Valorisation des réserves en bibliothèque municipale

Question

Bonjour,
Dans le cadre d’un mémoire sur la notion de réserve active en bibliothèque, je m’interroge sur les moyens de valorisation des collections des réserves/magasins non patrimoniaux au sein des bibliothèques municipales. J’aimerai donc savoir s’il existe à l’étranger ou bien en France, des exemples de valorisation des documents non patrimoniaux des réserves auprès des publics.
Bien cordialement,

Réponse

Date de la réponse :  22/05/2020

Dans le cadre d’un mémoire sur la notion de réserve active en bibliothèque, vous vous interrogez sur les moyens de valorisation des collections des réserves/magasins non patrimoniaux au sein des bibliothèques municipales.


 

Avant toute chose, nous vous proposons la lecture de ces précédentes réponses de notre service à des questions traitant de thématiques similaires :

Q?R ! Recommandation VS Médiation, 24/04/2020

Q?R ! Valorisation de ressources numériques en bibliothèque, 23/01/2020

Q?R ! Valorisation des collections, 12/04/2019


 

Nous vous proposons ensuite de revenir à la définition de « réserve active » telle qu’on peut la trouver dans ce document de travail de Bertrand Calange, 16/12/99  :

 

La collection courante en réserve active comprend tous les documents exclus du libre accès pour cause d’usage résiduel ou de pertinence moindre par rapport aux besoins du public le plus large pour la bibliothèque, sans que les documents concernés soient destinés nécessairement à une conservation à long terme. Pour les bibliothèques disposant d’espaces de libre accès restreints, ou pour celles proposant l’accès contrôlé à cette réserve active (cas des « magasins ouverts » en B.U.), la réserve active est assimilée au libre accès et décomptée avec lui.


 

La documentation croisant valorisation et magasin concernent principalement les fonds patrimoniaux et se révèle très lacunaire concernant la simple réserve active. Toutefois, nos recherches nous ont permis de trouver les ressources suivantes :

 

 

 


 

Pour vous constituer un éventail d’exemples de valorisations de « réserves actives » en bibliothèque municipale, nous vous invitons à contacter les établissements suivants, pour lesquels nos recherches attestent l’existence de telles réserves :

 

  • Le réseau des médiathèques de Toulon, qui possède la Réserve Lagoubran. Bien qu’essentiellement destinée à des fonds patrimoniaux, elle comporte également « des collections de lecture publique ».

    Contact

     

  • Le réseau des bibliothèques de Rouen, qui dans sa Charte documentaire fait mention d’une réserve active :

     

    3.2.La réserve active.

    Une réserve active est prévue dans la future médiathèque. Les collections appartenant à la réserve active seront destinées à accroître l’offre documentaire proposée en libre-accès. Ces collections, stockées en magasin, pourront être empruntées à domicile par les usagers. Ces collections seront constituées de documents peu demandés ou vieillis, dont le contenu reste pertinent, ou de doubles de documents proposés en libre accès. A l’ouverture de la médiathèque, cette réserve active sera constituée par une part des collections de la Bibliothèque Villon postérieures à 1950. Ces collections peuvent faire l’objet de retraits de documents.

    Contact

 

  • La Médiathèque Départementale du Jura qui comporte une petite réserve dite active :

    Dans cette pièce (l'ancien bureau de direction, derrière l'accueil), est rangée la réserve active de fictions adultes. Pour l'instant, elle contient principalement les Pléïades ou des anthologies, peu empruntés lors des réassorts mais toujours utiles pour répondre à une demande précise. L'objectif de cette réserve est de stocker hors des rayons du magasin des ouvrages de référence, peu attractifs et qui ne sortent en général que sur réservation.

    Contact

 

  • La bibliothèque municipale de Tours, qui dans sa Charte des collections (2017), page 8, évoque sa réserve active :

    L’équilibre physique acquisitions/éliminations se trouve dans la mise en « réserve active » d’une partie des collections, suivant les statistiques de documents non-prêtés, tout en tenant compte de la cohérence intellectuelle des fonds en libre-accès.

    Contact

 

  • Les bibliothèques de Dunkerque, qui font état de leur réserve active dans leur Rapport d’activité de 2016, p.55 :

    Dans le domaine de la fiction, les « classiques » et les essentiels de la littérature du moyen âge au 20e siècle comme ceux de la production contemporaine seront empruntables, et la plupart du temps en accès direct. Une partie de la réserve active sera réservée aux documents à rotation plus lente. Priver la collection de leur présence au prétexte d’une faible rotation reviendrait à la déséquilibrer et à lui faire perdre la notion de « solidité » recherchée. L’offre numérique sera un soutien non négligeable dans la constitution de cette collection de références.

    Contact