Carte gratuite pour l'accès à la bibliothèque

Question

Bonjour,
Dans les bibliothèques, on parle d'un accès libre et gratuit. Pour les emprunts de documents, la gratuité n'est pas pratiquée partout, et passe par une carte d'inscrit emprunteur. Ma question est : si nous voulions créer une carte gratuite d'accès à la bibliothèque, y aurait-il des obstacles règlementaires ?
L'objectif de cette éventuelle carte est simplement de mieux connaître la fréquentation réelle non pas seulement celle des inscrits mais aussi celle des personnes utilisant la bibliothèque, et de celles participant aux animations.
Y aurait-il d'autres obstacles ? déontologiques, culturels, ...
Ce type de carte existe t-il en Europe ?
Merci pour votre réponse

Réponse

Date de la réponse :  22/06/2015

Dans le souci de comptabiliser les fréquentants non-emprunteurs de votre bibliothèque, vous vous interrogez sur la mise en place d’une carte gratuite d’accès et ses éventuels obstacles réglementaires, déontologiques, culturels…

Nous ne connaissons pas d'initiative similaire ni en France ni à l'étranger. Une façon de vérifier si cela se fait ailleurs serait de reposer votre question sur le forum de l'Association des bibliothécaires de France, AgoraBib http://www.agorabib.fr/ .

Ne connaissant pas le contexte précis dans lequel vous vous posez cette question, il nous est assez difficile d’y répondre. La connaissance de cette fréquentation réelle doit-elle servir des projets internes, ou un dialogue avec votre hiérarchie administrative ou politique ? Nous vous proposons quelques pistes de réflexions.

Une remarque préliminaire : la carte n’est pas nécessairement le meilleur moyen pour comptabiliser la fréquentation. Les enquêtes de publics parlent des fréquentants invisibles - correspondant par exemple à l’utilisation d’une seule carte par couple : « Ces chiffres sont à relativiser en considérant la question des usagers invisibles, qui échappent aux statistiques en utilisant la carte du conjoint ou de l’enfant, bénéficiant ou non de la gratuité, pour ses emprunts. Bruno Maresca estime qu’ils représentent 15 % des non-fréquentants. »
Source : Master professionnel Lettres spécialité Monde du Livre à l'Université d'Aix-Marseille, Blog, Monde du livre http://mondedulivre.hypotheses.org/3422 .

Par ailleurs, la facilité d’accès est un des atouts de la bibliothèque publique. Il serait dommage de mettre en place un frein à cette liberté d’entrer et de sortir d’une bibliothèque sans aucune formalité. On pourrait en effet voir là un obstacle déontologique. En effet, comme le rappelle le Code de déontologie du bibliothécaire de l’Association des bibliothécaires de Françe, la bibliothèque doit faciliter l'accès à ses services :
« 1. l’usager - Le bibliothécaire est d’abord au service des usagers de la bibliothèque. L’accès à l’information et à la lecture étant un droit fondamental, le bibliothécaire s’engage dans ses fonctions à "assurer le libre accès de l’usager à l’information", "permettre un accès à l’information respectant la plus grande ouverture possible, libre, égal et gratuit", "garantir l’autonomie de l’usager", "promouvoir auprès de l’usager une conception de la bibliothèque ouverte, tolérante, conviviale"
Source : Code de déontologie de l'ABF http://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/documents/1989-code-de-deont... .
La notice Code de déontologie du Dictionnaire de l’enssib pourra vous donner des éléments comparatifs à l’international. http://www.enssib.fr/le-dictionnaire/codes-de-deontologie
Dans tous les cas, on note la mission de la bibliothèque de favoriser l’accès à l’information. On peut en déduire qu’une formalité administrative ne favorise pas cet accès.
Votre idée ne semble donc pas très appropriée au regard des ces premiers éléments de réflexion.

D’autre part, vous ne précisez pas comment vous imaginez la mise en place de cette carte, qui nous semble complexe :
- Repérage des individus fréquentants et non-inscrits, puis sollicitation individuelle pour attribution d’une carte d’accès ?
- Affichage à l’entrée indiquant les différents types de cartes et invitant chacun - emprunteur ou non emprunteur - à faire la carte ad hoc ?
- La carte serait-elle annuelle ou distribuée à chaque passage ? Le deuxième cas est impossible à mettre en place. Le premier ne permet pas de mesurer la récurrence de la fréquentation et donc ne donne pas de partition chiffrée non-inscrits actifs réguliers ou peu actifs.
On voit là que votre question a une incidence sur l’accueil du public au sens large incluant des questions de communication. Un autre champ convergent est la sociologie des publics.
Nous vous encourageons donc à vous interroger sur votre politique d’accueil. Sur le sujet, vous pouvez lire :
- Bibliothécaire, un métier d'accueil ? Bénédicte Frocaut, mémoire d’étude DCB, enssib, janvier 2014 http://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/documents/64171-bibliothecai...
- Bien accueillir à la bibliothèque : processus humains, compétences, savoir-faire. Amaël de Montgolfier, mémoire d’étude DCB, enssib, décembre 2012 http://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/documents/60392-bien-accueil...

Une autre piste serait de vous fier aux enquêtes nationales, qui donnent des pourcentages de fréquentations et d’usages en fonction des types d’inscriptions, incluant parfois les non-inscrits : nous vous encourageons à lire ce dossier du Bulletin des bibliothèques de France de 2006 : Connaître les publics : enquêtes et statistiques http://bbf.enssib.fr/sommaire/2006/6
Il est sans doute plus chronophage mais plus efficient de mener une étude des publics ; sur le sujet, vous pouvez consulter notre fiche pratique Mener une étude des publics. http://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/documents/1755-mener-une-etu...

Une autre piste encore serait que votre initiative soit liée à une opération marketing. À titre d’exemple, organiser une semaine des amis de la bibliothèque dont l’objectif affiché serait festif et l’objectif caché d’identifier les fréquentants non-inscrits - en les dotant d’une carte ou pas - mais en imaginant une façon de les identifier avec une démarche pro-active de leur part, signe de leur adhésion à cette démarche. Si la piste marketing vous intéresse, vous pouvez consulter notre fiche pratiques sur Le marketing des bibliothèques. http://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/documents/48466-le-marketing...

Cordialement,

Le service Questions? Réponses! de l'enssib

MOTS CLES : Services et publics : Accueil et médiations; Services et publics : Sociologie des publics