Archives de chercheurs

Question

Bonjour,
je souhaite savoir si des bibliothèques universitaires françaises conservent des fonds d'archives de chercheurs.
Certaines ont-elles une politique "d'acquisition" de ce type de documents ?
Merci d'avance

 

Réponse

Date de la réponse :  18/07/2016

Vous souhaitez savoir si des bibliothèques universitaires françaises reçoivent des fonds d'archives de chercheurs en dons ou dépôts, et si certaines ont une politique d'acquisition de ces fonds, c'est-à-dire une démarche volontaire de les recueillir.

Il nous semble que de façon générale la Bibliothèque nationale de France a vocation à recevoir et conserver les fonds d'archives des chercheurs, comme le montre la place tenue par les archives dans sa politique d'acquisition (lire page 10).
Certains fonds particulièrement important peuvent être déposés aux Archives nationales, qui ont vocation à "collecter, classer, inventorier, conserver, restaurer, communiquer et mettre en valeur les archives publiques provenant des administrations centrales de l'État, les archives des notaires de Paris et des fonds privés d'intérêt national."

La Bibliothèque de documentation internationale contemporaine (BDIC), dans sa mission d'accompagnement de la recherche, "développe ses collections d’archives autour de thèmes tels que l’histoire des relations internationales, les deux guerres mondiales, les conflits armés, les génocides, la décolonisation, la question des droits de l’homme, les minorités, les mouvements politiques et sociaux ou les migrations volontaires ou forcées." Dans ce cadre, elle collecte "des archives personnelles ou familiales, c'est-à dire des archives produites et reçues par une personne physique (personnalité politique ou universitaire, militant ou simple particulier) dans le cadre de ses activités professionnelles, personnelles ou familiales." Vous en trouverez la liste sur la notice de ses archives dans Calames (catalogue collectif mis en œuvre par l’ABES, Calames (CAtalogue en Ligne des Archives et des Manuscrits de l’Enseignement Supérieur) décrit les fonds de manuscrits et d’archives conservés dans les universités françaises et, plus largement, dans les établissements français d'enseignement supérieur et de recherche.)

Il arrive que certains fonds soient donnés ou déposés dans des bibliothèques universitaires.
Ce peut être en accompagnement d'un don de bibliothèque personnelle ou en vertu d'un lien historique ou thématique fort entre le chercheur et la bibliothèque choisie.
La bibliothèque de l'Enssib a ainsi reçu les archives d'Henri-Jean Martin, sur lesquelles ont pu commencer à travailler des chercheurs. Sur le sujet, lire Une vie de chercheur : Henri-Jean Martin in Bulletin des bibliothèques de France (BBF), n° 2, 2007, p. 120-122.

Certains fonds peuvent arriver en bibliothèque universitaire depuis d'autres institutions, telles que musées ou centres spécialisés, suite à divers regroupements d'établissements. Ainsi, la bibliothèque Diderot de Lyon conserve un fonds d'archives de Ferdinand Buisson qu'il avait originellement légué au Musée pédagogique, de son vivant. Voir à ce sujet le signalement de ce fonds dans Calames.

Pour trouver d'autres exemples, nous vous invitons à explorer Calames et à poser votre question sur Bibliopat, liste de discussion entre personnes partageant un même intérêt pour le patrimoine des bibliothèques, au sens le plus large du terme, et tous les aspects de sa gestion.