Bonjour, Je travaille sur les publics dits "empêchés, spécifiques, oubliés" et je m'interroge : des normes ou au moins des recommandations existent...

Question

Bonjour,
Je travaille sur les publics dits "empêchés, spécifiques, oubliés" et je m'interroge : des normes ou au moins des recommandations existent-elles pour les bibliothèques municipales en matière d' acquisitions d'ouvrages en gros caractères par rapport au nombre d'habitants. Un taux de livres en large vision serait-il conseillé proportionnellement à un nombre d'habitants.
Je vous remercie d'avance pour vos recherches et votre réponse.

Réponse

Date de la réponse :  09/06/2009

A notre connaissance, il n'existe pas de normes ni de recommandations particulières en matière d'acquisitions d'ouvrages en gros caractères par nombre d'habitants.
Une collection ayant vocation à desservir la population de son territoire, la connaissance des publics concernés est à étudier.
Ainsi définir les publics susceptibles d'être intéressés par ce fonds peut être une première étape : des personnes avec un handicap visuel et/ou des personnes âgés, et/ou des personnes souhaitant un confort de lecture... peut-être une école spécialisée et/ou une association...
Une évaluation quantitative des ces différents publics peut être ensuite un premier indicateur, pour établir un ratio d'acquisitions.

Pour l'aspect qualitatif, l'évaluation est également à prendre en compte. Cela peut aller de tables de présentation, sélections d'ouvrages, club de lecture etc pour disposer de retours sur l'usage des ouvrages et les besoins des usagers, jusqu'à une enquête formalisée.

Un projet en direction d'un public de déficients visuels sera différent d'un projet en direction de personnes âgées.
Dans la littérature professionnelle sur le sujet, il semble que "l'édition adaptée" s'accompagne également de différents dispositifs spécialisés : technologiques dans le cas de déficients visuels (écrans et ordinateurs adaptés, accessibilité des rayonnages, parcours tactiles...), dispositifs de mise en valeur du fonds, d'accompagnement, de portage à domicile pour les publics dits "empêchés".

S'il n'existe pas de normes, de nombreux exemples, expérimentations, usages, peuvent vous aider à réfléchir.
Nous vous proposons ci-dessous quelques pistes :

- Rapport de stage d'un DESS de 2004 :
ORIZT Marion. Bibliothèques Municipales de Grenoble : Développement des services pour personnes déficientes visuelles, Travail en réseau : le partage des fichiers [en ligne]. Villeurbanne : enssib, 2004. Disponible sur : http://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/document-633 (consulté le 9 juin 2009)
Extrait (p.24) : "Le développement des collections prend depuis longtemps en compte le public handicapé visuel qui trouve dans les bibliothèques du réseau des livres en gros caractères, des livres enregistrés, des livres tactiles pour enfants écrits en braille et illustrés en relief, des CD, etc. Les achats réguliers de ces documents permettent de présenter au public des collections représentatives de l’offre éditoriale."

- Le site AlphaBib (Améliorer l'accueil des personnes handicapées en bibliothèques) est une source très riche, qui peut vous permettre de contacter des collègues sur ce sujet.
Nous vous signalons un rapport (2004), dans la rubrique Évaluation : "Cette étude porte à la fois sur les équipements permettant d’accéder au bâtiment de la bibliothèque, aux collections mises à disposition et aux services proposés aux personnes handicapées pour faciliter leur accès à la lecture. A partir des données issues de l’enquête annuelle que la DLL mène auprès des bibliothèques municipales, pour les années 2004 et 2005, ce travail d’analyse a permis d’observer les grandes tendances en matière d’équipement des bibliothèques et les évolutions sur la période."
Rapport annuel des bibliothèques municipales. Données 2004
Accueil et offre de services pour les personnes handicapées. Disponible sur : http://alphabib.bpi.fr/Evaluation (consulté le 9 juin 2009)
Toutefois, cette enquête, basée sur le rapport annuel de la DLL ne peut être que très générale sur la partie collections adaptées et acquisitions. Voir les pages 3-5, et les tableaux, selon la taille des communes et leurs collections.

- Un mémoire d'élève conservateur de 2006 :
LUCIDO EL HARRAG Aurélia. L’offre de services en direction des
personnes âgées « empêchées » : l’exemple de la bibliothèque
municipale de Lyon [en ligne]. Villeurbanne : enssib, 2006 [en ligne]. Disponible sur : http://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/document-554 (consulté le 9 juin 2009)
Le chapitre "Rénover l’offre documentaire" (page 56) aborde les collections en "large vision". Mais il n'y a pas là de recommandations standards. En annexe (page 85), vous trouverez le questionnaire utilisé pour alimenter ce mémoire.

- Sur l'aspect des services et des publics spécifiques, un autre mémoire d'élève conservateur de 2006 :
CALMET Marie. Médiathèque, publics empêchés, publics éloignés : les enjeux d'un projet de service [en ligne]. Villeurbanne : enssib, 2006. Disponible sur : http://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/document-845 (consulté le 9 juin 2009)
Résumé : "Alors que de nombreuses bibliothèques de lecture publique sont convaincues depuis des dizaines d'années de la nécessité d'offrir des services adaptés aux besoins des publics empêchés et éloignés, comment mettre en place un service cohérent, efficace et pérenne qui s'intègre au fonctionnement global de l'établissement ? Si les actions de développement de la lecture auprès de ces publics sont assez répandues, elles demeurent encore peu formalisées. En s'adressant à une catégorie déterminée d'usagers, ces actions imposent par ailleurs une réflexion sur la spécificité des services et la
segmentation des publics. Elles ne peuvent prendre sens qu'à travers un objectif essentiel, celui de l'intégration de tous les usagers à l'ensemble cohérent que constituent la bibliothèque, ses collections et ses services."

Plus largement le Bulletin des bibliothèques de France (BBF), revue de réflexion sur les bibliothèques, peut être une source :
http://bbf.enssib.fr/ (consulté le 9 juin 2009).
Par exemple, un article de 2002 :
"La DLL soutient la production de documents avec notamment le projet de créer un groupement public de l’édition adaptée. Par le Centre national du livre (CNL), elle aide à la diffusion des ouvrages à caractères agrandis. Dans son dialogue avec les collectivités locales, le ministère préconise que, dès la construction, les aménagements soient prévus pour les handicapés. Ainsi à Marseille, la BMVR, actuellement en chantier, offrira une signalétique intégrée dans le revêtement de sol pour guider les non-voyants."
EYMARD Daniel. Bibliothèques et handicapés visuels. in BBF, 2002, n° 2, p. 117-119 [en ligne]. Disponible sur : http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-2002-02-0117-010 (consulté le 8 juin 2009)

Cordialement,
Le Service questions? réponses! de l'enssib

MOTS CLES : Collections : Politique documentaire, Services et publics : Sociologie des publics,