Rapport "Acquisition / Prêt"

Question

Bonjour,
Je souhaitais connaître s'il existait un ratio de référence"acquisition / prêt" pour un bon usage d'un fonds documentaire ? Exemple : lors du traitement de statistiques d'évaluation des thématiques de prêt de livres sur une année, je constate sur la thématique que nous appellerons "Enfance-jeunesse" : - prêts = 66 - achat de livres = 8 Quelle conclusion en tirer : existe t-il un référentiel d'interprétations élaboré par l'Enssib par exemple ou autre organisme ? Existe t-il des ratios à appliquer selon différents critères ?
Je vous remercie pour votre éclairage et votre aide.
Cordialement,

Réponse

Date de la réponse :  22/11/2019

Vous souhaitez savoir s’il existe un ratio ou des ratios de référence « acquisition / prêt » pour un bon usage d’un fonds documentaire.

 

Pour commencer, nous vous invitons à consulter les réponses précédentes de notre service à des questions similaires à la vôtre :

 

 

1.Le degré d’utilisation

Dans l’ouvrage de Bertrand Calenge, Conduire une politique documentaire, paru au Cercle de la librairie en 1999, on trouve une partie intitulée « Prendre la mesure des collections ». Au sein de ce chapitre, à la page 67, l’auteur cite un outil qui pourrait vous être utile : le degré d’utilisation.

 

Il s’agit de mettre en relation le nombre de prêts, les dépenses d’acquisitions et le nombre de documents acquis. Par collection, les trois éléments sont mis en rapport :

Le pourcentage des prêts (P) est divisé par le pourcentage des dépenses d’acquisition (D) comme par le pourcentage des documents acquis (A). La moyenne des deux valeurs obtenues par ces divisions est le degré d’utilisation (DU).

 

Ce qui donne :

P / D et P / A

dont on fait la moyenne pour obtenir DU

 

Voici l’interprétation proposée des résultats :

Plus la valeur du degré d’utilisation est élevée, meilleure est la relation entre les dépenses, achats et utilisation pour la [collection] en question. Le degré d’utilisation est équilibré si les pourcentages des prêts, des dépenses et des achats sont équilibrés. Dans ce cas, le degré d’utilisation est égal à 1. Quand il est inférieur à 1, la collection correspondante est considérée comme sous-utilisée, quand il est supérieur à 1 elle est considérée comme surutilisée.


 

2.Coût d’acquisition par utilisation de la collection

Par ailleurs, le mémoire de conservateur, intitulé Politiques de développement des collections dans les bibliothèques publiques: quelles pratiques et quels enjeux ? Le point de vue des acquéreurs, rappelle l’existence de « la norme NF ISO 11620 [qui] décrit, page 30,  trente-deux indicateurs d’évaluation de résultats pour les bibliothèques. ».

Parmi ces indicateurs, l’indicateur « B.3.1.2 Coût d’acquisition par utilisation de la collection » pourrait également vous aider.

 

Il s’agit de mettre en rapport le coût d’acquisition (A) et le nombre d’utilisation (B), comprenant prêt, téléchargement voire si possible consultation sur place.

Si le résultat « présente une valeur basse », il y a une bonne adéquation entre acquisitions et besoins. Pour que l’indicateur soit pertinent, il est conseillé de le mettre en relation avec les autres fonds de la bibliothèque et surtout avec le fonds total. On pourra alors connaître relativement la qualité d’adéquation d’une collection.

 

 


Pour élargir et compléter, nous vous proposons consultation de ces quelques ressources :