Consultation sur place du dernier numéro d’un périodique

Question

Bonjour, Je m'interroge sur la règle de la consultation sur place du dernier numéro d'un périodique. D'où vient-elle ? Est-ce pour ne pas concurrencer les librairies ? Quel est précisément l'élément à consulter sur place : le dernier numéro reçu (par exemple nous sommes en janvier et le numéro de février nous est déjà parvenu, alors se serait ce numéro de février qui serait à consulter sur place) ou le numéro du mois (ou de la semaine) en cours (par exemple, nous sommes en janvier, nous laissons le numéro de janvier en consultation sur place même si nous avons reçu février - que nous proposerons au public dès le 1er février) ?
Par avance, merci.

Réponse

Date de la réponse :  10/01/2013

La règle de consultation sur place du dernier numéro d’un périodique est une règle d'usage et de bon sens, et non pas une préoccupation d'ordre économique (concurrence avec les libraires ou les maisons de la presse). Elle a été instaurée pour que l’usager puisse consulter sur place le numéro en cours, et ainsi éviter un prêt à domicile qui serait pénalisant pour les autres lecteurs contraints d'attendre jusqu'à trois semaines (durée moyenne des prêts en bibliothèque) la lecture de périodiques dont la primeur, bien souvent, constitue en grande partie l'intérêt.

C'est ce que préconise Bertrand Calenge dans son ouvrage de référence sur la gestion des petites bibliothèques (page 74) :
"les ouvrages d'usage ponctuel et fréquent sont davantage disponibles lorsqu'ils ne sortent pas de la bibliothèque. Cela concerne tous les ouvrages de référence (encyclopédies, dictionnaires, etc.) et le numéro le plus récent des revues et journaux."
Source :
CALENGE Bertrand. Les petites bibliothèques publiques –Ed. du Cercle de la librairie. Paris, 2006. Sommaire disponible sur la boutique Electre : http://www.electrelaboutique.com/ProduitECL.aspx?ean=9782765409168

Cette règle de la consultation sur place du dernier numéro reçu s'applique même si le numéro est reçu en avance.

Toutefois, vous pouvez estimer qu'il vaut mieux, dans l'intérêt des lecteurs, conserver en consultation sur place les 2 derniers numéros.
La seule règle, alors, est la lisibilité et la simplicité des règles de prêt et de consultation sur place.
En effet, la multiplication des cas particuliers est source de confusion et produit un effet repoussoir : nous vous conseillons donc d'appliquer la consultation sur place soit au dernier numéro reçu soit aux deux derniers numéros reçus, et d'appliquer cette règle à tous les périodiques, quelle que soit leur périodicité (hebdomadaires, mensuels, trimestriels, etc.).

Cordialement,

Le Service questions? réponses! de l'enssib
Cordialement,

MOTS CLES : Collections : Politique documentaire, Collections : Documents écrits, Services et publics : Prêt