Adaptation du vocabulaire de bibliothéconomie pour les chercheurs

Question

Bonjour,
Dans le cadre de nos recherches, nous effectuons différentes tâches en apparence comparables avec celles de bibliothécaire. Ainsi nous collectons des documents papiers, établissons un plan de classement ad-hoc (souvent inspirés des plans de classement d'archivistique), cataloguons au sens de décrire le contenu, indexons au sens de description du document avec les champs du Dublin Core. Ces opérations sont nécessaires en vue de la numérisation avant de rendre ces documents prêtés que nous n'archivons pas physiquement. Toutes ces opérations permettent d'établir des base de données comportant, un identifiant, le nom du document, l'année, le mois, le numéro (en cas de périodique), le titre, la description, l'auteur, le nombre de pages, l'origine du document.
J'ai lu attentivement les définitions de catalogage, indexation, récolement. J'ai l'impression qu'en recherche nous effectuons pour chaque phase une partie de chacune de ces tâches mais en l'adaptant car nos finalités sont davantage une gestion des documents en vue d'extraction de données et non une conservation, rangement en vue d'une mise à disposition comme  c'est le cas des bibliothèques.
Aussi est-il possible d'utiliser ce vocabulaire propre au champ des bibliothèques pour décrire le processus mis en oeuvre en recherche ?
Merci d'avance de votre réponse

Réponse

Date de la réponse :  14/06/2017

Vous voulez savoir s’il est possible d'utiliser le vocabulaire de la bibliothéconomie pour décrire les processus de collecte, de description et de classement de documents mis en œuvre par les chercheurs.

Bien entendu, les termes bibliothéconomiques peuvent être utilisés pour décrire des activités exercées par d'autres professionnels, comme les chercheurs.
Et il est vrai qu'avec le numérique, on assiste à une certaine convergence des pratiques des professionnels de l'information et des chercheurs.

En l'occurence, les tâches que vous décrivez correspondent à un travail de numérisation et de constitution de bibliothèque numérique.

Pour aller plus loin, voilà quelques ressources qui pourront vous intéresser :

Sur la numérisation et la constitution de bibliothèques numériques :

Sur les humanités numériques :

« Cécile Gardiès et Isabelle Fabre ont montré que les chercheurs ont développé en  toute  autonomie leurs  propres «savoirs  documentaires»  pour  collecter,  classer et  diffuser  le  matériau  de  leur  recherche. Elles s’interrogent pour savoir s’il n’y aurait pas là un transfert de la méthodologie documentaire vers les chercheurs et se demandent  quel  rôle  jouent les  professionnels  de  l’information  scientifique  et technique  dans  ce  contexte. »