Peut-on déprécier un livre ancien ?

Question

Bonjour,
Est il possible de déprécier un livre ancien ? J'ai été victime d'un dégât des eaux,  j'ai fait expertiser 2 de mes livres que je n'ai pas retrouvés sur le net, et l'expert me dévalue le livre à 50 %. Ma question est la suivante : peut-on considérer un livre ancien comme un objet précieux ?
Merci de votre réponse,
bien cordialement.

Réponse

Date de la réponse :  20/02/2018

Vous avez en votre possession des livres anciens. L'expert que vous avez consulté récemment les estime à la moitié de la valeur à laquelle vous vous attendiez.
Vous souhaitez savoir si un livre ancien est un objet précieux.

Tout d'abord, veuillez noter que nous ne sommes pas experts en matière d'estimation des livres anciens ou plus récents.
Concernant la notion de préciosité en matière d'ouvrages, celle-ci est, semble-t-il, dissociée de son ancienneté.
Nous vous conseillons de consulter le site commercial CATAWIKI qui énonce 7 facteurs qui déterminent la valeur d'un livre.

Par ailleurs, vous pourriez faire appel à un autre expert en livre ancien, ou bien vous adresser à un bouquiniste de votre région pour avoir un deuxième avis.
Vous pouvez les identifier en recourant aux Pages Jaunes, par exemple.
Sur le blog de Hialaira vous retrouverez ces indications assorties de quelques conseils et de quelques pistes supplémentaires.

En bibliothèque, la catégorie des fonds rares, anciens et précieux ne recoupe pas exactement celle du marché de la bibliophilie. En effet, comme l'indique Frédéric Manfrin dans un mémoire de diplôme de conservateur des bibliothèques (p.12) :

"Si  la  rareté  d'un  ouvrage  est  une  donnée  assez  objective,  dans  la  mesure où elle peut être quantifiée,  que  dire  de  son  caractère  précieux  !  A  moins  d'envisager  la valeur  d'un  livre  sur  le  marché  de  la bibliophilie,  ce  qui  généralement  est  mal perçu  dans  le  monde  des  bibliothèques  françaises,  il  est  très  difficile  d'évaluer  le  caractère précieux. Certes, beaucoup d'ouvrages, par la qualité de leur reliure, par leur  provenance,  par  leur  rareté  ou  leur  ancienneté,  peuvent  être  unanimement qualifiés  de  précieux,  et  personne  ne  leur contestera  cette  qualité.  Il  en  est  par contre de nombreux autres pour lesquels les raisons objectives sont beaucoup plus difficiles à appréhender.  Un  ouvrage  sur  l'imprimerie  lyonnaise  au  16ème  Siècle aura  sans  doute  droit  à  un  traitement  de faveur à la Part-Dieu, où il figurera dans les  fonds  régionaux,  et  donc  patrimoniaux.  A  la  bibliothèque  de  la  Sorbonne,  il figurera  au  fonds  général.  Ainsi  ce  livre  est  plus précieux à Lyon  qu'à  Paris.  Autrement  dit,  le  caractère  précieux  d'un ouvrage  dépend  à la  fois  de  caractères  globalement   objectifs,   mais   aussi   de   sa   localisation,   et   sans   doute   des bibliothécaires qui s'occupent des collections. "
Source : La communication des fonds anciens, rares et précieux : essai d'approche théorique. Frédéric Manfrin. Mémoire d'étude et de recherche, diplôme de conservateur des bibliothèques, Enssib, 2005.