Indexation Rameau et catalogage FRBR

Question

Bonjour,
n'ayant que peu d'expérience en catalogage, j'aimerais comprendre et me renseigner plus précisément sur l'indexation Rameau et sur le catalogage FRBR? Je vous remercie par avance pour les sources ou les textes dont vous pourrez me conseiller la lecture.

Réponse

Date de la réponse :  01/04/2019

Vous souhaitez vous renseigner sur deux notions importantes concernant le catalogage FRBR et l'indexation RAMEAU.


Nous allons d'abord vous répondre sur le catalogage FRBR et sur ce qu'il sous-tend (la question de RAMEAU étant liée comme vous allez le voir par la suite). En effet, il n'y a pas à proprement parler un catalogage FRBR (on ne parle plus de FRBR mais de LRM) mais plutôt tout un changement progressif qui correspond à l'utilisation d'un nouveau code de catalogage (RDA) afin d'exposer les données des catalogues de bibliothèques sur le Web  (notion de Web Sémantique). En France, ces nombreux changements qui vont ruisseler sur le catalogage et le signalement de nos données correspondent au programme national de la Transition bibliographique (TB).

De fait, le défi fondamental auquel les bibliothèques sont confrontées aujourd’hui est l’exposition et la visibilité de leurs collections et de leurs métadonnées sur le web.
Pour atteindre cet objectif, les normes de catalogage actuelles doivent évoluer.
Le nouveau code de catalogage RDA (Ressources : Description et Accès), publié en 2010, a l’ambition d’offrir une réponse internationale à ce besoin.
Cependant, en l’état actuel des choses, l’abandon pur et simple des normes actuelles françaises pour ce nouveau code s’avérerait coûteux, contre-productif, voire constituerait une régression. Il est donc préférable d’avancer progressivement mais concrètement vers la FRBRisation ou LRMisation des catalogues.
Cette position officielle s’appuie sur un rapport d’orientation pour le Comité stratégique bibliographique (CSB) préparé en 2012 par les deux agences bibliographiques françaises, l’ABES (Agence bibliographique de l’enseignement supérieur) et la BnF (Bibliothèque nationale de France). Elle conclut 4 ans de travaux menés autour du code de catalogage RDA par le groupe RDA en France. En novembre 2014, la BnF et l’ABES ont publié un communiqué officialisant la position française par rapport à RDA. C’est en 2015 que le programme Transition bibliographique est officiellement lancé, en collaboration avec l’ADCRFCB (Association des directeurs de CRFCB) s’appuyant sur un texte de présentation des grandes étapes.

 

FRBRisation (ou LRMisation) des catalogues
La priorité pour la France consiste à mettre ses catalogues en conformité avec le modèle conceptuel FRBR (et son successeur le LRM) plutôt qu’avec le seul code RDA, dans la mesure où la structuration de l’information importe à ce jour plus que les règles de description : des catalogues FRBRisés ou LRMisés permettront de s’extraire de la logique de document pour fournir de l’information, à savoir des données d’autorité sur des personnes, des organisations, des concepts, des événements, etc. Une des premières étapes de cette démarche consiste à rassembler, derrière une œuvre, toutes les éditions de cette œuvre.
Ainsi, l’ABES travaille à la mise en conformité des données du Sudoc avec le modèle LRM en regroupant ses éditions. La BnF a également calculé automatiquement des liens entre éditions et œuvres dans data.bnf.fr et a reversé ces liens dans son Catalogue général fin 2015.

 

Principe de non-régression
RDA, bien que fondé sur le modèle FRBR, ne permet sous sa forme actuelle qu’une implémentation limitée du modèle car elle est fondée sur les notices bibliographiques et d’autorités existantes sans réelle expérience des liens entre celles-ci. Adopter RDA en l’état constituerait donc une régression par rapport à ce qui fait la force des grands catalogues français, à savoir précisément la gestion de ces liens.
En outre, la souplesse de RDA, qui est l’un de ses principaux avantages, multiplie aussi les profils d’application en fonction des contextes nationaux ou autres, chacun étant libre d’appliquer ou non un nombre considérable d’options et d’alternatives : de ce fait, la dérivation de notices produites à l’étranger nécessite une intervention humaine, donc une économie relativement limitée par rapport aux promesses d’interopérabilité internationale qui ont longtemps constitué l’attrait majeur de RDA.

 

RDA en marchant
Le nouveau code sera publié petit à petit, au fur et à mesure de la validation des différents éléments de données. Le passage vers le nouveau code s’échelonnera sur le long terme (une période estimée à une dizaine d’années); il portera aussi bien sur une nouvelle conception du catalogage que sur l’évolution du code lui-même.
Les règles françaises de transition sont publiées sous le nom de RDA-FR : Transposition française de RDA et remplaceront progressivement les normes françaises de catalogage publiées par l’AFNOR. Elles reprennent les consignes de RDA lorsque c’est possible, mais les adaptent au contexte français chaque fois que nécessaire : elles se fondent sur la traduction en français de RDA, tout en ménageant des ajouts, des exceptions ou des adaptations pour les cas propres à la France.
Les règles RDA-FR publiées sont recensées sur une page dédiée de ce site.

 

Une nouvelle organisation
Une nouvelle organisation a été mise en place en 2015 afin d’accompagner la Transition bibliographique. Piloté conjointement par l’ABES et la BnF, ce programme associe également les associations professionnelles et organismes de formation.
Le Comité stratégique bibliographique (CSB) assure les missions jusque-là exercées par le groupe stratégique RDA en France qui est dissous.
Le groupe technique est scindé en trois groupes, dont la composition correspond aux points d’attention identifiés comme prioritaires dans le cadre de la Transition bibliographique :

  • Normalisation : ce groupe est chargé de rédiger le futur code français de catalogage RDA-FR : Transposition française de RDA, comme une préfiguration d’un futur profil d’application de RDA en France ; il travaille également au rapprochement entre les règles de RDA et l’analyse catalographique française ou européenne en préparant des demandes d’évolution de RDA dans le cadre d’EURIG.
  • Formation : la transition bibliographique nécessite la mise en place de formations nationales. Le groupe « Formation » est chargé de piloter ces formations et d’élaborer les supports pédagogiques pour les accompagner.
  • Systèmes et données: le passage à RDA nécessite des outils et un format de production plus adaptés à des catalogues FRBRisés. Le rôle du groupe « Systèmes et données » est d’envisager quels pourraient être ces outils à l’avenir et de préparer la migration des données des catalogues actuels vers une nouvelle structuration de l’information bibliographique.

 

Le nouveau modèle LRM
Organisée par le groupe Systèmes et données du programme national Transition bibliographique (TB) la 2e édition de « Métadonnées en bibliothèques » qui s'est déroulée à la BnF à Paris le 14 novembre 2017 a présenté une évolution importante. En effet, lors de cette journée  le nouveau modèle LRM (Library Reference Model) publié en août 2017 par l’IFLA, succède à FRBR ; il servira de référence pour le développement des règles de catalogage tant à l’étranger qu’en France avec RDA-FR et le référentiel RAMEAU. LRM est un modèle générique conçu comme une ontologie pour le Web sémantique. Il intègre les quatre entités FRBR de base (œuvre, expression, manifestation, item), en ajoute de nouvelles (res, agent, laps de temps, nomen), établit une hiérarchie entre entités et apporte des solutions sur des points où FRBR était lacunaire. Sur le plan international, RDA évolue : une nouvelle version du « rdatoolkit » a été présentée en 2018, qui comprend l’implémentation de LRM, une nouvelle organisation du code et la gestion intégrée de RDA. Ces éléments auront une implication future, en juin 2019, sur le programme de la Transition Bibliographique.

 

Pour en savoir plus :

 

RAMEAU et sa réforme
Pour ce qui concerne l'indexation RAMEAU, vous pouvez vous référer à la page de la BnF qui est alimentée par le le Centre national RAMEAU (CnR).  Elle est très complète et fait le tour de la question.
Au préalable, il faut savoir que RAMEAU (Répertoire d’autorité-matière encyclopédique et alphabétique unifié) est un langage d’indexation matière relativement ancien, d'origine québécoise. Ce langage documentaire est utilisé, en France, par la Bibliothèque nationale de France (BnF), les bibliothèques universitaires (BU), de nombreuses bibliothèques de lecture publique ou de recherche ainsi que plusieurs organismes privés.
L'indexation RAMEAU fait aussi partie du programme de la Transition Bibliographique et elle connait actuellement un processus de réforme-simplification significatif qui est piloté par le Centre national RAMEAU (CnR). N'hésitez pas à consulter les pages dédiées et en particulier le processus qui va impacter l'utilisation de RAMEAU au printemps 2019.