Accès aux postes informatiques dans les bibliothèques : quelle organisation ?

Question

Bonjour,
je suis à la recherche d'organisation innovante de bibliothèques accueillant du numérique, je m’intéresse en particulier : au PC et aux différents moyens utilisés par les bibliothécaire pour permettre l'accès à l'usager (obligation d'avoir la carte, gratuité, logiciels utilisés pour "surveiller" les usagers).
Je vous remercie d'avance pour votre aide.

Réponse

Date de la réponse :  26/04/2019

Dans le cadre de notre partenariat, le service Eurêkoi nous a transmis votre question.

Vous souhaitez savoir quelles sont les modalités d'accès aux postes informatiques et plus largement à internet pour les usagers des bibliothèques et si dans ce domaine il existe des pratiques innovantes.

 

La question de l'accès aux postes informatiques et plus largement à internet a suivi l'évolution des technologies avec notamment l'arrivée des supports nomades (smartphones, tablettes) et du WIFI.
Toutefois et malgré l'équipement important des français en matière de terminaux informatiques au sens large, les bibliothèques continuent de proposer des postes en accès libre, pour permettre, par exemple, l'accès à des ressources acquises (autoformation, vidéos en ligne, presse, etc.), proposer des initiations à certains logiciels (bureautique, création graphique et sonore, etc.), ou permettre l'utilisation d'une imprimante 3D ou encore à des logiciels de programmation dans le cadre par exemple de fablabs.

 

Modalités d'accès aux postes informatiques

Les modalités d'accès à ces postes informatiques sont diverses selon les bibliothèques et nous ne sommes pas en mesure de vous les lister toutes.

Voici toutefois quelques exemples :

  • A la BM de Lyon, l'accès aux postes informatiques pour la consultation d'internet se fait selon 3 modalités :
    1. accès libre aux postes informatiques pour 20mn en station debout
    2. 1h de connexion par jour pour les personnes munies d'une carte Connexion (cette carte, gratuite réservée uniquement aux utilisateurs majeurs non abonnés à la BmL, est délivrée sur présentation d’un justificatif d'identité avec photo,  de votre date de naissance et d’une adresse courriel ou postale.
    3. Accès avec la carte d'abonné à la bibliothèque et les identifiants (n°carte et mot de passe)
  • La bibliothèque de St Étienne, propose comme beaucoup de bibliothèques, un espace internet en libre accès sur présentation de la carte de lecteur : il est possible de réserver en ligne un ordinateur à l'avance. Toutefois, ces postes ne sont pas mis à la disposition des mineurs lorsque les personnes assurant l'assistance de la salle sont absents.
  • A la médiathèque Entre Dore & Allier, la charte informatique indique que l'accès aux postes informatiques est gratuite et se fait après inscription auprès du personnel de la bibliothèque.  Notez que la médiathèque prête des tablettes, des liseuses, des manettes de jeux vidéo pour utiliser les consoles en échange du dépôt de la carte de lecteur.
  • A la bibliothèque universitaire de Lyon 1 l'ouverture d'une session informatique se fait selon 3 modalités différentes mais toujours à partir de l'inscription à la bibliothèque (pas de poste en accès libre). Par ailleurs la consultation des ressources numériques type base de données est réservée à la communauté étudiante.

 

Comme vous le voyez, les dispositifs d'accès aux postes informatiques ne sont pas particulièrement innovants.
Nous vous invitons toutefois à interroger la communauté des professionnels via le forum Agorabib pour obtenir des retours d'expérience.

On peut constater que, quand il existe, l'accès complètement libre aux postes informatiques et à internet (sans inscription d'aucune sorte)  est souvent très limité en temps.

 

Internet et surveillance

L'ABF (association des bibliothécaires de France) s'engage, à travers la charte Bib'Lib pour le droit des citoyens à accéder à l'information et aux savoirs au sein des bibliothèques.
L'article 6 indique :


Afin de garantir aux citoyens l’exercice de leurs droits fondamentaux à  l’information, à la formation et à la culture, les bibliothèques leur donnent accès gratuitement à un internet sécurisé, fiable et continu, dans les meilleures conditions techniques possibles.
Les bibliothèques ne doivent pas mettre en place de restrictions ou de contraintes à l’accès Internet  autres que ce que prévoit la loi, que ce soit en termes d’identification des usagers, de restrictions de la bande passante ou de filtrage des contenus. S’il existe des contraintes techniques, le citoyen doit en être explicitement informé afin qu’il puisse le cas échéant les contester auprès de l’autorité.Lors de leur consultation d’Internet à la bibliothèque, les citoyens doivent avoir la garantie que leur droit à la vie privée est respecté et qu’aucune donnée personnelle les concernant n’est collectée, ni transmise à des tiers en dehors des cas explicitement prévus par la loi.

 

En effet, en tant que lieu public donnant accès à internet, les bibliothèques doivent faire respecter les législations relatives à la consultation des sites internet.

Concernant ces dernières, nous vous invitons à consulter les ressources suivantes :

  • Offrir un accès internet en bibliothèque. Anne-Gaëlle Gaudion. Agence Biblismart, 21 décembre 2017. A partir de la diapositive 24, l'auteur énumère les types de sites internet ou de contenus dont la consultation est interdite.
    Elle indique que certaines bibliothèques appliquent un filtrage a priori et que certains sites sont blacklistés :  c'est le cas, par exemple, de l'Université Toulouse 1 Capitole, qui détaille clairement les types de sites écartés et propose d'ailleurs cette liste en licence libre pour les établissements qui voudraient la réutiliser  : Blacklists UT 1.
    Anne-Gaëlle Gaudion aborde ensuite la question du déploiement d'un réseau WIFI en bibliothèque qui nécessite de respecter d'autres exigences juridiques (diapositive 27).

 

 

La question de l'identification des utilisateurs utilisant un poste public d'accès à internet, est sujet à caution selon certains professionnels des bibliothèques qui s'insurgent contre l'organisation de la surveillance des usagers.
Une polémique a éclaté en 2018 suite à la publication des deux articles dans la revue Bibliothèque(s):
Devenir bibliothécaire, devenir militante. Chloé Lailic. Bibliothèque(s), n°92-93, juin 2018, page 150-151
Militant de la liberté ou sentinelle du pacte républicain ? Anna Marcuzzi.Bibliothèque(s), n°92-93, juin 2018, page 151-153.

Ce sont principalement les positions d'Anna Marcuzzi, directrice des bibliothèques de Strasbourg qui ont suscité la colère de certains professionnels :

Nous vous invitons par ailleurs à consulter un guide juridique proposé par La Quadrature du net et le projet de recherche européen netCommons . Il est destiné  aux organisations qui, en France, proposent un accès à Internet de façon ouverte, par Wi-Fi ou câble, telles que les locaux associatifs, les bibliothèques, les centres d’information, les résidences collectives, les universités, les cafés, restaurants, etc. :
Internet en libre accès : obligations en matière de vie privée et de liberté de communication. netCommons.eu, 2018.

 

Pour aller plus loin :