Volumétrie collections SF

Question

Bonjour, je travaille à la maison du livre, de l'image et du son de Villeurbanne (réseau de 4 médiathèques, un prêt aux collectivités et 2 bibliobus). Dans le cadre d'un aménagement global des collections de littérature et afin de libérer l'espace pour y installer des tables de travail, nous avons diminué le nombre d'étagères dédiées à la science-fiction et au fantastique (8 sur 10 ont été enlevées). Malgré un désherbage régulier, nous constatons aujourd'hui que les collections sont trop tassées, et sommes confrontés à des problèmes de place, notamment en raison du nombre et de la taille des séries de ce fonds (plus de 180 séries proposées). Aussi je me demandais si vous pourriez nous donner votre avis sur la volumétrie souhaitable de ce fonds (qui est celui de la médiathèque centrale, donc également le fonds de référence). Les données de ce fonds : 1100 documents (sur un fonds de fiction d'environ 16 000 docs, soit environ 7%) 1/3 environ étant emprunté, le reste disponible en rayon 4 plans inclinés de présentation taux de rotation de 4, 2 budget de 2000€ taux de renouvellement de 9% Merci beaucoup pour vos avis !

Réponse

Date de la réponse :  11/10/2018

Vous travaillez à la maison du livre, de l'image et du son de Villeurbanne.

Dans le cadre d'un réaménagement global de la bibliothèque vous avez procédé à une réduction du nombre d'étagères dévolues à la Science Fiction et vous procédez à un désherbage régulier de cette collection.

Malgré ce travail, cette collection demeure trop tassée. Vous souhaiteriez savoir quelle devrait être la volumétrie idéale d'un tel fonds pour une médiathèque centrale d'une ville de la taille de Villeurbanne.

 

Il nous est difficile de nous prononcer sur la taille idéale du rayon science fiction d'une bibliothèque. En effet, c'est la politique documentaire de la bibliothèque qui doit fixer la volumétrie de ce genre d'ouvrages et il peut tout à fait avoir été décidé de mettre particulièrement l'accent sur ce type de documents pour diverses raisons (par exemple, la commune organise un festival SF chaque année, la bibliothèque est identifiée comme pôle d'excellence en la matière, ou souhaite le devenir).

 

Afin de pouvoir déterminer la taille optimum de cette collection, il faut donc modéliser un calcul qui s'appuie sur :

- les orientations politiques, documentaires et les projets de la bibliothèque

- l'étude des publics et usagers potentiels de la bibliothèque

- l'évaluation des collections (évaluation qualitative, évaluation volumétrique et évaluation d'utilisation) .

Nous vous invitons à consulter l'ouvrage intitulé Bibliothèque et politiques documentaires à l'heure d'internet de Bertrand Calenge.
L'auteur présente dans le chapitre "Prendre la mesure des collections" des outils pour évaluer votre collection, outils qu'il invite sans cesse à remettre en perspective et en contexte dans d'autres chapitres.

L'ouvrage donne également des éléments sur le libre-accès en bibliothèque qui pourront vous intéresser :

"Un espace de libre accès accessible au prêt connaît un taux de documents en prêt de 30% du stock environ.
Une présentation agréable et aérée suppose des tablettes ou meubles emplis à seulement 75 à 80% du métrage linéaire (les tableaux 4, 5 et 6 reprennent cette exigence de présentation).
Dans un espace de libre accès soigneusement constitué, on peut donc prévoir une collection offerte au prêt de 30% supérieure au stockage passif signalé, à condition bien sûr que le renouvellement de la collection garantisse une rotation efficace des documents
". (p.35)

Concernant le taux de rotation (p.42) :

"Comme pour la majorité des indicateurs d’utilisation, celui-ci est avant tout relatif : pour un segment de collection, un taux de rotation de 4 (soit un nombre de prêts égal à quatre fois le nombre de documents prêtables) est faible si le taux de rotation général de la collection est de 8, il est élevé si ce même taux général est de 2. De plus, tout dépend des types de documents : d’expérience en bibliothèque publique on attend que les bandes dessinées connaissent un meilleur taux de rotation que les ouvrages de poésie, comme on se doute en bibliothèque universitaire que les manuels seront plus utilisés que les travaux de recherche avancée… Comment interpréter le niveau plus ou moins élevé d’un taux  de rotation ? Si ce taux est particulièrement (et relativement) élevé, une seule explication : l’offre ne suffit pas à satisfaire la demande (ce qui ne signifie pas nécessairement qu’il faille suivre aveuglément la demande… au risque d’écraser d’autres besoins plus discrets). Si ce taux est bas, plusieurs possibilités doivent en revanche être pesées : obsolescence du fonds ? Mise en valeur défaillante ? Offre excessive par rapport à la demande ? Inadéquation des contenus par rapport aux publics ? Réalité d’un fonds utilisé pour l’étude – sur place – plus que pour l’emprunt ? "

Source : Bibliothèque et politiques documentaires à l'heure d'internet. Paris : Éditions du Cercle de la librairie, 2008.

Concernant le taux de renouvellement (= (nombre d’acquisitions d’une année /ensemble des documents présents dans la collection en fin d’année) x 100) , là encore nous ne pouvons nous prononcer sur celui de votre collection. Toutefois, un document de la médiathèque départementale de Seine et Marne indique que la recommandation nationale est de 10% (vous êtes donc très proche de ce taux) et que "les emprunts tendent à décliner dès que le  taux d’apport de titres nouveaux dans une collection en libre accès est inférieur à 7.5%."

Source : Outils d'analyse des collections. Médiathèque départementale de Seine et Marne.

 

Vous pourrez vous référer également à un outil proposé par la bibliothèque départementale de Loire Atlantique évoqué dans son guide intitulé "La Politique Documentaire pour les Bibliothécaires". Il s'agit d'une calculette de répartition des collections sous la forme d'un fichier excel qui pourra vous aider à situer vos collections par rapport à des proportions communément admises.

 

Pour aller plus loin :