Victor Kherchaoui

Après des études en classe préparatoire littéraire, Victor Kherchaoui mène un cursus en philosophie à l’École Normale Supérieure de Lyon où il obtient son premier master. Il rejoint ensuite l’Enssib pour y suivre le Master 1 PANIST, puis se spécialise à travers le Master 2 PBD (promotion 2017/2018).
À la suite de son stage de fin d’études, il est recruté en tant que référent numérique de la médiathèque du Rize (Villeurbanne) et réussit dans le même temps le concours d’assistant de conservation du patrimoine et des bibliothèques.

Rencontre avec Victor Kherchaoui (master PBD), référent numérique de la médiathèque du Rize à Villeurbanne

1/ Quel est votre métier actuel ? Quels autres postes avez-vous occupés depuis la fin de vos études ?
Je suis assistant de conservation des bibliothèques dans la fonction publique territoriale. Dès la fin de mes études à l’Enssib, j’ai rejoint le réseau de lecture publique de Villeurbanne, sur le poste de référent numérique de la médiathèque du Rize. Je suis depuis lors chargé d’assurer la gestion de notre espace public numérique et de ses collections, d’organiser la formation de nos publics à l’informatique et de conduire des actions de médiation autour du jeu-vidéo et de la création numérique. J’ai la chance de travailler de manière transversale avec mes collègues médiathécaires, mais aussi avec les collègues archivistes et médiateurs culturels du centre culturel auquel se rattache notre médiathèque. Les projets sont nombreux, la programmation toujours renouvelée ; un environnement de travail très stimulant !

 

2/ En quoi le Master 2 PBD de l’Enssib vous a-t-il été utile ?
Ma formation à l’Enssib a été particulièrement enrichissante et décisive dans mon cursus. Le contenu pédagogique du Master 2 PBD m’a aidé à construire une solide culture professionnelle et à diversifier mes expériences professionnelles, notamment à travers le stage long de deuxième semestre : l’occasion pour moi d’apprendre au plus proche des publics, de m’intégrer à un collectif de travail, de construire des actions et des services en les adaptant au mieux à la situation. Cette expérience a été réellement formatrice et m’a ensuite donné l’occasion de poursuivre mon parcours au sein de la structure qui m’emploie aujourd’hui.
 

3/ Pourquoi aviez-vous choisi l’Enssib ?
J’avais dans un premier temps suivi des études en sciences humaines, ce qui m’avait certes permis de développer mes connaissances et mes capacités, mais sans que je ne trouve jamais l’occasion de les exercer concrètement. En rejoignant l’Enssib, j’avais précisément l’espoir de pouvoir placer mes compétences au cœur d’un véritable projet professionnel, en m’appuyant sur les nombreuses ressources de l’école, sur l’expertise de ses enseignants et de ses intervenants, sur la qualité de ses formations. Pari réussi !
 

4 / Vos projets professionnels pour les mois à venir ?
Le réseau de lecture publique de Villeurbanne travaille activement sur la construction de son nouveau projet de services. Le numérique y occupera sans doute une place importante et je m’efforcerai dans les mois à venir à mettre en œuvre les propositions qui se seront dégagées de notre collectif de travail. Pour ma part, je mise sur le développement d’un dispositif mobile de fabrication numérique, qui pourrait servir de façon ludique à l’inclusion numérique et sociale de la population locale.

 

Propos recueillis par Véronique Branchut-Gendron
Le 30 mars 2020