Normes pour ludothèques

Question

Bonjour,

J'aimerais savoir s'il existe des normes, ou tout au moins des recommandations, pour les ludothèques en matière de ressources humaines, surfaces, budget d'acquisitions, comme c'est le cas pour les bibliothèques.

Sur le site de leur association, je n'ai rien trouvé de tel, seulement une charte.

Merci pour votre réponse

Réponse

Date de la réponse :  05/03/2019

Vous voulez savoir s'il existe des recommandations pour les ludothèques (ressources humaines, surfaces, budget d'acquisitions).
 

Nous n'avons pas connaissance de recommandations en la matière.


Pour vous en assurer, vous pouvez contacter l'association des ludothèques françaises ou le Centre de formation aux métiers du jeu et du jouet.


Ce manuel répondra sans doute en partie à vos questions, mais nous n'avons pas pu le consulter :
Des espaces pour jouer : Pourquoi les concevoir ? Comment les aménager ? Odile Perino. Eres, 2014. Présentation


Si votre question concerne la création d'une ludothèque au sein d'une médiathèque, voilà ce qu'indique le manuel du Ministère de la culture Concevoir et construire une bibliothèque :
 


Espace pour le jeu ou simple offre de jeux ?
Une véritable ludothèque est encore rare dans les bibliothèques. En tant que secteur de médiathèque, elle nécessite une surface d'environ 150 m2, pour proposer un accueil sur place ou plus fréquemment le prêt de jeux à domicile (La Roche-sur-Yon). A Niort, une bibliothèque-ludothèque de 186 m2 animée par 3 agents offre 3000 jeux et jouets ainsi que 12 000 livres. A la médiathèque d'agglomération Jean-Jacques Rousseau à Montpellier, la ludothèque (300 m2) est un secteur à part entière de la médiathèque (2000 m2), avec une offre de 1500 jeux...

Source : Concevoir et construire une bibliothèque du projet à la réalisation. Ministère de la culture et de la communication, Direction générale des médias et des industries culturelles, Service du livre et de la lecture ; sous la direction de Laure Collignon et Colette Gravier. Ed. du Moniteur, 2011.

 


Voilà également ce qu'indique le manuel Jouer en bibliothèque :

... les moyens disponibles, humains et financiers, définiront également le type de projet qui peut être mis en place. Avec peu de moyens, il vaudra mieux se concentrer sur une offre plus circonscrite mais efficace, plutôt qu’essayer de tout faire en petite quantité et de frustrer le public.

Le prix moyen d’un jeu de société pour les moins de huit ans se situe aux alentours de 15 €, tandis que celui d’un jeu pour les plus de huit ans monte à près de 30 €. Pour les jeux vidéo, les prix varient en général de 40 à 70 € pour un jeu neuf, auxquels il faut ajouter le coût des consoles de jeux, entre 200 et 500 €.
Ainsi, il sera aisé, avec des fonds d’acquisition réduits, de monter un petit fond d’animation sur place, alors qu’une offre de prêt demandera plus de temps ou plus d’argent pour devenir viable. Il faut cependant prendre en compte la surcharge de travail en accueil et en animation que cela représente en plus des activités habituelles des agents.
Il s’agit donc d’être correctement informé et de définir des objectifs clairs en fonction de ces trois critères : quels agents (avec quelle formation), pour quels publics et avec quels moyens ? (...)
L’espace qui pourra être mis à disposition pour le fonds définira largement ce qui peut effectivement être fait. Les pratiques ludiques, même dans les meilleures conditions, seront toujours plus bruyantes que les autres activités habituelles de la médiathèque. S’il est possible de dédier un espace fermé ou que le bruit ne pose pas de problème, tout est possible. Par contre, si l’aménagement des lieux ne peut pas être adapté au jeu, du prêt uniquement, voire de l’animation ponctuelle est à envisager. (...)
La médiathèque d’Osny, par exemple, a mis en place des mises en concurrence à hauteur de 4 000 € chaque année pendant trois ans pour constituer le fonds et envisage de dépenser environ 1 000 € par an par la suite pour entretenir le fonds. (...)
L’important est de construire un projet adapté à la situation de la médiathèque. Il faut bien prendre en compte les espaces, et les moyens ‒ pour savoir ce qu’il est possible de faire ‒ mais aussi faire des choix quant au public que l’on souhaite attirer avec ce genre d’offre. Il existe autant de façons de jouer que de joueurs, et une offre à l’image de cette variété. Vouloir tout faire peut autant diluer l’offre que trop se concentrer sur certaines choses risque d’exclure certaines pratiques. Il n’y a cependant pas de recette parfaite, et c’est à chaque équipement de trouver l’équilibre qui lui convient.

Source : Constituer une collection de jeux : quels objectifs ? in Jouer en bibliothèque. Sous la direction de Julien Devriendt. Presses de l'enssib, 2015. Présentation. Version électronique sur Openedition

 

Pour information, ce rapport ne formule pas de recommandations concernant les ressources humaines, les surfaces et les budgets d'acquisition :
Jeu et bibliothèque pour une conjugaison fertile. Françoise Legendre. Rapport de l'Inspection générale des bibliothèques, 2015

 

Enfin, si vous souhaitez recueillir des retours d'expérience de bibliothèques, vous pouvez vous inscrire au groupe Facebook Jeu en bibliothèque.