Alessia Carriero

Alessia Carriero a obtenu une licence en Lettres modernes italiennes à l’université de Bari (Italie). Elle a ensuite commencé un master en sciences du livre et du document (archivistique et bibliothéconomie) à l'université de Bologne, notamment sur le site de Ravenne. Elle a été monitrice étudiante dans une bibliothèque d'archéologie à Ravenne. Elle est inscrite à l’Enssib en master Histoire, civilisation, patrimoine - parcours "Cultures de l’écrit et de l’image".

Rencontre avec Alessia Carriero, étudiante en master Histoire, civilisations et patrimoine - parcours "Cultures de l'écrit et de l'image", dans le cadre du programme Erasmus+

1/ Pourquoi avoir choisi l’Enssib pour une mobilité Erasmus ?
Alessia Carriero : J’ai choisi de faire ma mobilité Erasmus à l’Enssib puisqu’en tant qu’école nationale supérieure, elle offre un parcours d’études très convoité en France. Le cursus de formation offert est très riche et il est en symbiose avec mes intérêts. Cela me permet de comparer deux méthodes d’études différentes. De fait, pouvoir effectuer une telle expérience dans ce lieu est une occasion absolument prestigieuse.

 

2/ Quel intérêt représente une mobilité internationale dans votre parcours universitaire ?
Alessia Carriero : Je pense qu’une mobilité internationale est une expérience extraordinaire pour les jeunes, pour découvrir les modalités de travail en France avec un point de vue pratique. J’avais envie de découvrir ce nouveau monde car dans le futur, je n’exclus pas une carrière à l’étranger, notamment en France. Ce pays, en effet, est fort similaire à mon mode de vie et son patrimoine culturel et artistique est comparable à celui de mon pays, l’Italie. De plus, j’apprécie beaucoup le mode d’enseignement universitaire français, qui lie constamment l’aspect pratique à la théorie, et qui permet de connecter de façon efficace les étudiants au monde du travail.

 

3/ Quels sont vos sujets d’intérêt dans le cadre de votre master ?
Alessia Carriero : Mon master en Italie se concentre sur les études des archives et des bibliothèques, sur la conservation et sur leur préservation. À l’Enssib j’ai choisi le master Histoire, civilisation, patrimoine - Cultures de l’écrit et de l’image, pour me concentrer, une fois de plus, sur l’aspect pratique du livre en tant qu’objet et sur la gestion du support documentaire. J’ai été attirée par la possibilité d’acquérir des compétences réelles sur la valorisation des fonds patrimoniaux et sur les politiques de conservation.

 

4/ Qu’est-ce qui vous étonne le plus dans ce que vous découvrez de la vie en France ou dans votre quotidien à l’Enssib ?
Alessia Carriero :
Je suis liée à la France depuis longtemps. Je m’y suis rendue plusieurs fois pour la découvrir, pour des raisons personnelles et académiques. Ma sœur travaille et habite en France depuis plusieurs années, par conséquent, mon lien avec la France est très fort. Ce qui m’a le plus frappée depuis mon arrivée au sein de l’école, c’est la disponibilité et l’attention accordées à chaque élève. L’école est très bien organisée, elle offre de nombreux services aux étudiants (même d’un point de vue sportif et médical, n’importe quel type de besoin peut être satisfait) et une attention particulière est portée à l’étudiant lui-même. Les espaces communs sont très bien entretenus. Ce qui m’a le plus étonnée, c’est notamment la volonté d’offrir un environnement agréable et relaxant, l’attention portée aux détails comme, par exemple, aménager un espace vert (il y a un jardin, où nous pouvons nous détendre lors des pauses ou même donner un coup de main pour prendre soin des plantes). Il y a aussi des lieux où nous pouvons vraiment créer une communauté et échanger entre nous pour que chacun se sente chez soi.

 

5/ Après six mois à l’Enssib, vous avez prévu de poursuivre un Erasmus à Prague. Quelle sera la continuité entre ces deux expériences ?
Alessia Carriero :
C’est certainement ma dernière année d’études. J’ai décidé d’essayer de tirer profit des expériences qui se présentaient à moi. Le résultat a été un Erasmus pour étudier à Lyon et un stage à Prague. Le stage à Prague, au sein de la Bibliothèque nationale Klementinum, sera donc l’occasion de mettre en pratique mes connaissances. Le but premier de mon Erasmus à Lyon est d’acquérir le maximum de compétences qui pourront s’ajouter à celles acquises dans mon université d’origine à Bologne. Par conséquent, cela me permettra de réaliser mon stage dans les meilleures conditions.

 

Propos recueillis par Véronique Heurtematte
Le 6 octobre 2021