Droit de reproduire un ouvrage tombé dans le domaine public

Question

Bonjour,
je suis très intéressé par l'Histoire générale du IVe siècle jusqu'à nos jours.
Cette encyclopédie d'histoire a été publiée sous la direction de Ernest Lavisse et Alfred Rambaud de 1891 à 1900.
Je voudrais savoir si son texte est libre de droits et dans quelles conditions il peut être utilisé : je ne parle pas de courts extraits mais d'une republication.
Merci d'avance pour vos éclaircissements.

Réponse

Date de la réponse :  09/01/2018

Vous souhaitez savoir si l'ouvrage "Histoire générale du IVe siècle jusqu'à nos jours", publié sous la direction de Ernest Lavisse et Alfred Rambaud de 1891 à 1900, est libre de droits car vous souhaitez le reproduire intégralement.

Sur le site de Gallica, la bibliothèque numérique de la BnF, les 12 ouvrages sont libres d'accès, et dans les informations détaillées, il est spécifié qu'il sont "dans le domaine public".

Si vous souhaitez reproduire ces ouvrages à des fins commerciales, vous ne pouvez utiliser librement ces copies numériques disponibles sur Gallica.
En effet, il est spécifié dans les Conditions d’utilisation des contenus de Gallica, que : " la réutilisation commerciale de ces contenus est payante et fait l'objet d'une licence. Est entendue par réutilisation commerciale la revente de contenus sous forme de produits élaborés ou de fourniture de service ou toute autre réutilisation des contenus générant directement des revenus."

Si vous êtes propriétaire des 12 volumes, vous pouvez faire des copies numériques ou papier en vue d'une publication tout en n’omettant pas de mentionner la source de l'original reproduit (nom de l’éditeur et dates de publication).

Veuillez noter que ces indications n’ont pas de valeur juridique.
Aussi, pour davantage de sûreté,  nous vous signalons le service juridique de l’Arald. Réservé aux professionnels du livre de la région Rhône-Alpes, « il permet une consultation gratuite auprès d'avocats spécialisés, afin de répondre à des questions précises pouvant concerner autant des sujets liés à la propriété littéraire et artistique que des points relatifs à la transmission ou à la commercialisation. »