Mise en place massive du WI-FI dans les bibliothèques et risques sanitaires

Question

Bonjour,
Je voudrais savoir si la mise en place massive de bornes WI-FI dans les établissements de lecture publique ne présentait pas des risques pour la santé. Le développement exponentiel de l'informatisation et du numérique est certes tel que son accès doit être possible au plus grand nombre, mais, outre la sécurité des données, réfléchit-on aux conséquences sur le long terme? (Notamment à l'impact en continu des ondes électromagnétiques sur le corps humain, le cas des personnes électrosensibles qui ne peuvent avoir accès aux locaux compte tenu de leur handicap? Sans parler des jeunes enfants ou des nourrissons dont les organes vitaux sont en plein développement?)
L'accès au WI-FI est-il nécessairement le gage de la qualité d'une bibliothèque?
Enfin, le personnel des bibliothèques équipées de ces appareils est sans arrêt en contact avec l'émission de ces ondes, à puissance plus ou moins élevée. Comment réagir face à ce phénomène?
Je vous remercie pour l'attention que vous voudrez bien porter à ma demande.

Réponse

Date de la réponse :  02/11/2015

Vous voulez savoir comment les bibliothèques prennent en compte les risques sanitaires liés à la mise en place de bornes Wifi.

Le Wifi se généralise en effet, notamment en réponse à la demande du public. Les bibliothèques peuvent également proposer des connexions filaires.
Ces choix sont soumis à la validation des CHSCT (comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail), et peuvent également être remis en cause par les tutelles (en cas d'opposition des usagers, par exemple).
L’Agence nationale des fréquences (ANFR) est l’établissement public qui veille au respect des valeurs limites d’exposition aux champs électromagnétiques.

Dans le manuel Concevoir et construire une bibliothèque, paru en 2011, le ministère de la Culture décrit ainsi l'accès sans fil à Internet (page 47) :

"Pour l'accès à Internet, les bibliothèques ont le choix entre le Wifi et le réseau filaire (tableau 4.1 "comparaison des technologies informatiques). La connexion filaire est une alternative crédible au Wifi et incite à reconsidérer l'utilisation massive et systématique du Wifi. Le Wifi  suscite, plus encore que la RFID, des craintes en matière de santé, atténuée cependant par de récentes études. (...) Une étude américaine (...) a prouvé les effets génotoxiques des ondes de 24500 Mhz (fréquence du Wifi). Un autre rapport (...) a conclu à la révision des normes réglementaires concernant l'exposition aux ondes électromagnétiques. Ces études ont entraîné la déconnexion des bornes Wifi des bibliothèques parisiennes en décembre 2007 et de celles de la BnF et de la bibliothèques Saint-Geneviève en 2008. Alors que la BnF a opté pour le réseau filaire, la ville de Paris a décidé en septembre 2008, à la suite d'un rapport, de reconnecter le réseau Wifi dans ses bibliothèques."
Source : Concevoir et construire une bibliothèque du projet à la réalisation. Ministère de la culture et de la communication, Direction générale des médias et des industries culturelles, Service du livre et de la lecture ; sous la direction de Laure Collignon et Colette Gravier. Ed. du Moniteur, 2011

Pour information, voilà quelles sont les recommandations pour les bibliothèques d'enseignement supérieur :

"Le câblage ou le WiFi ? Le câblage de la bibliothèque est aujourd’hui et encore, la solution préconisée. D’autres technologies sont apparues et font leurs preuves (telles que le WiFi). Il convient en fait de soutenir le filaire par l’implantation de liaisons non filaires. Les technologies sont diverses et peuvent efficacement s’ajouter et se compléter. Le filaire électrique, le sans fil de proximité, la fibre optique, le cuivre dans les derniers mètres, les ondes hertziennes (WiFi), le courant porteur en ligne offrent l’avantage, en étant cumulés, de favoriser le nomadisme des publics et la plus grande disponibilité des ressources."
Source : Bibliothèques universitaires Learning centres : guide pour un projet de construction. Sous la direction d'Anne-Marie Chaintreau. Ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, 2012

Le manuel Vers la bibliothèque globale l'Agenda 21 dans les bibliothèques, paru en 2014, ne propose qu'un court paragraphe sur le sujet :

"Un mot enfin sur le wifi. Cette technologie, donnant accès à l’Internet sans fil, très prisée dans les bibliothèques, universitaires d’abord, mais aussi publiques. Elle présente l’avantage d’un déploiement rapide pour un coût relativement faible. L’impact des ondes wifi sur la santé fait cependant l’objet d’une controverse, qui a notamment interrompu un temps sa mise en œuvre dans les bibliothèques de la Ville Paris. Il n’est donc pas impossible que, dans quelques années, la diffusion d’ondes wifi soit plus sévèrement encadrée et qu’on en revienne à proposer des prises réseau à côté des prises de courant sur les tables équipées pour les ordinateurs portables."
Source : Vers la bibliothèque globale l'Agenda 21 dans les bibliothèques. sous la direction de Joachim Schöpfel et Chérifa Boukacem-Zeghmouri. Éd. du Cercle de la librairie, 2014

Le site Actualitté propose de nombreux articles sur le Wifi. Un article indique qu'en dépit de l'opposition des syndicats, et pour répondre à la demande des usagers, la BnF a décidé d'implémenter le Wifi (tout en ménageant des "zones blanches" sans Wifi). Un autre article évoque la Bulac, qui ne propose que des connections filaires. Enfin, un article évoque l'arrêt du Wifi dans les espaces jeunesse des bibliothèques parisiennes.
 

La controverse autour des fréquences radio n'est pas propre aux bibliothèques, et concerne non seulement la généralisation du Wifi (dans les lieux publics, ainsi que dans les habitations), mais également et surtout la téléphonie mobile. La loi n° 2015-136 du 9 février 2015 introduit un principe de « sobriété » de l'exposition du public aux champs électromagnétiques ; elle interdit le déploiement du Wifi dans les crèches et limite son utilisation dans les écoles primaires. Un article du Monde sur cette loi indique que les priorités en matière de prévention des risques concernent surtout les antennes-relais : Une loi pour encadrer l'exposition aux ondes. Pierre Le Hir. Le Monde, 29 janvier 2015

Le gouvernement propose un site sur les radiofréquences et la santé, qui propose notamment des recommandations concernant la prévention en milieu professionnel.