Bibliothèques universitaires en Afrique

Question

Quelle est la situation des bibliothèques universitaires en Afrique, anglophone et francophone, depuis 10 ans ?
Etude comparative des ressources, des politiques institutionnelles et de la place du libre accès.

Réponse

Date de la réponse :  09/11/2015

Vous cherchez des informations sur la situation actuelle des bibliothèques universitaires en Afrique (anglophone et francophone).

Comme votre question ressemble à un sujet de mémoire livré tel quel, nous nous contenterons de vous signaler quelques documents, en vous laissant le soin de les exploiter.
Une remarque d'emblée : votre travail devra probablement rendre compte d'importantes disparités, liées aux modes d'organisation des services publics dans les différents pays.

Vous pouvez commencer vos recherches par une visite du site de la section Afrique de l'IFLA, qui propose notamment des actes de conférences.
Exemple d'article intéressant pour vos recherches :
Les bibliothèques du futur pour qui ? Une projection de bibliothèque de recherche en Afrique. Jean Pierre Diouf. Cet article de 2013 décrit la situation actuelle et les mutations et perspectives des bibliothèques de recherche et d’enseignement supérieur en Afrique.
Vous pouvez également demander conseil aux membres de la section Afrique de l'IFLA.

En ce qui concerne l'aide au développement :

L’IFLA (International federation of library associations and Institutions) propose deux groupes de travail qui peuvent vous intéresser : Access to Information Network - Africa
et Action for Development through Libraries.

L'Unesco propose notamment une projet de bibliothèque universitaire virtuelle et un projet de développement des technologies de l’information et de la communication (TIC) dans l’enseignement supérieur en Afrique de l’Ouest.

Dans les pays francophones, l'Agence universitaire de la Francophonie (AUF) est un acteur important, que vous pouvez contacter pour plus d'information sur les actions mises en oeuvre (notamment via les Campus numériques francophones). Exemple d’action récente : l'informatisation des bibliothèques universitaires du Katanga

Ressources plus spécifiques :

Un article de 2011 sur la situation des bibliothèques camerounaises aborde la situation des bibliothèques universitaires :
Où en seront les bibliothèques camerounaises dans dix ans ? Charles Amdem Poeghela. Bulletin des bibliothèques de France, n° 6, 2011.
Extrait :

" Les bibliothèques universitaires publiques :
Les universités de Yaoundé 1, Yaoundé 2 – Soa, Douala, Buéa, Dschang et Ngaoundéré disposent d’une bibliothèque, depuis plusieurs décennies pour certaines d’entre elles. (…) Cependant, même la bibliothèque centrale de l’université de Yaoundé 1, la plus ancienne du pays, qui dispose d’un fonds d’environ un million de volumes et qui emploie 78 salariés, peine à répondre aux exigences d’une BU digne de ce nom. Elle dispose pourtant d’une capacité d’accueil de 980 places assises, mais le budget d’acquisition y est presque inexistant ou tout au moins épisodique, ce qui justifie le très faible renouvellement du fonds, au grand désarroi des étudiants, du personnel et des enseignants, tous des utilisateurs quotidiens de l’établissement. La bibliothèque centrale de l’université de Yaoundé 1 peut être vue comme un miroir des autres BU publiques du pays puisque, à quelques différences près, le tableau est le même, voire moins reluisant, ailleurs.
Il faut toutefois noter qu’à l’instar de la BU de Buéa, plusieurs autres BU sont ou ont été aidées par des chancelleries et organisations étrangères telles que les services français de coopération, l’ambassade des États-Unis, le British Council et d’autres partenaires tels que l’université du Maryland aux États-Unis, ainsi que le campus de Mannheim en Allemagne.
Par ailleurs, l’université de Yaoundé 2 – Soa dispose d’un campus numérique documentaire qui doit encore largement se mettre à jour en ayant davantage de contenus. La bibliothèque centrale de l’université de Dschang compte quant à elle 120 000 ouvrages et 500 places assises.
Enfin, grâce à l’Agence universitaire de la francophonie (AUF) , a été mise sur pied une bibliothèque numérique à l’université de Ngaoundéré."

Un article sur la bibliothèque de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar indique qu'elle est la plus ancienne et la plus importante des bibliothèques universitaires des pays francophones de l’Afrique au sud du Sahara.

Pour une perspective historique, vous pouvez consulter un mémoire de 1980 qui vous permettra de comprendre quelle était la situation des bibliothèques universitaires en Afrique il y a 35 ans (Amadou Bousso. Aupelf – Unesco, 1980).