Choix des acquisitions en bibliothèque municipale

Question

Bonjour,
Je voudrais me renseigner sur la constitution des fonds en bibliothèque municipale.
Outre les suggestions des usagers, et la veille éditoriale faite par les bibliothécaires, comment s'opère le choix final des acquisitions ?
Est-ce que le service de tutelle (dans ce cas, la mairie) valide ou non la liste des acquisitions ?
Bien à vous

Réponse

Date de la réponse :  09/11/2016

Vous voulez savoir si les bibliothèques municipales soumettent leurs acquisitions à la validation de leur tutelle.

Les bibliothèques ne soumettent pas leurs listes d'acquisitions à la validation de leur tutelle.

En revanche, elles sont tenues de lui rendre des comptes de façon ponctuelle.

Il leur est notamment recommandé de formaliser leur politique documentaire dans une charte documentaire ou un plan de développement des collections :

"La charte documentaire est un document constitutif de la politique documentaire. Elle récapitule les choix opérés en matière d’orientations documentaires pour l’ensemble des collections et ressources documentaires d’une bibliothèque. Ce document est normalement soumis à la validation de l’autorité qui pilote l’établissement."
Source : Charte documentaire. Dictionnaire de l'Enssib

"Le plan de développement des collections est un document programmatique fixant de façon pluri-annuelle les axes prioritaires de développement d’une collection donnée, dans le respect des orientations et bornes d’une charte documentaire. Généralement cantonné à un segment documentaire thématique, il est le document de référence du ou des gestionnaires de ce segment de collection.
Il comporte en général deux volets : le premier décrit les objectifs et contraintes, le second établit un objectif référé à un certain nombre d’indicateurs."
Source : Plan de développement des collections. Dictionnaire de l'Enssib

Pour plus d'information, vous pouvez consulter le cours de Mediadix Politique documentaire et accroissement des fonds.
Pour établir une politique documentaire, il est recommandé d'étudier les besoins du public ; certaines bibliothèques vont plus loin, en associant le public aux acquisitions (cette pratique est abordée dans le manuel Construire des pratiques participatives dans les bibliothèques : présentation).

Idéalement, un bilan des acquisitions (et des statistiques de prêt) devrait être présenté chaque année à la tutelle, dans le rapport d'activité de la bibliothèque.

Dans une précédente réponse sur les Tutelles des bibliothèques territoriales, nous indiquons que les bibliothèques ne dépendent pas directement du maire, mais plus souvent du secrétariat général (ou directeur général des services) de la commune, ou de la direction culturelle.
Nous citons un article professionnel qui précise :

"Un élu n’a en principe pas à intervenir directement dans la marche des services, qui relèvent hiérarchiquement du DGS et de ses subordonnés. Un cas fréquemment évoqué est celui du maire-adjoint «se prenant pour un chef de service» ce qui met le personnel concerné en porte-à-faux avec sa hiérarchie."
Source : Bibliothécaires et décideurs : dissonances et convergences. Dominique Lahary. in Bibliothécaires et décideurs. Bibliothèque(s). n° 71-72, 2013

Au delà de la tutelle, l’Inspection générale des bibliothèques exerce un contrôle sur les bibliothèques, notamment en ce qui concerne "le respect des critères de conservation des fonds, de qualité du service rendu, la pluralité et la neutralité des collections et leur accès au public sans exclusive".
Pour en savoir plus, vous pouvez consulter une précédente réponse sur le pluralisme et la neutralité des collections en bibliothèque.