Centre national du livre (CNL)

Créée par la loi n°46-2196 du 11 octobre 1946, la caisse nationale des lettres ne voit son existence réellement affirmée qu'après la parution des décrets du 25 février, du 29 novembre et du 13 décembre 1956, soit dix ans après sa création. La caisse nationale des lettres a pour objectif l’aide à l’édition, et le soutien à la création, par l’aide à certains auteurs et la création de la caisse de sécurité sociale des écrivains. Les réformes successives (1973, 1976, 1988, 2009) amènent l’organisme à se recentrer sur ses missions de diffusion et de soutien à l’édition et à la création : est ainsi abandonnée (en 1977) la caisse de sécurité sociale, confiée à l’Association pour la gestion du régime de sécurité sociale des auteurs (AGESSA). Elle devient officiellement Le Centre national  des lettres, avant de devenir, en 2009, le Centre national du livre. Jusqu’en 2010, il était officiellement dirigé par le directeur du Livre et de la Lecture, qui exerçait aussi la fonction de président du conseil d’administration. Depuis 2010, le président est nommé par le président de la République, sur proposition du ministre chargé de la culture et de la Communication. Le décret n° 2014-1435 du 1er décembre 2014 relatif au Centre national du livre modifie les statuts de l’établissement, et notamment la composition du conseil d’administration, en renforçant la place des auteurs au sein du conseil.
 

Établissement public du ministère de la Culture, le Centre national du livre a pour mission de soutenir, grâce à différents dispositifs et commissions, tous les acteurs de la chaîne du livre : auteurs, éditeurs, libraires, bibliothécaires, organisateurs de manifestations littéraires. Il participe ainsi activement au rayonnement et à la création francophone.
Financé sur le budget de l’État, le CNL soutient 2 200 projets par an à travers 22 dispositifs de soutien adaptés à chaque métier. Ses interventions représentent 17,5 millions d’euros annuels. Le CNL emploie 65 personnes.
Présents au sein du conseil d’administration, les professionnels de la chaîne du livre participent à la définition des grandes options de la politique du CNL. Ils sont également plus de 200 à figurer au sein d’une vingtaine de commissions spécialisées qui se réunissent plusieurs fois par an afin d’étudier les demandes de soutien.

Écrivains, universitaires, journalistes, chercheurs, artistes, traducteurs, critiques, éditeurs, libraires, conservateurs, animateurs de la vie littéraire se réunissent généralement trois fois par an pour étudier les demandes de subventions, de prêts ou de bourses et donner au président du CNL un avis sur l’attribution des aides. L’activité des commissions s’appuie également sur un vaste réseau de collaborateurs extérieurs (lecteurs et rapporteurs) qui compose le troisième cercle d’experts et contribue à la qualité des travaux du CNL.
 

Les aides du CNL s’orientent vers le soutien à l’édition (aide aux éditeurs, prêts bonifiés, aides directes aux ouvrages à rotation lente, aux projets d’excellence éditoriaux, constitution de plateforme numérique, création de site compagnon), le soutien aux auteurs, (aides à la traduction, bourses [dont la plus célèbre est la bourse Jean Gattégno] ponctuelles, sur projet, aide à la « vie littéraire » [dont les fêtes du livre]), les aides à l’acquisition d’ouvrages pour les bibliothèques, et enfin, les aides à la librairie indépendante (label LIR).
Le soutien du CNL a pu être particulièrement réactif pour l’édition : en particulier, lors de l’incendie de l’entrepôt des "Belles lettres" (diffuseur-distributeur), les éditeurs qui le souhaitaient ont pu bénéficier d’un soutien exceptionnel.
L’irruption du numérique d’une part, et la baisse des demandes des bibliothèques d’autre part, ont ré-orienté les aides du CNL dans deux directions : soutien à la numérisation des ouvrages (sous droit en lien avec Gallica), et à l’édition numérique, d’une part, priorité des aides pour les bibliothèques de milieu pénitentiaire, d’autre part. L’aide à la librairie reste une priorité, et s’est accrue (constitution des fonds, aide aux animations).
 

Généralités

ERMAKOFF, Thierry. Au chevet du livre. Bulletin des bibliothèques de France [en ligne], 2007, n. 6.

POULAIN, Martine. SUREL, Yves. L'État et le livre. Les politiques publiques du livre en France (1957-1993). Bulletin des bibliothèques de France [en ligne], 1998, n. 1. Ouvrage disponible à la bibliothèque de l'enssib.

GASCUEL, Jacqueline. SUREL, Yves. L'État et le livre. Les politiques publiques du livre en France (1957-1993). Bulletin d'information de l'Association des bibliothécaires français [en ligne], 1997, n. 177. Ouvrage disponible à la bibliothèque de l'enssib.

CARBONE, Pierre. Le centre national du livre et les bibliothèques universitaires. Bulletin des bibliothèques de France [en ligne], 1996, n. 4.

Le Centre national des lettres. Bulletin des bibliothèques de France [en ligne], 1980, n. 8.

Numéro spécial du Bulletin d'information du Secrétariat d'État à la Culture consacré à la Direction du livre. Bulletin des bibliothèques de France [en ligne], 1976, n. 3.

 

Textes juridiques

 

Publications et rapports commandités par le CNL

 

Les aides du CNL

 

Voir aussi

Bibliothèques publiques / Lecture publique / Ministère de la Culture et de la Communication (MCC) /

 
Notice créée le 08 décembre 2014
Mise à jour le 10 mai 2019

Date de création :03/07/2012

Date de mise à jour :