UNIMARC - usage des zones locales de type 609

Question

Bonjour,
Je souhaiterais savoir si l'usage de la zone matière codée 609 (Unimarc) utilisée dans la plupart des bibliothèques traditionnelles pour créer les vedettes-matière des fonds locaux  ou régionaux (n'existant ni dans la BnF ni dans Rameau) est autorisé ou franchement interdit. Doit-on lui préférer l'usage du 610 (vocabulaire libre) ?

Comment conserver la richesse de la matière dite locale indispensable à la recherche ?
Pouvez-vous m'éclairer ? Avec mes remerciements

Réponse

Date de la réponse :  19/05/2017

Votre question porte sur l'utilisation d'une "possible" zone 609 d'Unimarc pour créer des vedettes-matière de fonds locaux ou régionaux dans votre SIGB.
Tout d'abord, il n'existe pas de zone 609 dans le format Unimarc (ni en Intermarc ou Marc21) dédié à ce type de données. Le livre Manuel Unimarc : Format bibliographique (5e édition, version française) ne propose pas ce type de zone car elle n'existe pas en Unimarc.
De même, le document de la BnF relatif au Format UNIMARC des notices bibliographiques fournies par la BnF ne le mentionne pas (ce qui est logique) tout comme le guide de catalogage du réseau du Sudoc de l'ABES ou Guide méthodologique.
En toute logique,  si vous respecter les règles de catalogage de façon scrupuleuse en Unimarc, vous pouvez utiliser la zone 610 d'Unimarc (Indexation en vocabulaire libre).
Ceci dit, rien ne vous interdit de paramétrer et donc d'utiliser en local dans votre SIGB une zone 609 qui vous serait propre (il s'agit d'un point d'adaptation des règles d'utilisation du format Unimarc). C'est ce que vous faites actuellement visiblement.
Pour conclure, nous sommes en accord avec la réponse qui vous a été fournie par le Guichet du Savoir de la BML (Bibliothèque Municipale de Lyon) le 16/05/2017 suite à votre question initiale.

Voici la réponse apportée par le service en charge du Catalogue de notre bibliothèque, que nous remercions vivement :
" Les zones locales de ce type sont généralement employées pour intégrer des données en interne, elles ne peuvent et ne doivent en aucun cas être utilisées en remplacement des champs 6XX des vedettes matière, elles-mêmes en principe conformes à un fichier d’autorité national.
Les données qui se trouvent dans le champ 610 d’indexation « libre » ont été très utilisées à la BML dans le passé avant 1999, en particulier pour les projets de rétroconversion, parce que la bibliothèque ne disposait d’aucun référentiel d’autorité intégré, donc d’aucun contrôle d’autorité.

Les champs dits locaux comme l’exemple donné du 609 ou le champ habituel 699 peuvent tout à fait être utilisés en interne par une bibliothèque. Il est surtout recommandé de ne pas les faire afficher à l’opac ni évidemment de les exporter s’ils ne contiennent pas des données formatées et utiles au public. Les données dites locales comme les données d’exemplaire doivent donc être entrées systématiquement dans les champs prévus par le SIGB, par exemple les champs spéciaux prévus par Portfolio. Unimarc prévoit également les champs 9XX pour entrer des données locales particulières (voir les exemples du manuel Unimarc : Manuel UNIMARC : format bibliographique).
Ex BML : en l’absence de « zone d’exemplaire » pour les périodiques, nous renseignons et faisons afficher dans l’Opac les données des champs 950 et 967 dans les notices de périodiques. Ces champs permettent en effet de communiquer des informations essentielles sur l’état de collection et la cote du périodique."