Classement des documents

Question

Bonjour,

pourquoi les oeuvres (livres, films, albums de musique, etc.) sont-elles généralement classées par auteur et non par titre, sachant que de nombreux lecteurs mémorisent plus facilement les titres ? Existe-t-il dans le monde des bibliothèques ne proposant pas de classement par auteur en rayon (en excluant les bibliothèques pour enfants) ? Il y a-t-il des désavantages à faire du classement par titre ?

Merci pour votre réponse et bonne journée

Réponse

Date de la réponse :  20/11/2018

Vous souhaitez savoir pourquoi les livres, films, musique sont généralement classés par auteur et non par titre, alors qu'il semble que de nombreux lecteurs mémorisent plus facilement les titres.
Vous souhaitez savoir s'il existe dans le monde des bibliothèques qui ne proposent pas de classement par auteur ( bibliothèques pour enfants mises à part)
Enfin, vous souhaitez savoir s'il existe des désavantages à proposer un classement par titre.

 

La question du classement des documents est un sujet sans cesse remis sur l'ouvrage par les bibliothécaires.
En effet, comme rappelé dans la définition du mot Classement proposée par l'Enssib :

"Le classement des documents dans les espaces documentaires s’articule autour de systèmes de classement. Ces systèmes répondent à des objectifs d’optimisation de l’espace disponible et à la nécessité de retrouver rapidement un document parmi les autres. Les espaces du libre accès y ajoutent cet autre impératif des publics visiteurs, pour qui l’organisation documentaire doit permettre des points de repère signifiants."
 

 

Comme l'indique également la 4e de couverture de Mettre en oeuvre un plan de classement dirigé par Bertrand Calenge, et dont nous vous recommandons la lecture, "les espaces en libre accès réclament lisibilité et pertinence documentaire. Pour y parvenir, les bibliothécaires se trouvent confrontés à un triple défi : réussir à organiser les collections intellectuellement, mais aussi physiquement, dans un lieu particulier, et enfin de tenir compte des publics et des usages."
Source : Mettre en oeuvre un plan de classement. Sous la dir. de Bertrand Calenge. Presses de l'Enssib, 2009.

 

Le classement répond donc à une exigence de lisibilité des collections, mais aussi à un impératif logistique (faciliter le rangement des documents par les bibliothécaires).
Si les bibliothécaires essayent de tenir compte des pratiques des utilisateurs, il n'est pas toujours facile d'anticiper les usages ou les préférences de tous les usagers.

Concernant le classement alphabétique au titre, il est parfois utilisé pour le classement des DVD, c'est le cas par exemple à la médiathèque d'Obernai qui indique que ses "films de fiction sont classés par ordre alphabétique de titre de film. (sans les articles)." Classement les DVD - Médiathèque d'Obernai.

 

Cependant, on peut difficilement étendre ce type de classement aux livres de fiction en bibliothèque, en particulier si la collection est très importante.
D'une part à cause de la nécessité de rejeter l'article défini (le, la, les), pour classer les ouvrages (de nombreux romans commencent par un article défini) ce qui peut être également troublant pour le public, sans parler de la complexité d'appréhension d'un classement alphabétique continu ou discontinu (voir la page "Principes généraux du classement alphabétique". Banque de dépannage linguistique Office Québecois de la langue française.)
Enfin, le rangement des livres par les bibliothécaires selon ce type de classement est rendu plus complexe.

 

Par ailleurs, dans le cas d'auteurs très prolifiques, comme Victor Hugo, un classement de ses romans au titre aboutirait à l'éclatement de son oeuvre, ce qui pourrait être source de gêne pour certains utilisateurs.

 

Vous abordiez la question des albums de musique, or, dans ce cas précis, il nous semble peu pertinent de proposer un classement au titre ; en effet,  il est rare de connaître le titre exact d'un album, et par ailleurs, pour la musique classique, beaucoup d'oeuvres ont des titres proches (requiem, sonate, concerto, etc.).

 


Tout type de classement comporte ses écueils, à ce sujet nous vous invitons à consulter le chapitre rédigé par Bertrand Calenge, intitulé "Les cailloux dans la chaussure : ou quand un détail peut faire vaciller..." dans Mettre en oeuvre un plan de classement, ouvrage déjà cité plus haut.

Enfin, malgré nos recherches, nous n'avons pas trouvé d'exemples de bibliothèques qui proposerait un classement alphabétique pour l'ensemble de ses collections.

Pour aller plus loin :