Bonjour, Qu'appelle-t-on médiation en bibliothèque ? Merci de me faire une réponse accessible. Je suis débutante en bibliothèque. Cordt.

Question

Bonjour,
Qu'appelle-t-on médiation en bibliothèque ? Merci de me faire une réponse accessible. Je suis débutante en bibliothèque.
Cordt.

Réponse

Date de la réponse :  26/03/2013

1. Les ambiguïtés autour du terme de médiation : sociale ou culturelle ?

Le terme de médiation est employé dans des sens différents par les bibliothécaires.

En effet, selon une définition étroite, la médiation culturelle vise en priorité les publics éloignés de la culture.

Mais on peut également considérer que toutes les activités des bibliothécaires - à destination de tous les publics - relèvent de la médiation (politique documentaire, mise en espace et signalisation des documents, offre de services, accueil, et surtout action culturelle).

C'est ce qu'indique un mémoire d’élève conservateur :
« la médiation culturelle peut être définie comme l’ensemble des dispositifs mis en place pour tenter de rendre la culture, la connaissance et les oeuvres réellement accessibles aux usagers. Autrement dit, c’est : « l’ensemble des aides ou des supports qu’une personne peut offrir à une autre personne en vue de lui rendre plus accessible un savoir quelconque ».
Peut-on réellement distinguer médiation sociale et culturelle ? En effet, les obstacles qui s’opposent à la rencontre entre les oeuvres, le savoir et les usagers sont souvent dus à des réalités sociales. En outre, la médiation sociale en bibliothèque, en visant à éviter et résoudre les conflits entre certains publics « difficiles » et l’institution, permet à ces publics de trouver leur place et, par là, d’avoir une chance d’accéder aux oeuvres. Il apparaît donc que la médiation culturelle ne peut se passer de la médiation sociale et la distinction entre ces deux modes de médiation est en partie théorique.
L’analyse du dispositif des médiateurs du livre mis en place par la DLL et ATD-Quart-Monde montre que la médiation en bibliothèque est bien à la croisée du culturel et du social. Les médiateurs du livre ne travaillent pas en direction des classes moyennes, assez bien représentées en bibliothèque. Relativement à l'aise avec le livre, elles connaissent les codes et n'ont pas à franchir d’obstacles particuliers pour entrer en bibliothèque. La médiation est alors une sorte « d'affirmative action » culturelle : dispositif spécifique mis en place en direction de « non publics » catégorisés (jeunes, personnes issues de quartiers socialement défavorisés), et bénéficiant de moyens supplémentaires. Ceci dans le but de combattre les difficultés culturelles particulières de cette population. »
Plus loin, l’auteur indique que les bibliothécaires font un usage plus large du terme de médiation, qui englobe pour eux l’ensemble des activités d’une bibliothèque (et caractérise non seulement des actions humaines, mais également des dispositifs techniques) :
« La bibliothèque, dans son acception la plus pauvre, est un établissement qui met des oeuvres à disposition d’un public. Il est tentant de regarder la bibliothèque dans son ensemble comme un dispositif de médiation entre des contenus culturels et des publics.
À ce titre l’ensemble des activités de la bibliothèque et des bibliothécaires devrait être considéré comme de la médiation culturelle. Ainsi, pour Anne-Marie Bertrand, tout ce qui fait l’interface entre les oeuvres et les usagers est regardé comme médiation : classification, signalétique, catalogue, bureaux d’information. La médiation regrouperait donc à la fois les dispositifs permettant de se passer de tout intermédiaire humain, de tout médiateur (la classification et la signalétique), et les dispositifs où l'intermédiaire humain reste nécessaire, par exemple le bureau de renseignement. »
Source :
SANDOZ, David. Repenser la médiation culturelle en bibliothèque publique : participation et quotidienneté. Mémoire d'étude DCB, enssib, 2010 [en ligne]. Disponible sur : http://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/notice-48311

Pour aller plus loin :

Olivier Chourrot. Le bibliothécaire est-il un médiateur ? Bulletin des bibliothèques de France, t. 52, 2007, n° 6, p. 67-71. Disponible sur : http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-2007-06-0067-000

2. Médiation et action culturelle

L'action culturelle est la fonction des bibliothèque la plus souvent assimilée à l'idée de médiation.

Un mémoire sur l'action culturelle distingue l'animation, la médiation et l'action culturelle :
THIRIET, Mathilde. La formalisation de l'action culturelle : réflexion à partir de l'exemple de la Médiathèque de l'agglomération troyenne. Mémoire d'étude DCB, enssib, 2004 [en ligne]. Disponible sur : http://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/notice-788

Pour Mathilde Thiriet, la médiation est d’abord « une attitude qu'adoptent les personnels de bibliothèque vis-à-vis à la fois des services et des missions de la bibliothèque tels qu'ils les conçoivent, et des publics. La médiation est une manière d'être dans son métier, faisant appel à des qualités de contact, de disponibilité. Elle est cette position de « passeur » entre publics et bibliothèque, dans laquelle nombre de bibliothécaires se reconnaissent. On peut ainsi estimer qu'elle guide tout le travail, même interne et quotidien, et qu'elle est mise en œuvre dans chacune des activités du bibliothécaire, comme une action ordinaire, continue. »

L’action culturelle est clairement distinguée de la médiation dans ce passage :
« Alors que l’animation est plutôt définie par un ensemble de pratiques, et la médiation par une « attitude », par une position vis-à-vis du public et des collections, l’action culturelle désigne plus largement un projet. On peut la penser comme une construction cohérente des différentes animations, ou plus précisément comme l’inscription de ces activités dans une réflexion plus large, dans un véritable projet de service. L’action culturelle fait la synthèse entre des animations qui sont de l’ordre de la pratique, et la médiation, qui est plutôt une conception du rôle des bibliothécaires dans la relation entre publics et bibliothèque.
L’action culturelle peut ainsi se définir comme la vision qui permet d’ordonner et de mettre en œuvre, dans les pratiques d’animation, le rôle de médiateur que se donnent les bibliothécaires. Elle est la réflexion et le discours sur lesquels se fondent à la fois ces activités et cette fonction de médiation. Bernard Huchet rappelle ainsi qu’elle « procède avant toute autre chose d’un discours, elle est la présentation publique d’un propos que l’établissement doit construire ». L’expression « action culturelle » contient donc dans sa signification l’idée de cohérence, l’idée d’un projet argumenté, qui engage la bibliothèque dans son ensemble. »

Vous trouverez une définition et une bibliographie sur l’action culturelle dans le dictionnaire de l'enssib : http://www.enssib.fr/le-dictionnaire/action-culturelle-0

Pour aller plus loin :

Un article en ligne :
PAYEN, Emmanuèle. Action culturelle et production de contenus. Bulletin des bibliothèques de France [en ligne], 2011, n° 1 - t. 56, p. 20-25 : http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-2011-01-0020-004

Un chapitre du manuel "Le métier de bibliothécaire" :
PAYEN Emmanuèle. L'action culturelle en bibliothèque. in Le métier de bibliothécaire. Association des bibliothécaires de France ; sous la direction d'Yves Alix. 12ème éd. Paris, Cercle de la Librairie, 2010. Présentation disponible sur : http://www.electrelaboutique.com/ProduitECL.aspx?ean=9782765409779

Le manuel de référence :
HUCHET Bernard, PAYEN Emmanuèle. L'action culturelle en bibliothèque. Nouvelle édition. Paris : Cercle de la Librairie, 2008.

3. Le développement d'internet a fait apparaitre la médiation numérique

L'enssib vient de publier un manuel sur la médiation numérique (http://mediationdoc.enssib.fr/), qui est également disponible en ligne :
http://mediationdoc.enssib.fr/lire-en-ligne
Pour aller plus loin, vous pouvez consulter les documents signalés dans la bibliographie de cet ouvrage : http://mediationdoc.enssib.fr/lire-en-ligne/sommaire/bibliographie

4. Les médiateurs du livre

L'enssib a rédigé une fiche pratique en 2007 sur les postes de médiateur du livre, créés dans les années 90 : http://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/notice-1700.
Cette fiche pratique précise que ces postes relèvent d'un type particulier de médiation, à destination des publics éloignés de la lecture : "Le médiateur du livre œuvre le plus souvent dans des bibliothèques, mais aussi dans d'autres lieux culturels, en essayant de "sortir des murs" et d'amener vers ces lieux les familles qui les fréquentent le moins. Ses missions sont de promouvoir le livre et de rencontrer les publics éloignés de la lecture à travers des animations spécifiques de sensibilisation proposées en bibliothèques/médiathèques ou à l'extérieur : centres sociaux, foyers ruraux, maisons de l'enfance, etc."
Ces postes, souvent occupés par des emplois-jeune, n’ont pas forcément été pérennisés ; nous pouvons toutefois évoquer le cas du réseau des bibliothèques de Lyon, qui dispose toujours d'une quinzaine de postes de médiateurs.

Cordialement,

Le Service questions? réponses! de l'enssib

MOTS CLES : Services et publics : Accueil et médiations