Concours de bibliothécaire territorial

Question

Bonjour,
Enseignante titulaire depuis une plusieurs années, je souhaite passer le concours de bibliothécaire territorial et j'ai deux questions :
- Est-ce qu'on peut avoir un poste n'importe où en France, comme pour le CAPES, ou bien forcément dans l'académie où l'on a passé le concours ?
- Si j'obtiens le concours, pourrai-je bénéficier de mon ancienneté dans l'Education Nationale, ou bien vais-je avoir le statut et le salaire d'une débutante ?
Je vous remercie par avance pour vos réponses qui vont beaucoup m'aider dans mon projet de réorientation.
Cordialement.

Réponse

Date de la réponse :  09/03/2017

Vous êtes enseignante et vous souhaitez passer le concours de bibliothécaire territorial.

Vous voulez savoir si ce concours débouche sur des affectations n'importe où en France, ou uniquement dans l'académie où l'on a passé le concours.

Tout d'abord, nous vous rappelons que la réussite à un concours territorial ne débouche pas automatiquement sur une affectation.
En effet, les lauréats sont placés sur une liste d’aptitude pour deux ans (renouvelable deux fois), et ils doivent ensuite postuler à des offres d’emploi selon des procédures classiques (lettre de motivation, CV, entretien). Pour ces recrutements, les lauréats sont en concurrence avec des titulaires qui disposent d’une expérience du métier, et comme les postes vacants ne sont pas nombreux, une certaine mobilité peut être nécessaire pour décrocher un premier poste.
Pour vous faire une idée des postes proposés aux lauréats, vous pouvez consulter notre base d'offres d'emploi.
Si vous réussissez le concours de bibliothécaire territorial, vous pourrez donc choisir de travailler où vous voulez : dans la région où vous avez passé le concours ou ailleurs en France.

D'autre part, vous voulez savoir si vous garderez votre ancienneté dans l'Education Nationale en cas de réussite au concours.

En cas de recrutement post-concours, si vous êtes déjà fonctionnaire, la règle veut en effet que l'indice d'arrivée soit au moins égal à celui de départ, avec éventuellement récupération d'ancienneté.
Par exemple, en cas d'intégration directe :

"Classement dans le nouveau grade :
Le fonctionnaire est classé, dans son nouveau corps ou cadre d'emplois, à un grade équivalent à son grade antérieur.
En l'absence de grade équivalent, il est classé dans le grade dont l'indice sommital est le plus proche de celui de son grade d'origine.
Classement dans le nouvel échelon :
Le fonctionnaire est classé, dans son nouveau grade, à l'échelon comportant un indice égal ou à défaut immédiatement supérieur à celui qu'il détenait précédemment.
Il conserve son ancienneté d'échelon, dans la limite de la durée moyenne d'avancement d'échelon dans son grade d'origine, à condition que l'augmentation de traitement consécutive à son intégration directe soit inférieure ou égale :
- à celle qui aurait résulté d'un avancement d'échelon dans son grade d'origine,
- ou, s’il était au dernier échelon dans son grade d'origine, à celle qui a résulté de son avancement à ce dernier échelon."
Source : Mobilité dans la fonction publique. Service-Public.fr

Pour en savoir plus, vous pouvez vous adresser au site de référence de l'administration française, au Centre de gestion de la fonction publique territoriale des Bouches du Rhône ou à votre service de ressources humaines.