Vol

Le vol de livre est probablement aussi ancien que le livre lui-même. Dès la plus haute Antiquité, des sorts et maléfices ont été utilisés pour dissuader les voleurs. Ultérieurement, formules d’excommunication, et livres enchaînés, plus récemment portiques magnétiques et puces RFID ont été mis à contribution, dans le même but… avec des résultats divers.
Le vol a, également, constitué de tous temps un mode d’enrichissement de certaines bibliothèques aux dépens d’autres. Le vol peut revêtir de multiples aspects : « oubli » de restitution, chapardage, mutilation, vol avec violence, spoliation par faits de guerre… Il peut être le fait de la passion, d’une pulsion, du goût du lucre… De nombreux faussaires sont également connus comme voleurs de livres. Le plus célèbre voleur des bibliothèques françaises au XIXe siècle fut Guglielmo Libri (1803-1869) qui profita d’une mission officielle pour les mettre au pillage. Le plus grand voleur du XXème siècle fut sans doute Stephen Carrie Blumberg qui, dans les années 1970-80 subtilisa 23 600 imprimés et manuscrits dans 268 bibliothèques de 45 États américains et deux provinces canadiennes, pour une valeur estimée à vingt millions de dollars en 1990, année de son arrestation.
Aujourd’hui, un catalogage précis, prenant en compte les particularités d’exemplaire, et la numérisation constituent un des meilleurs remparts contre le vol de documents patrimoniaux. Alors que jadis les affaires de vol n’étaient pas ébruitées, la tendance actuelle est de les publiciser et d’engager systématiquement des poursuites en escomptant des condamnations plus lourdes que par le passé. L’Italie et la France, pays parmi les plus pillés en raison de la richesse de leur patrimoine culturel, se sont toutes deux dotées de services de police spécialisés qui disposent de bases de données de pièces volées et travaillent avec Interpol.

Ressources

Rencontres Henri-Jean Martin 2016 : Sécurité et sûreté des collections [en ligne]. [Journée d'étude Enssib, Villeurbanne, 21 mars 2016].

VARRY, Dominique. Vol de livres. FOUCHÉ, Pascal, PÉCHOIN, Daniel, SCHUWER, Philippe (dir.). Dictionnaire encyclopédique du livre, t 3. Paris : éd. du Cercle de la Librairie, 2011, p. 988-991.

MINISTÈRE DE LA CULTURE ET DE LA COMMUNICATION - DIRECTION GÉNÉRALE DES PATRIMOINES. Sécurité des biens culturels : Guide d'information à l'usage des propriétaires publics et privés. De la prévention du vol à la restitution de l’objet volé. Paris : Ministère de la Culture et de la Communication, octobre 2010. 

LEBAILLY, Guillaume. Trafics de biens culturels. Bulletin des bibliothèques de France [en ligne], 2009, n. 4, p.99.

JAMMES, André. Libri vaincu. Enquêtes policières et secrets bibliographiques. Documents inédits. Paris : éd. des Cendres, 2008.

GAUTIER-GENTÈS, Jean-Luc. Professionnalisme et corporatisme. Bulletin des bibliothèques de France [en ligne], 2005, n.1, p. 24-29.

MOUREN, Raphaële. La sûreté des collections : Les travaux de Liber. Bulletin des bibliothèques de France [en ligne], 2005, n.1, p. 18-20.

LAPÈLERIE, François. Copernic, Galilée, Ptolémée et les autres. Trafics de livres précieux en Europe de l’Est. Bulletin des bibliothèques de France [en ligne], 2001, n.6, p. 6-13.

BASBANES, Nicholas A.  A Gentle Madness. Bibliophiles, Bibliomanes, and the Eternal Passion for Books. New York : Henry Holt and Company, 1999.

CIM, Albert. Amateurs et voleurs de livres. Neuchâtel : Ides et Calendes, 1998.

 

Voir aussi

Patrimoine

Notice créée le 08 juin 2012
Mise à jour le 13 juin 2016

 

 

Date de création :25/05/2012

Date de mise à jour :