Bonjour, Je souhaiterais connaitre des exemples de médiation innovantes autour des usages du Web proposés par des établissements de lecture...

Question

Bonjour,
Je souhaiterais connaitre des exemples de médiation innovantes autour des usages du Web proposés par des établissements de lecture publique.
Merci d'avance

Réponse

Date de la réponse :  25/09/2009

Avant toute chose, nous vous serions reconnaissants de prendre quelques secondes après lecture de notre réponse, pour cocher le sondage de satisfaction, tout au bas de cette réponse. Cela nous est précieux pour faire évoluer le service.

Nous traiterons votre question en deux parties : nous aborderons dans un premier temps la médiation concernant les usages du web et dans une deuxième temps la médiation utilisant le web 2.0.

1. Médiations autour de l’usage du web

S'ils ne sont pas spécifiquement en lien avec le contexte des établissements de lecture publique, les outils et les retours d'expérience émanant des EPN (espaces publics numériques) pourront vous être utiles.

NETPUBLIC, "portail d'information et de ressources pour les collectivités territoriales, les responsables, animateurs et usagers d'espaces publics multimédias" propose de nombreux guides d'animation :
Ressources pour l'animation dans les EPN. in NETPUBLIC [en ligne]. Disponible sur : http://delegation.internet.gouv.fr/netpublic/animation.htm (consulté le 25 septembre 2009)

Le Centre de ressources des EPN de Wallonie est particulièrement riche et dynamique. Vous y trouverez des idées d’activités, des boîtes à outils, des tutoriels et nombres de ressources utiles autour de l’usage du web : http://www.epn-ressources.be/

L’Inter-réseau des EPN de la région Rhône-Alpes propose également un blog pour aider les différents partenaires à échanger des ressources et des outils : http://blog.epnrhonealpes.fr/

Le site de Brest propose des fiches et des exemples d’utilisation des ressources en établissement : http://www.a-brest.net/rubrique1.html

Créatif-public, de Philippe Cazeneuve et Michel Briand (http://www.creatif-public.net), ainsi que la page des Espaces Culture multimédia du Ministère de la Culture et de la Communication (http://www.ecm.culture.gouv.fr/) proposent également des fiches techniques.

2. Médiations innovantes utilisant le web

Les outils du web 2.0 souhaitent mettre l’usager au centre de l’Internet en lui proposant des ressources qui l’intéressent directement, en lui permettant de personnaliser les interfaces et d’intervenir, de se faire co-créateur de contenu notamment en laissant ses avis sur les notices par exemple.

A. Diversifier les parcours

a. La mise en espace des collections

En terme de médiation innovante, et avant de parler d’une innovation propre au web 2.0, il peut être intéressant d’évoquer combien la transformation même des espaces est importante. Vous pouvez à ce sujet lire ce que propose la bibliothèque de l’Ecole Polytechnique de Montréal, qui se veut un « véritable foyer intellectuel », ouverte sur le monde et la communauté : http://www.bibliobsession.net/2009/04/08/des-amenagements-necessaires-au...

Vous lirez également avec intérêt l’article de Christine Bourru paru dans le Bulletin des bibliothèques de France évoquant cette fois une mise en scène de collections : http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-2008-04-0038-007

Cette redéfinition des parcours possède également un pendant numérique. Il est ainsi possible de proposer des regroupements liés à ce que recherche exactement l’usager comme ce que propose par exemple la BU d’Angers (exemple sur les sciences du vivants : http://bu.univ-angers.fr/index.php?S_file=accueil/index_parcours.php&S_p...).

Côté Lecture Publique, ce regroupement peut avoir lieu sur des thématiques particulières, à l’instar de ce que propose la Bibliothèque municipale de Lyon et ses nombreux sites thématiques sur le spectacle vivant, la Santé ou encore les questions de sexualité et de genre. Voir les portails thématiques à partir de la page d’accueil, rubrique « Ressources » : http://www.bm-lyon.fr/

b. Les OPACs 2.0

Au niveau de la recherche d’information, il est intéressant de noter que le parcours de l’usager peut être facilité par l’utilisation de moteurs jouant sur les associations d’idées et permettant ainsi à l’usager de trouver la ressource qui l’intéresse en suivant son fil de pensée, comme à la BM de Lille et sa « recherche par Constellation » (http://portail.bibliotheque.bm-lille.fr/Portail/Site/Typo3.asp?lang=FR&id=3).

D’autres catalogues présentent les ressources sous forme de répertoire, notamment pour un public jeune comme à la BM de Lille (http://portail.bibliotheque.bm-lille.fr/Typo3/index.php?id=23)
ou à Toulouse (http://catalogues.toulouse.fr/web2/tramp2.exe/do_keyword_search/A3um2rfd...).

c. Aller vers l’usager

Mais les bibliothèques ne se limitent pas à améliorer l’accès à leurs ressources à partir de leurs sites propres. Il s’agit également pour elles de se déplacer vers les lieux où se trouvent ces derniers en ouvrant des profils sur les sites de réseaux sociaux (Facebook, MySpace) et en s’en servant comme d'un nouveau moyen de diffusion de leurs documents et de leurs actualités. Voir à ce sujet la page des réseaux sociaux sur le site BiblioPédia : http://www.bibliopedia.fr/index.php/Bibliospaces

B. Enrichir les ressources

a. Renouveler la prescription

Les catalogues dits 2.0 mettent l’accent sur le côté participatif. Non contents d’offrir les notices des ressources recherchées par les usagers, ces derniers les enrichissent avec les images de couvertures ainsi qu’un grand nombre d’information à l’instar de ce que proposent la Médiathèque de Dôle (http://www.dole.org/medias/medias.aspx?INSTANCE=exploitation) ou Calice68, le catalogue collectif des bibliothèques du département du Haut-Rhin (http://www.calice68.fr/calice68.fr/). Dans ce dernier, une notice renseigne également sur les avis d’autres lecteurs, donne des résumés et analyses, propose de tagguer les ressources, peut offrir une biographie de l’auteur ou encore la bande-annonce d’un film.
C’est le même idée de participation et d’échange d’avis qu’on peut retrouver derrière les critiques publiées sur le blog « Everitouthèque » (http://everitoutheque.viabloga.com/) de la bibliothèque de Monnaie dans le pays de Romans ou encore ce qu’apposent les bibliothécaires sur les ouvrages à la Médiathèque du Val d’Europe (http://www.bibliobsession.net/2008/10/20/une-experience-de-gestion-de-co...).

b. Proposer de nouvelles médiations

De fait, l’utilisation des outils participatifs du web 2.0 peut-être un excellent moyen d’enrichir les ressources en recréant une nouvelle médiation numérique. Qu’il s’agisse d’un blog pour alimenter un club lecture ou souligner une pratique nouvelle (autour des jeux vidéos : http://www.bm-saintraphael.fr/blog/mediazone/?p=6), d’un compte FlickR pour valoriser les collections photographiques de l’établissement (Toulouse : http://www.flickr.com/photos/bibliothequedetoulouse/).
La médiathèque de Monnaie propose également une nouvelle forme de médiation lorsqu’elle présente les guides touristiques dont elle dispose sous forme de carte, en utilisant le logiciel Google Map : (http://maps.google.fr/maps/ms?ie=UTF8&oe=UTF8&msa=0&msid=111921843359991...)
C’est également le cas lorsque la médiathèque de Roubaix utilise Google Map toujours mais cette fois-ci pour prolonger une exposition sur l’écrivain Maxence Van der Mersch et géolocaliser son parcours nordiste (http://www.bn-r.fr/expositions/vandermeersch/).

Le site BiblioPedia essaie de recenser ce genre d’initiatives innovantes (http://www.bibliopedia.fr/).

c. Recontextualiser les ressources

Enfin, il convient de noter la tendance forte à proposer des sites de ressources complets à destination soit d’un public particulier, ce que propose la BM de Toulouse à destination des enfants : (http://jeunesse.bibliotheque.toulouse.fr/), mais également ce que proposent nombres de bibliothèques et de médiathèques en ouvrant des Univers Netvibes (liste sur BiblioPedia : http://www.bibliopedia.fr/index.php/Biblioth%C3%A8ques_sur_netvibes), qui permettent de rassembler sous une même interface l’ensemble des ressources locales, spécifiques, organisées dont peuvent avoir besoin les usagers.

C. Favoriser l’interactivité

a. Personnaliser les interfaces

L’ambition initiale du web 2.0 est de remettre l’usager au cœur du web. Il peut s’agir pour ce faire de permettre une plus grande personnalisation de l’interface à l’usager, de lui permettre de se créer des paniers de notices, de garder des notices en favoris, de s’abonner aux flux RSS des fils d’actualités qui l’intéressent en fonction de thématiques prédéfinies par la bibliothèques et disponible via son catalogue par exemple.

A Dôle, par exemple, la bibliothèque offre à ses lecteurs inscrits des services personnalisés : ils peuvent, en s'identifiant, créer un panier, retrouver leurs recherches archivées, créer des fichiers, faire des réservations, envoyer des avis, et créer des favoris.
C'est un exemple de médiation dans la mesure où il permet aux lecteurs de partager des découvertes, des "coups de coeur", mais aussi de consulter des bibliographies selon ses centres d'intérêt.

b. Proposer de nouveaux services en ligne

Il s’agit également d’ouvrir de nouveaux services en ligne qui permettent à l’usager d’en profiter directement sans avoir à se déplacer dans le lieu bibliothèque. C’est ainsi que de nombreuses bibliothèques se sont réunies autour de la Bibliothèque Publique d’Information de Beaubourg pour créer le réseau de Questions-Réponses à distance : BiblioSésame http://site.bpi.fr/fr/la_bpi_et_vous/questions_reponses/en_reseau/choisi...

D’autres initiatives innovantes ont vu le jour comme celle de la Bibliothèque municipale de Lyon qui, un temps, a proposé un soutien scolaire en ligne aux jeunes usagers : http://www.bm-lyon.fr/pratique/paraschool/index.htm

(Tous les liens présentés ci-dessous ont été consultés le 24 septembre 2009 )

3. Quelques éléments de bibliographie.

A. Ouvrages

TOSCA CONSULTANTS. Le catalogue de la bibliothèque à l'heure du web 2.0 étude des opacs de nouvelle génération. Paris : ADBS, 2008

QUEYRAUD Franck, SAUTERON Jacques (dir.). Outils web 2.0 en bibliothèque manuel pratique. Paris : Association des bibliothécaires français, 2008.

SOCIETE D'ETUDES ET DE REALISATIONS EN DOCUMENTATION ET ARCHIVAGE France. Guide pratique ...la bibliothèque à l'heure du web 2.0... Paris : Archimag, 2008.

B. Articles

BOURRUS Christine. Une mise en scène de collections : la médiathèque du Val-d'Europe [en ligne]. in Bulletin des bibliothèques de France, 2008, n° 4, p. 38-42. Disponible sur : http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-2008-04-0038-007 (Consulté le 24 septembre 2009)

CAVALERI Piero. Les bibliothèques et les services personnalisés en ligne [en ligne]. in Bulletin des bibliothèques de France, 2003, n° 4, p. 24-32. Disponible sur :
http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-2003-04-0024-004 (Consulté le 22 septembre 2009)

CHAIMBAULT Thomas. Offre et réseaux virtuels pour la jeunesse : distance et proximité [en ligne]. in Bibliothèque numérique de l’enssib. Disponible sur : http://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/notice-40664 (Consulté le 22 septembre 2009)

ROBERT Christophe. Un portail de veille partagée sous Netvibes [en ligne]. in Bulletin des bibliothèques de France, 2009, n° 4, p. 61-64. Disponible sur : http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-2009-04-0061-011 (Consulté le 24 septembre 2009)

C. Mémoires

GALAUP Xavier. L'usager co-créateur des services en bibliothèque publique l'exemple des services non-documentaires. [S.l.] : [s.n.], 2007. [en ligne] Disponible sur : http://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/document-1040 (consulté le 22 septembre 2009)

D. Présentations

Voir les présentations du groupe « Bibliothèque » sur le site de partage SlideShare : http://www.slideshare.net/group/bilbiothque (consulté le 24 septembre 2009)

Cordialement,
Le Service questions? réponses! de l'enssib

MOTS CLES : Services et publics : Accueil et médiations, Services et publics : Formation des usagers, Services et publics : Services au public, Services et publics : Action culturelle