Les périodiques en bibliothèque

Question

Bonjour,
Nous sommes dans le cadre d'une restructuration de la bibliothèque dans un nouveau local avec un renouvellement des collections. Je sais qu'il n'existe pas de normes sur le nombre de périodiques par habitant mais existe-t-il des préconisations récentes ? Comment argumenter l'achat de périodiques "papiers" alors que la bibliothèque a accès à des revues numériques (gratuitement, via la BDP et les services du Kiosk) ? Y a-t-il des textes à ce sujet ?
Merci,

Réponse

Date de la réponse :  08/04/2019

Dans le cadre d'une restructuration de votre bibliothèque, vous voulez savoir s’il existe des recommandations quant au nombre de périodiques par habitant, ainsi que des textes sur la complémentarité papier-numérique (car votre bibliothèque propose un bouquet de revues numériques, offert par la BDP).
 

A notre connaissance, il n'existe pas de recommandations en la matière, ni d'articles plus récents que ceux du manuel Gérer les périodiques, que vous avez consulté. Au cas où vous l'ayez pas identifié, nous vous signalons en particulier l'article sur la politique documentaire de la bibliothèque municipale de Mulhouse (pages 90-98), qui évoque notamment la complémentarité papier-numérique.
Source : Gérer les périodiques. Sous la dir. de Géraldine Barron. Presses de l'Enssib, 2008.
 

Par ailleurs, le manuel Concevoir et construire une bibliothèque indique :

Il n'existe pas à proprement parler de norme fixant de manière précise la structure fonctionnelle d'une bibliothèque (...), l'évolution rapide des pratiques, des usages (...), l'irruption des nouvelles technologies de l'information et de la communication (...) auront suffi à faire voler en éclats ces cadres et à rendre vaine toute tentative de normalisation.

Source : Concevoir et construire une bibliothèque : du projet au fonctionnement. Ministère de la Culture et de la Communication. DGMIC - Service du livre et de la lecture. Éditions Le Moniteur, 2016


Il peut toutefois être intéressant de demander conseil à votre Bibliothèque Départementale de Prêt et d'étudier les collections de bibliothèques proches de la vôtre.
Vous pouvez également étudier
des statistiques :

 

Enfin, ces éléments de comparaison doivent être mis en regard de votre propre projet d’établissement, comme l'indique Corinne Sonnier dans le manuel Concevoir une bibliothèque rurale :

La norme ne doit pas être un critère derrière lequel on se réfugie pour reproduire des modèles.

Les professionnel-les des médiathèques doivent veiller à être sources de propositions pour les élu-es. Un projet n’est pas un assemblage de données chiffrées, comme un inventaire à la Prévert : 2,5 documents par habitant-e, 0,07 m2 par habitant-e, 12 chaises, 300 CD, 10 prises RJ45, ...
Qu'en est-il de l'usager-ère, de Ia ou du non-usager-ère ? Comment la-le professionnel-le aide l'élu-e à se projeter dans un équipement adapté à ses orientations stratégiques ? La norme doit être un repère, elle doit rendre la réflexion féconde, s'appuyer sur l'empathie pour les publics cibles, et ceux qui seront à « conquérir ». Elle est un outil, elle n’est pas un objectif. On n’agrandit pas une médiathèque pour la « mettre aux normes », on l'agrandit pour servir des publics, pour proposer des services, en vue d'atteindre un objectif défini.
L’imagination au pouvoir permettra aux bibliothécaires de proposer aux élus des équipements qui, parce qu'ils correspondront au contexte local en sachant s'éloigner des normes si nécessaire, toucheront effectivement les publics cibles, de penser pour le plus grand nombre et donc d'accueillir le plus grand nombre.

Source : Préconisations, recommandations, ratios … Et l’imagination ? (Plaidoyer pour le développement des projets d’établissement). Corinne Sonnier. in Concevoir une bibliothèque rurale. sous la direction d'Amandine Jacquet. Association des bibliothécaires de France, 2018, page 145. Présentation


Votre questionnement touche également indirectement à la question du pluralisme en bibliothèque.
Nous vous proposons de consulter les réponses suivantes :