Index des revues

 
  • Index des revues

Journée d'étude de l'Association des diplômés de l'Ecole des bibliothécaires-documentalistes

1975

    Journée d'étude de l'Association des diplômés de l'Ecole des bibliothécaires-documentalistes

    Par Marcelle Beaudiquez

    Plus de soixante personnes ont participé le 13 octobre 1975 à la journée d'étude de la D.E.B.D. Les représentants de l'A.B.F. et des autres associations professionnelles (A.D.B.S., A.E.N.S.B.....), cordialement invités, ont participé à cette réunion sur le thème L'image de marque de notre profession. Cergy-Pontoise, ville-nouvelle, avait été choisie comme lieu de réunion ; dans les bâtiments modernes de l'E.S.S.E.C. (Ecole supérieure des sciences économiques et commerciales), les participants étaient accueillis en musique (The Music Man, comédie musicale américaine où le personnage central est une bibliothécaire !) par Renée Lemaître, présidente de l'Association.

    En plus du thème principal de cette jourrée, deux communications étaient directement liés au cadre de la réunion : la présentation de Cergy par Marcel Bajard, architecte-urbaniste de la ville-nouvelle et l'exposé d'Alain Massuard, conservateur à la Bibliothèque publique de Cergy. Ce dernier devait prouver à l'auditoire qu'on peut faire lire les habitants sans attendre les constructions définitives, malgré les difficultés et les incertitudes administratives.

    La partie principale de cette réunion était donc consacrée à « l'image de marque ». Michel Albaric, bibliothécaire du Saulchoir, a présenté un montage audio-visuel sur la représentation du bibliothécaire à travers les siècles et à travers les images et les textes, de la Nef des Fous à Kerouac, des miniatures à Rollerball. Cette rétrospective plaisante et parfois surprenante, devait toutefois faire ressortir les ambiguïtés de notre métier « gardien d'un passé révolu ou jardinier des racines de la vie ».

    Après un exposé contesté de J.M. Basset, professeur à l'Ecole française des attachés de presse, la discussion a été très animée et s'est orientée plus particulièrement sur les problèmes de la fonction de documentaliste.

    Aucun remède miracle permettant de revaloriser notre métier n'a été découvert au cours de cette journée mais chacun a pu s'informer et confronter ses expériences dans une atmosphère sympathique dont les organisatrices doivent être remerciées.