Bibliothèques sans système de détection antivol

Question

Bonjour,
Existe-t-il des bibliothèques qui ont complètement abandonné l'équipement en antivol de leurs collections ?
Quels sont les éventuels retours d'expérience ?
Cordialement

Réponse

Date de la réponse :  08/09/2016

Vous voulez savoir s'il existe des bibliothèques qui ont complètement abandonné l'équipement en anti-vols de leurs collections, et s'il existe des retours d'expérience en la matière.

Nous n'avons pas connaissance de bibliothèques françaises ayant entièrement abandonné tout système antivol.
Ceci s'explique sans doute en partie par le caractère sensible de la communication sur ce type d'initiative.
Pour recueillir des retours d'expérience, vous pouvez néanmoins utiliser le forum Agorabib, qui permet de recueillir des témoignages anonymes.
La médiathèque départementale du Rhône, l'ADBDP (voir le département des bibliothèques du Service du Livre et de la Lecture) pourront peut-être également vous aider à identifier des exemples.

Par ailleurs, il convient de mentionner les bibliothèques scolaires ou universitaires, dont les modalités de contrôle des usagers sont souvent plus lâches.
Par exemple, de nombreuses bibliothèques universitaires permettent un accès en autonomie à leurs étudiants tôt le matin ou tard le soir ; sur ces plages horaires, la surveillance est souvent moindre.
Ces bibliothèques ont estimé qu'elles pouvaient faire confiance à leurs usagers.
 

Le seul témoignage que nous ayons identifié concerne une bibliothèque publique américaine, qui a estimé que le coût de l'équipement en systèmes antivols était trop élevé au regard du risque de vol :

"Some libraries don’t see the need for expensive security measures.
Opened in May, the Orange Township branch of the Delaware County District Library has all new books, said Chrissy Triskett, branch manager.
Yet it and three other branches lack electronic security. If somebody walks out with an armload of books, there is nothing to stop them. Movies and music are in security cases.
Five years ago, a gated security system failed in the main branch, but it cost too much to fix or replace, recalled Director Mary Jane Santos.
“Frankly, we’ve not noticed a huge difference” in theft since then, she said.
“Oftentimes, it seems like we’re using an elephant gun to shoot a flea,” she said. “We’re spending so much money to protect a Harry Potter book. Isn’t it really more important to put books on the shelves?”
Determining what’s missing or stolen requires a complete inventory of a collection, which can be both time-consuming and costly.
Forrest Sorenson, security director for Columbus libraries, estimates that at least half of the $900,000 loss is a result of theft.
Some local libraries are reluctant to discuss their security measures.
“That totally defeats the system,” said Kate Porter, assistant director in Upper Arlington. That library loses less than 1 percent of its collection annually.
Establishing a good rapport with patrons is one of the best, and cheapest, ways to ensure that they don’t steal from you, library officials say. It’s one reason that Wal-Mart has greeters.
“If we have a good relationship with the folks who are coming through the door, they are going to be less likely to rip us off,” said Nick Tepe, circulation manager in Columbus.
"
Source : Libraries differ on anti-theft measures. The Columbus Dispatch, 2011