel. On a vraiment l’impression (!) que la ville se trouve à l'intérieur de la médiathèque. De l'autre côté de l'agora, le long du trottoir en face, les silhouettes hors de la caverne se reflètent dans la façade (eau+sable) : Cinéma REX (latin retrouvé) désaffecté abandonné tagué, grand espace libre, camionnette Emmaüs garée devant l'auto-école, tabac à la civette, agence immobilière, boulangerie fermée, banque Crédit du nord. La façade de la médiathèque présente à la fois une certaine stabilité (trottoirs, maisons, magasins) et un réel mouvement (voitures, piétons, cyclistes, oiseaux) comme si un film (décors et personnages) était projeté sur le bâtiment. Une poétique du monde traverse les parois. Bientôt, les lecthabitants franchiront le passage, arpenteront un monde de papier vivant de chaque côté des ruelles, livres entassés, classés dans des immeubles d'étagères, des casiers studios, des bacs et des rayons peuplés d'ouvrages, des rangées et des piles... Rêves et savoirs accumulés.

À suivre...

Tags carnet de voyage : Lucien Suel, Armentières, médiathèque l'Albatros

Pages