Bonjour, j'ai deux questions à vous poser : - est-ce qu'un élu (dans mon cas il s'agit de l'adjointe à la culture de ma municipalité) peut...

Question

Bonjour,
j'ai deux questions à vous poser :
- est-ce qu'un élu (dans mon cas il s'agit de l'adjointe à la culture de ma municipalité) peut questionner les choix et la répartition des collections d'une bibliothèque municipale voire exiger des changements dans les fonds ou les acquisitions (en clair cette adjointe peut-elle dire : vous devez réduire les acquisitions dans tel domaine et les équilibrer de telle façon, ou encore mettre en doute la pertinence de tel titre) ? est-ce légitime et légal ?
- ensuite j'aimerais savoir s'il existe des textes qui abordent la place et le rôle de certains domaines "délicats" dans les collections des bibliothèques de lecture publique tels que l'ésotérisme ou l'astrologie, et qui peuvent être en décalage complet avec les missions culturelles traditionnelles de nos bibliothèques.
Je vous remercie d'avance.

Réponse

Date de la réponse :  11/10/2012

Vos deux questions renvoient à des problématiques de politique documentaire. Nous étayerons donc nos réponses par une documentation couvrant essentiellement ce domaine.

La collection de la bibliothèque municipale est un bien public. Il n’est donc pas illégal que votre instance de tutelle ait un avis. Vous pouvez sur ce sujet consulter l’ouvrage de Bertrand Calenge, "Les petites bibliothèques publiques", paru aux éditions du Cercle de la librairie en 2006, et plus précisément les chapitres III.1.3 ("Le choix des collections en fonction de la commune", p 51) et VII.2 ("Les relations de la bibliothèque avec la municipalité", p 180) ; extrait : "Le Maire a autorité sur tous les services, y compris la bibliothèque. Ce pouvoir peut être délégué à des adjoints, qui ont chacun leur sphère de compétence".

Vous pointez ici une difficulté qui n’est pas exceptionnelle en bibliothèque municipale et qui tient à la difficile répartition des « territoires » entre technicien et élu.
Nous vous renvoyons dans ce sens à une documentation concernant les chartes documentaires (http://www.enssib.fr/content/quest-ce-quune-charte-documentaire). En effet, clarifier le champ d’action de chacun, sur la base d’un document voté en conseil municipal, permet dans un sens au professionnel-technicien de faire valider par sa tutelle sa politique documentaire et dans l’autre, de traduire techniquement les grandes lignes de la politique culturelle de son instance de tutelle. La Charte étant alors le point de rencontre consensuel entre des compétences techniques et scientifiques et des objectifs politiques.
Dans le même sens, vous pouvez consulter le code de déontologie du bibliothécaire, publié en 2003 par l’Association des bibliothécaires de France (http://www.abf.asso.fr/6/46/78/ABF/code-de-deontologie-du-bibliothecaire...). Ce document pourra vous permettre d’appuyer votre point de vue auprès de votre élu (sans avoir toutefois de valeur légale). En voici, un extrait : « Le bibliothécaire favorise la réflexion de chacun par la constitution de collections répondant à des critères d’objectivité, d’impartialité, de pluralité d’opinion. »
Vous pouvez, par ailleurs, prendre contact avec la bibliothèque de prêt de votre département (BDP), qui est l’interlocuteur privilégié pour vous accompagner et vous soutenir si nécessaire dans les relations avec votre tutelle : http://www.vaucluse.fr/476-bdp-lecture-publique.htm#par1321
Le groupe régional Provence-Alpes-Côte d'Azur de l’Association des bibliothécaires de France peut également être un soutien à ne pas négliger (http://www.abf.asso.fr/1/17/131/ABF/les-22-groupes-regionaux?p=1).

Concernant, la deuxième partie de votre question, l’on trouve plusieurs publications sur le sujet notamment dans le Bulletin des bibliothèques de France :
- Dossier « Cultures et religions ». BBF 2003, n°6. Disponible en ligne sur : http://bbf.enssib.fr/sommaire/2003/6#dossier
- critique de l’ouvrage de Pierre Lagrange et Claudie Voisenat, « L'ésotérisme contemporain et ses lecteurs », édité par la Bibliothèque publique d’information. BBF, 2006, n° 5, p. 120-121. Disponible en ligne sur : http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-2006-05-0120-009.
Un mémoire d’étude de conservateur de bibliothèque aborde également la question :
- Tristan Clémençon. Les Spiritualités en bibliothèque de lecture publique : Marseille, Lille, Le Mans". Mémoire d'étude DCB. enssib, 2009. Disponible en ligne sur : http://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/notice-2052
Cette étude comparative permet de mettre en perspective l’importance du contexte local (territoire et publics) pour les choix documentaires en général et dans le domaine des spiritualités en particulier. Elle aborde également les difficultés de classement et les limites de la Dewey dans ces domaines.
Un autre - La place des sciences occultes et de la parapsychologie dans les bibliothèques problèmes déontologiques et bibliothéconomiques / David Benoist, Julien Brault, David Soret... [et al] ; sous la direction de Michel Melot

Un autre mémoire, consultable uniquement sur place à la bibliothèque de l’enssib, étudie différentes bibliothèques publiques et montre que s’il n’y a pas d’hostilité totale à ce genre d’acquisitions, il y a une certaine prudence de la part des bibliothécaires notamment vis-à-vis des publications sectaires :
- La place des sciences occultes et de la parapsychologie dans les bibliothèques problèmes déontologiques et bibliothéconomiques / David Benoist, Julien Brault, David Soret... [et al] ; sous la direction de Michel Melot. enssib, 2006 (notice enssib : http://enssibzone.enssib.fr/alswww2.dll/APS_ZONES?fn=ViewNotice&Style=Po...).

Cette enquête indique qu'en 2006, la Bibliothèque publique d’information assumait et valorisait les acquisitions en ésotérisme ; cet établissement pourrait donc être un interlocuteur ou un lieu d’observation intéressant pour vous.

Enfin, il peut être intéressant pour vous d’aller consulter les signets de la BnF sur le sujet : http://signets.bnf.fr/html/categories/c_200esoterisme.html

Tous les liens ont été consultés le 10 octobre 2012.

Cordialement,

Le Service questions? réponses! de l'enssib

MOTS CLES : Collections : Politique documentaire, Documents écrits, La bibliothèque : organisation et environnement : Politiques publiques