Pratiques de lecture actuelles

Question

Lors d'une discussion avec mon fils, nous sommes arrivés à des conclusions différentes.
Bien qu'il sache que nombre de livres trainent dans des bibliothèques sans être lus, il estime que le nombre de lecteurs est en constante augmentation en France (favorisé par les terminaux mobiles).
De mon côté, il me semble que les enfants lisent de moins en moins, même sur leur smartphone.
Qu'en est-il de la lecture réelle ? Existe-t-il des données du style nombre de pages lues par Français par année et ce depuis qqs décennies pour pouvoir en suivre l'évolution.
Nous trouvons des textes comme "plus de livres, moins de lecteurs"... alors que les éditeurs disent le contraire... Pas de données travaillées à la BnF.
Les données excel de l'Insee (www.insee.fr/fr/ffc/figure/NATCCF05410.xls) sont difficilement exploitables.

Réponse

Date de la réponse :  01/12/2015

Vous cherchez des données sur l’évolution des pratiques de lecture à l’heure du numérique.

Nos recherches ne nous ont pas permis d'identifier d'étude sur les pratiques de lecture liées à la navigation Internet (notamment sur terminaux mobiles).
Notre réponse portera donc uniquement sur la lecture de livres.

Une étude récente décrit les pratiques de lecture de livres à l'heure actuelle, mais ne fournit pas de données quantitatives sur l'évolution par rapport aux années précédentes. Elle évoque notamment la concurrence de la lecture de la presse, des blogs et des contenus multimédia, de la navigation sur internet (pages 47 et suivantes) :
Les Français et la lecture, étude Ipsos 2015, portant sur un échantillon de 1 000 personnes, représentatives de la population française des 15 ans et plus, interrogées par téléphone.

Les données que vous indiquez avoir consultées sont d'après nous les plus complètes : en 2012, sur un échantillon de français de plus de 16 ans :

  • 15% déclaraient lire plus d'un livre par mois (contre 29% en 1999) ;
  • 42 % déclaraient lire moins d'un livre par mois (contre 29 % en 1999) ;
  • 43 % déclaraient ne pas lire de livres (ils étaient 42% en 1999).

Source : Lecture d'un livre selon l'âge et le sexe en France métropolitaine de 1999 à 2005

L'enquête Les pratiques culturelles des français (qui porte sur une période plus longue mais s'arrête en 2008), montre les mêmes tendances :

  • la lecture de livres a progressé de 1973 à 1988, mais a depuis reculée, pour revenir au niveau de 1973 (70 % des personnes interrogées déclarent lire au moins un livre par an).
  • la lecture régulière de livres est en plus net recul : en 2008, 16 % des personnes interrogées déclarent lire plus de 20 livres par an (ils étaient 28 % en 1973)

Dans le manuel Lectures et lecteurs à l'heure d'Internet, Olivier Donnat (responsable de l'enquête Les pratiques culturelles des français) analyse en détail l'évolution des pratiques de lecture de 1973 à 2008 ; extraits :

"La diversité des contenus, des supports et des manières de lire a toujours été une source de difficultés pour les statisticiens soucieux de rendre compte des différentes formes de lecture ou de mesurer leur évolution au fil du temps. L'essor de la lecture sur écran (...) a rendu l'expérience encore plus complexe (...)
La lecture d'imprimés a baissé continûment, les journaux (payants) ont perdu près de la moitié de leurs lecteurs quotidiens et la quantité de livres lus en dehors de toute contrainte (...) a régulièrement diminué (les lecteurs de 2008 lisent en moyenne 5 livres de moins que leurs homologues de 1973)".
Olivier Donnat note également une féminisation du lectorat de livres (en particulier en ce qui concerne le roman et la fréquentation des bibliothèques) et indique que dans une société désormais dominée par la culture de l'écran "le livre a perdu une partie de son pouvoir symbolique auprès des jeunes, notamment de sexe masculin, qui ont aujourd'hui tendance à moins surestimer leurs pratiques de lecture que leurs parents au même âge, voir même à les sous-estimer en en oubliant certaines". En conclusion, il évoque le "recul de lecture linéaire de temps long au profit de formes de lecture plus fragmentées" et "la diversification des usages du livre et des supports du texte".

Source : Lectures et lecteurs à l'heure d'Internet : livre, presse, bibliothèques. Sous la direction de Christophe Evans. Édition du Cercle de la librairie, 2011