Marie Catherine Beaulieu

Étudiante québécoise, Marie-Catherine Beaulieu est actuellement en master PBD (Politique des bibliothèques et de la documentation).

Marie-Catherine Beaulieu : une immersion dans la bibliothéconomie française

Étudiante québécoise en master PBD (Politique des bibliothèques et de la documentation), Marie-Catherine partage ses expériences en tant qu’étudiante internationale à l’Enssib.

1/ Vous êtes une étudiante internationale. Pourquoi avoir choisi l’Enssib ?
Après l’obtention de mon Bachelor à Montréal, j’avais envie de continuer mes études au niveau international et de sortir de ma zone de confort. En faisant des recherches, j’ai pris connaissance de l’excellente réputation de l’école. Me trouvant déjà en Europe au moment de l’ouverture des candidatures, j’en ai profité pour venir la visiter. J’ai alors eu la chance de rencontrer certains membres du personnel et du corps enseignant qui m’ont apporté une aide précieuse en me guidant et en répondant à mes questions. À l'issue de ma visite, j’ai réalisé à quel point l’Enssib est une école unique en son genre et c’est avec beaucoup d’enthousiasme que j’y ai postulé !

2/ Quel sujet abordé pendant votre expérience à l’Enssib fut le plus marquant pour vous ?  Pourquoi ?
Toute la formation a été très intéressante mais ce sont les éléments exposant les réalités des bibliothèques françaises et les combats qui y sont menés, pour les valoriser, qui m’ont véritablement marquée. 
 
3/ Avez-vous constaté des différences entre les méthodes pédagogiques françaises et celles de votre pays d’origine ? Lesquelles ?
Il y a beaucoup de différences ! La plus frappante est que les semestres sont plus étalés sur l’année que ce à quoi j’étais habituée. Il y a aussi certainement davantage de temps de pause et de vacances : les étudiants ont ainsi plus de temps pour "digérer" la matière à l’étude et bien l’intégrer. 
 
4/ Votre formation vous a amenée à découvrir les bibliothèques françaises. Avez-vous été étonnée ou surprise des pratiques professionnelles observées ?
Oui j'ai été étonnée, notamment par l’enjeu des horaires d’ouverture. J'ai également été agréablement surprise de la résilience et de la volonté de toujours vouloir aller de l’avant pour améliorer les services et l’expérience des usagers ainsi que du personnel, malgré certaines difficultés. 
 
5/ Une anecdote à partager sur votre expérience culturelle (linguistique, culinaire, etc.) française ?
Mon séjour à l’Enssib est très enrichissant, tant au niveau personnel que scolaire mais je dois avouer que, même si je suis francophone, c’est le niveau linguistique qui a été le plus surprenant. J’ai appris énormément de nouveaux mots, abréviations et de "slang" de la part de mes camarades – et inversement j’ai pu leur transmettre un peu de mon parler québécois !
 

Propos recueillis par Gustavo Insaurralde
Le 7 février 2020