Mon SIGB permet de me donner les prêts de l'année dernière, donc le taux de rotation, et des prêts cumulés pour chaque ouvrage depuis son entrée...

Question

Mon SIGB permet de me donner les prêts de l'année dernière, donc le taux de rotation, et des prêts cumulés pour chaque ouvrage depuis son entrée dans la bibliothèque.
Je me pose la question de la pertinence et de l'utilisation de ce dernier paramètre pour établir un "taux de rotation" global qui n'en est pas un, dans la mesure où les données ne sont pas fixes : une collection ayant des livres plus anciens aura normalement un taux plus élevé.
1. Y aurait-il une formule (mathématique) magique qui prenne en compte ce paramètre de l'année de publication (ou d'acquisition) des ouvrages associé à celui du nombre de prêts et du nombre de volumes, pour donner des chiffres qui puissent être comparés entre différentes collections ou différents segments de cote ?
2. Plus largement, ce paramètre des prêts cumulés est-il utilisable dans une analyse comparative ?
Merci pour vos réflexions sur cette question et d'éventuelles indications bibliographiques.

Réponse

Date de la réponse :  08/04/2014

Vous voulez savoir si, en plus de l’indicateur classique du taux de rotation, vous pouvez exploiter le nombre des prêts cumulés pour chaque ouvrage depuis son entrée dans la bibliothèque : vous voulez savoir si cet indicateur est utilisable dans une analyse comparative et s'il existe une formule qui permette de le pondérer en tenant compte de l’âge des documents.

Nous n’avons pas trouvé de littérature professionnelle sur l’utilisation du nombre de prêts cumulés pour l'évaluation d'une collection de bibliothèque.

La norme « Indicateurs de performance des bibliothèques » décrit principalement la rotation des collections (« nombre total de prêts de la collection considérés au cours d’une période donnée, normalement un an, divisé par le nombre total de documents dans cette collection ») - elle indique que cet indicateur dépend de plusieurs facteurs, dont « la pratique de la bibliothèque concernant l’élimination des titres obsolètes et des exemplaires ne servant plus ».
Source :
Indicateurs de performance des bibliothèques. NF ISO 11620 Octobre 2008. La version anglaise est consultable en ligne à l’adresse suivante (cliquer sur « preview » à droite) : http://www.iso.org/iso/catalogue_detail.htm?csnumber=37853

Dans le manuel « Conduire une politique documentaire », Bertrand Calenge n’évoque pas non plus le recours au nombre de prêts cumulés :
Conduire une politique documentaire. Bertrand Calenge. Éd. du Cercle de la librairie, 1999

Nous vous livrons maintenant notre avis :

Tout d’abord, nous vous rappelons que le taux de rotation évalue le volume des prêts par rapport à la taille du fonds (afin de savoir si la bibliothèque possède des collections suffisantes pour répondre aux attentes et demandes des lecteurs). Il s’obtient en divisant le nombre de prêts par le nombre de documents de la bibliothèque. C’est-à-dire que l’on considère le nombre de prêts sur une période donnée (généralement un an) et le nombre d’ouvrages durant cette période donnée (ou du moins à la fin de la période).
Ainsi, le fait que certains ouvrages soient plus anciens que d’autres importe peu dans le calcul. A une exception près, si par exemple, vous avez acheté un grand nombre de documents au mois de juillet, il vaudra mieux calculer le taux de rotation de janvier à juin et de juillet à décembre. Vous pourrez ainsi voir si le fait d’avoir notablement augmenté le fonds a eu un impact sur l’attractivité de ce fonds pour le public.

En ce qui concerne le nombre des prêts cumulés, il nous semble qu’il est possible de le pondérer de deux façons :
- en extrayant les prêts cumulés titre par titre (sur une section du fonds donc) et en les divisant par le nombre d’années écoulées depuis leur acquisition : cela donnerait un taux de rotation global sur l’ensemble de la vie du livre. Par exemple, en décembre 2013, le livre xxx a été prêté 250 fois depuis son acquisition par la bibliothèque. Il a été acheté il y a 25 ans, donc son taux de rotation est de 10. C’est-à-dire qu’il est prêté 10 fois par an en moyenne depuis son achat.
- en extrayant les prêts cumulés de l’ensemble du fonds sur une séquence temporelle afin de voir l’évolution du fonds : comment correspond-il aux attentes du public? quel est son taux d’usure? Par exemple, en reportant sur un graphique le nombre de prêts cumulés en 2010, 2011, 2012 et 2013, je constate que le fonds a augmenté de 0,5% mais que les prêts ont baissé de 2%. Peut-être le fonds n’est-il plus adapté aux attentes du public, ou peut-être que son taux d’obsolescence est trop important (ouvrages usés que le public n’a pas envie d’emprunter) ?

Mais globalement cet indicateur ne nous paraît pas plus utile que son équivalent annuel (nombre de prêts par an) et relativement difficile à utiliser.

Pour aller plus loin :

- Evaluation et statistiques : les taux de rotation. Bertrand Calenge. : carnet de notes : http://bccn.wordpress.com/2008/08/04/evaluation-et-statistiques-les-taux...

- Notice évaluation du Dictionnaire de l’enssib sur l’évaluation : http://www.enssib.fr/le-dictionnaire/evaluation

- Utiliser les statistiques en bibliothèque. fiche pratique de l’enssib : http://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/documents/2107-utiliser-les-...

Cordialement,
Le service Questions? Réponses! de l'enssib

MOTS CLES : Gestion et évaluation : Evaluation; Collections : Politique documentaire