Index des revues

 
  • Index des revues

Bibliothèques municipales, bibliothèques départementales de prêt

2000
    ⇓  Autres articles dans la même rubrique  ⇓
    Par Claudine Belayche
    Ministère de la Culture et de la Communication
    Direction du livre et de la lecture
    Claudine Pissier, Conceptrice

    Bibliothèques municipales, bibliothèques départementales de prêt

    Données 1998

    Paris, MCC, 2000. - 308 p? ISSN 1249-5344.

    Nous avons l'habitude de ce rendez-vous annuel avec la publication des statistiques nationales et régionales de l'état des bibliothèques territoriales en France, réalisé à partir des rapports statistiques annuels collectés dans les bibliothèques. Depuis plusieurs années, nous sommes habitués à une présentation agréable, illustrée de graphiques clairs et efficaces qui donnent à ces statistiques cumulatives une lisibilité parfaite. Chaque année, cette publication est plus lourde car elle intègre soit de nouvelles données, soit des tableaux récapitulatifs appréciables.

    Je ne reviendrai pas sur les chiffres eux-mêmes. Le Directeur du livre en fait un rapide commentaire en introduction : plus de surfaces ouvertes, mais des heures d'ouverture en stagnation (faibles : 19 h 21 en moyenne), même si le poids de bibliothèques rurales de plus en plus nombreuses (résultat des efforts des BDP et des communes rurales) influe sur les moyennes. Bien sûr, toute étude plus rigoureuse doit prendre en compte plutôt les statistiques fournies par tranches de populations, où les éléments sont évidemment plus susceptibles de comparaisons valables.

    Notons que, pour la première fois, les données concernant le multimédia ouvert au public sont exploitées : en tout cas, pour l'instant sont inventoriés les accès publics à internet et les acquisitions de disques optiques. On attendra l'an prochain pour les consultations de multimédia et prêts de cédéroms.

    Je ne pourrai pas faire l'impasse sur le personnel, si peu détaillé dans l'ESGBU pour les bibliothèques d'université. Rendons grâce à la DLL de tirer des imprimés des informations très détaillées : qu'il s'agisse des agents statutaires, plutôt en régression (en proportion des surfaces ouvertes), ou des agents contractuels, précaires, seul pour eux est donné un chiffre global qui ne laisse pas d'inquiéter néanmoins : plus de 18 % d'agents non titulaires au total, en régulière augmentation depuis 1991 !

    On en tirera à tout le moins deux conclusions provisoires : l'une est celle du malthusianisme des concours de recrutement ouverts ; l'autre prouve peut-être combien certaines collectivités font le choix d'utiliser à plein les dispositifs offerts d'aides à l'emploi, sans créer d'emplois statutaires (quelquefois fortement incités par les services de l'État, comme pour les dispositifs emplois-jeunes !). À terme néanmoins, cette précarité peut avoir des incidences graves sur la pérennité des efforts et projets de développement mis en place !

    On trouvera également les fiches récapitulatives de données moyennes pour des villes « types » : ce ne sont pas des ratios ni des recommandations à suivre, ce sont des chiffres qui permettent de situer très rapidement les efforts et résultats de sa commune par rapport à des moyennes !

    Mêmes informations, toutes adaptations faites vu les modes d'intervention, pour les bibliothèques départementales de prêt, dont tout montre que l'activité fortement diversifiée maintenant se plie assez mal à des statistiques sur de « petits nombres » (le Guide des BDP, publié annuellement, compense par la publication de quelques indicateurs pour chaque établissement).

    Bien évidemment, ce document - envoyé à toutes les bibliothèques recensées - doit figurer dans toutes les bibliothèques, et nécessite une exploitation de la part des responsables qui souhaitent procéder à une évaluation de leur établissement.