Comment calculer la valeur des livres papier d'une BU

Question

Bonjour,
Je dois fournir une estimation de la valeur des documents papier constituant les collections de la bibliothèque (BU avec mission de conservation pour une petite partie des collections seulement) dans le cadre d'un inventaire général. Je me demande comment effectuer le calcul. Faut-il prendre une valeur moyenne et la multiplier par le nombre de documents ? Avec les années, certains livres perdent de la valeur, d'autres peuvent en gagner s'ils ne sont plus disponibles en librairie...
Existe-t-il une norme qui traite d'une telle comptabilisation ?
Qu'en est-il des revues papier ?
D'avance, un grand merci pour votre aide.

Réponse

Date de la réponse :  26/01/2017

Vous devez fournir une estimation de la valeur des documents papier constituant les collections de votre bibliothèque (BU avec mission de conservation pour une petite partie des collections seulement) dans le cadre d'un inventaire général. Vous vous demandez comment effectuer ce calcul (notamment en ce qui concerne les revues papier) et vous voulez savoir s'il existe des recommandations en la matière.

A notre connaissance, il n'existe pas de recommandations récentes en français sur le sujet.
Les documents que nous avons consultés semblent indiquer qu'il revient à chaque établissement d'établir son estimation, en fonction de spécificités de sa collection.
Pour simplifier les calculs, un prix moyen peut être établi par type de document.
Certains établissements distinguent les collections courantes (dont la dépréciation peut être calculée selon les règles de l'amortissement linéaire) des collections rares (dont la valeur augmente avec le temps).

La bibliothèque du Congrès propose un dossier sur l'estimation de la valeur d'assurance des collections d'une bibliothèque :
Insurance Valuation. Library of Congress. Extrait :

"Individual pricing for large general collections is not practical. Instead, group items into categories and calculate an average value for each category. Generally, the better categorized the collection, the more accurate the values."

La bibliographie signale notamment ce guide : Insuring and Valuing Research Library Collections. Association of Research Libraries, 2012
Extraits :

« Formulae used to Determine Value of Special Collections : Of 46 respondents, 10 (22%) use only one method to place a value on their special collections; these 10 split evenly between selecting the average value per item of groups of materials within the collection and an institutionally agreed-upon value of the collection. The remaining 36 respondents (78%) use at least two and sometimes six different methods to arrive at the value for their special collections. (…)
How Depreciation is Determined : The 25 institutions whose collections are perceived as depreciating were asked what method of depreciation was used. Fourteen (56%) reported using straight-line depreciation. »

Dans nos précédentes réponses à des questions proches de la vôtre (que vous avez apparemment déjà consultées), nous citons un rapport de l'Inspection générale des bibliothèques sur l’évaluation de la valeur des documents détruits, qui indique notamment :

« Il y a généralement débat sur le taux d'abattement annuel. Il doit être négocié. On peut considérer qu'un ouvrage est dévalorisé par l'usure. Il peut aussi bien être valorisé par la conservation, s'il n'est plus disponible en librairie. »

Nous citons également un article sur le calcul de la valeur de remplacement de collections détruites, dans lequel Jean Goasguen évoque une estimation (acceptée par une compagnie d'assurance) fondée « sur la notion de « produit culturel à valeur ajoutée », selon laquelle le prix d'achat d'un livre acquis par une bibliothèque représente seulement 25 % du coût total, lequel inclut le coût des opérations intellectuelles, administratives et techniques précédant, accompagnant et suivant l'entrée du livre dans les collections ». L’auteur conclut que « si certains principes généraux peuvent faire  « jurisprudence » (notions de valeur ajoutée, de dépréciation par vétusté, de valorisation par rareté), les paramètres d'application peuvent varier considérablement selon la nature des collections ».

Sources :

Nous n’avons pas connaissance d’autres documents récents sur le sujet.

Si votre collection comprend des livres anciens dont la valeur est susceptible d’avoir augmenté avec le temps, vous pouvez vous faire une idée de leur prix sur le marché du livre rare en consultant ces sites spécialisés :