Bonjour, Bien que nous suivions un contrôle assez strict des retours, nous avons toujours des retards dans nos prêts. Nous envoyons, bien sûr des...

Question

Bonjour,
Bien que nous suivions un contrôle assez strict des retours, nous avons toujours des retards dans nos prêts. Nous envoyons, bien sûr des lettres de rappel ou nous appelons les gens qui sont en retard mais malgré ça il ya toujours des livres que nous ne récuperons jamais. Nous voudrions connaître la realité d'autres bibliothèques par rapport à ce problème, plus précisement nous voudrions connaître des chiffres concernant les retards et la quantité de livres non rendus. Merci.

Réponse

Date de la réponse :  23/11/2009

Une enquête de 2003 auprès de 32 bibliothèques a fait l'objet d'une synthèse intéressante :

ASSOCIATION DES DIRECTEURS DES BIBLIOTHEQUES DES GRANDS VILLES (ADBGV). Enquête auprès des bibliothécaires : les méthodes de restitution des documents empruntés : Projet 12 Synthèse 2003 [en ligne]. Disponible sur : http://www.adbgv.asso.fr/association/projets/projet012/synthese-2003-1.rtf (consulté le 20/11/2009)

Extrait :
" 32 bibliothèques ont répondu au questionnaire, en transmettant des informations de niveau très différent.
La plupart des méthodes utilisées ne sont pas révolutionnaires, en revanche, c’est le suivi et le sérieux de la procédure qui semble porter ses fruits.
Le courrier reste la principale manière d’informer les usagers des retards constatés sur les documents (28 bibliothèques utilisent ce moyen), certaines structures travaillent en revanche par téléphone, ou étudient la possibilité d’utiliser les adresses électroniques des usagers : cette solution peut être intéressante, notamment pour l’avis de disponibilité d’une réservation…
Les procédures de relances comprennent pour la plupart 2 à 3 courriers puis des mesures plus personnalisées, il est intéressant d’étudier les différences de laps de temps entre les courriers suivant les structures : le premier intervient la plupart du temps entre 8 et 10 jours après la date de retour, mais certaines villes repoussent ce délai jusqu’à 15 jours (Saint-Nazaire), ou même 30 jours (Miramas). Ce qui ne veut pas dire que les pénalités ne courent pas pendant ce délai.
Ensuite, des mesures plus personnalisées sont appliquées : relance écrite personnalisée, relance téléphoniques, envoi du dossier à la trésorerie . Quelle que soit la méthode employée, il semble important pour l’ensemble des structures qui ont répondu que l’usager puisse se rendre compte qu’il ne sera pas « lâché » avant la fin de la procédure : c’est le manque de suivi qui entretient l’indélicatesse…il semble également important de maintenir des délais assez courts, (en tout cas pas plus de 3 mois) avant la poursuite par la trésorerie, si elle a lieu.
Le coût de cette relance, en temps et en affranchissement, ainsi que le nombre de courriers envoyés, est variable suivant les organisations et la taille des structures qui l’ont évaluée (voir tableau comparatif) Dans la plupart des bibliothèques, une personne en particulier est chargée de suivre les relances, soit de façon matérielle (mise sous pli), soit les relances téléphoniques, et le suivi avec la trésorerie."

La suite du document porte sur les sanctions et la collaboration avec la trésorerie. Quelques exemples de pénalités de retard :
- Le lecteur ne peut plus emprunter pendant un nombre de jours égal au nombre de jour de retard (souvent utilisé en bibliothèque universitaire) la suspension de prêt semble plus démocratique que les amendes, puisqu’elle place tous les lecteurs sur un pied d’égalité.
- Le lecteur doit s'acquitter d'une amende proportionnelle à l'ampleur du retard, le paiement a pour effet de réactiver immédiatement la carte.
- Le lecteur doit payer une amende et attendre avant de réemprunter.

A notre connaissance, il n'existe pas de chiffres sur le nombre de livres non rendus dans d'autres établissements.

Ainsi, après vérification, le nombre de livres non rendus ne figure dans aucun des rapports d'activité signalés dans la bibliothèque numérique de l'enssib :
Collection - Rapports d'activité [en ligne]. Disponible sur : http://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/documents-de-la-collection-131 (consulté le 20/11/2009)

Vous trouverez une bibliographie relative au vol et à la non restitution des ouvrages en bibliothèque sur le blog de la bibliothécaire belge Véronique Decleyre :
Le vol et la non restitution de documents dans les bibliothèques : bibliographie [en ligne]. Disponible sur : http://www.decleyre.be/ve
ronique/biblio_tfe.htm (consulté le 20/11/2009)

Également intéressant, ce retour d'expérience d'une bibliothèque française confrontée au vol :
Du vol en bibliothèque [en ligne]. in De Biblioteca. Disponible sur : http://sosbib.blogspot.com/2008/09/du-vol-en-bibliothque.html (consulté le 20/11/2009)

Enfin nous vous signalons deux mémoires d'élèves de l'enssib qui traitent du prêt :

DUPRE Julien. Un objectif du SCD Lyon 2 : la diminution des retards lors du retour des ouvrages à la BU de Bron. [Villeurbanne] : [enssib], 2007

RONCHEAU Delphine. Le champ et l'organisation du prêt au SCD de l'Université Paris X-Nanterre suggestions d'évolution et d'amélioration [Villeurbanne] : [enssib], 2005 [en ligne]. Disponible sur : http://enssibal.enssib.fr/bibliotheque/documents/ppp/ppp-roncheau-M.pdf (consulté le 20/11/2009)

Cordialement,
Le Service questions? réponses! de l'enssib

MOTS CLES : Services et publics : Accueil et médiations : Prêt