Index des revues

 
  • Index des revues
    ⇓  Autres articles dans la même rubrique  ⇓
    Par Claudine Belayche
    Anne Mayère, dir

    La Société informationnelle

    Enjeux sociaux et approches économiques

    Paris, L'Harmattan, 1997. - (Communication et civilisation). ISBN 2-7384-5453-4. - Br. : 150 FF

    Ce document comporte une série d'articles d'auteurs, en majorité anglo-saxons, réunis par Anne Mayère, enseignante à l'ENSSIB, autour des enjeux économiques de l'information : le sous-titre de l'ouvrage est très proche des thèmes traités par chacun.

    Chaque auteur tente de conceptualiser cette notion d'information, et plusieurs vont montrer combien l'idée d'"économie de l'information a quelque chose de contradictoire dans les termes : économie, signifiant traditionnellement échanges de biens et services mesurables (dans leur valeur d'échange ou d'usage). L'information est un concept difficile à définir autrement que par ses propriétes : intangible, hétérogène (dans sa forme), inappropriable, indivisible ; elle n'est pas un bien durable, dont on calculerait l'amortissement, ni un consommable qui disparaîtrait dans un temps déterminé.

    Alors comment fixer les règles du jeu de cette société informationnelle » dont politiques et économistes disent qu'elle est celle de demain? H. I. Schiller, professeur émérite à San Diego université, donne un avis sans appel : seule la loi du profit dirige le monde des médias, plus encore que le reste, et les inégalités de revenus ne feront qu'accroître les inégalités sociales. Aussi pointe-t-il son étonnement à voir que les hommes politiques les plus puissants de la planète aient de fait abandonné une partie de leur pouvoir au profit de multinationales qui, maîtrisant la circulation d'information, maîtrisent des zones entières de la planète et son évolution (politique, sociale,...).

    Plus proche des soucis quotidiens des bibliothécaires, dans leurs établissements, sont plusieurs interventions qui débattent de l'information : bien privé, bien public. Débat fondamental aujourd'hui, car les bibliothèques publiques dont la mission est de rendre publiques des données d'origine publique (le Journal Officiel) mais aussi privées (statistiques, bibliographiques, commerciales,...) sont affrontées au dilemme; quel type d'accès, quelles tarifications? Werner Schwuchow, professeur à Heidelberg, signe un article entièrement sur ce thème, qui mérite lecture et réflexion. Il s'attache en particulier à estimer dans une tarification d'information, la stricte tarification de l'acte, et les tarifications mi-publiques, mi-par l'utilisateur, montrant également la fragilité de tout équilibre, et les évolutions que toute tarfication doit autoriser selon les usages.

    Chaque article est complété de bibliographies très fournies, le plus souvent de références anglo-saxonnes, qui nous montrent la densité de la réflexion sur ces thèmes aux Etats unis et au Canada.

    L'ouvrage mérite une lecture attentive, cette note n'en donnant qu'une vision très partielle.