Fonds respectable

Question

Pouvez-vous m'indiquer à quoi correspondent les notions de "fonds respectable" et de "fonds optimal" dans une pratique de politique documentaire ?

Réponse

Date de la réponse :  11/10/2018

Thème :  Collections

Vous souhaiteriez savoir à quoi renvoient les notions de "fonds respectable" et de "fonds optimal" dans une pratique de politique documentaire ?

 

Nos recherches ne nous ont pas permises d'identifier un document qui reprendrait exactement ces expressions et en donnerait une définition.

 

Nous supposons que ces notions renvoient à la volumétrie optimale. Voici ce qu'indique Bertrand Calenge sur le sujet dans l'ouvrage Bibliothèque et politiques documentaires à l'heure d'internet  (p.34) :

"En règle générale, les normes ou recommandations de volumétrie optimale s’appuient sur la taille du public à desservir. L’Unesco établissait à 3  000 le nombre de livres nécessaires pour fonder une bibliothèque publique. On verra plus loin les recommandations établies par la Direction du livre et de la lecture pour les bibliothèques municipales, et par la Direction chargée des bibliothèques universitaires pour ces dernières.

Ces volumétries permettent à chaque établissement de vérifier son niveau d’adéquation à l’état du consensus. Elles permettent également de dimensionner les espaces documentaires d’un bâtiment neuf ou réaménagé. Il est utile de garder à l’esprit quelques observations :

– ces volumétries s’entendent toujours hors fonds spécialisés ou patrimoniaux et concernent les seules collections courantes (il n’existe évidemment aucune recommandation volumétrique en matière de patrimoine) ;

– les volumétries optimales sont difficilement manipulables dans les bibliothèques de recherche : en effet, les besoins documentaires des chercheurs peuvent s’alimenter des sources très variées (et notamment électroniques) ;

– l’expansion volumétrique d’une collection ne suit pas un accroissement mécanique : l’usure des documents ou leur obsolescence peut conduire à les retirer des collections (voir plus loin « l’évaluation logistique et/ou économique »). "

[...]

il propose également un tableau( p.36) :

"Recommandations nationales pour les collections

Bibliothèques municipales

Les recommandations ne concernent que les collections en libre accès. Les documents « documents équivalents livres ».

  • Stock :

 -en dessous de 10 000 habitants :  220 documents pour 100 habitants, 1 abonnement pour 150 habitants

- de 10 000 à 60 000 habitants : 220 documents pour 100 habitants, 1 abonnement pour 200 habitants

- au-dessus de 60 000 habitants : 200 documents pour 100 habitants, 1 abonnement pour 220 habitants

 

  • Accroissement : 10 % par an, hors périodiques.

 

Bibliothèques universitaires

  • Bibliothèque pluridisciplinaire en création :

-Stock de départ : 10 ouvrages/usager , 1 titre de périodique pour 4 chercheurs, 1 titre de périodique pour 20 étudiants

-Accroissement annuel : 2 ouvrages/usager, 0,1 titre de périodique pour 4 chercheurs,  0,1 titre de périodique pour 20 étudiants

 

  • Bibliothèque de recherche en sciences humaines :

-Accroissement annuel : 2,5 ouvrages/usager,  1 nouveau titre de périodique pour 10 chercheurs,  1 nouveau titre de périodique pour 200 étudiants

 

  • Bibliothèque de recherche en sciences exactes :

-Accroissement annuel : 1 ouvrage/usager, 1 nouveau titre de périodique pour 8 chercheurs

Sources :
Gérald Grunberg (dir.), Bibliothèques dans la cité, Éditions du Moniteur, 1996. Marie-Françoise Bisbrouck et Daniel Renoult (dir.), Construire une bibliothèque universitaire. Éditions du Cercle de la librairie, 1993."

 

Source : Bibliothèque et politiques documentaires à l'heure d'internet. Paris : Éditions du Cercle de la librairie, 2008.

 

Si vous êtes intéressé par l'évaluation des collections dans le cadre de la politique documentaire, nous vous proposons également les ressources suivantes :