L'accueil des classes en bibliothèque

Question

Généralisation de l'accueil des classes en bibliothèque

Réponse

Date de la réponse :  23/03/2020

Vous nous interrogez sur la généralisation de l'accueil des classes en bibliothèque.

 

Comme vous ne nous donnez pas d'informations précises sur le contexte de votre question, nous vous orienterons donc vers des pistes bibliographiques susceptibles d'alimenter votre réflexion.

 

 

Tout d'abord, nous vous invitons à consulter les réponses suivantes : 

 

 

 

Les bibliothèques et la réforme des rythmes scolaires 

 

 

 

L'éducation artistique et culturelle

 

Nous vous invitons à consulter l'ouvrage intitulé Faire vivre l'action culturelle et artistique et culturelle en bibliothèque, et notamment le chapitre "Élaborer et formaliser un partenariat avec l'Éducation nationale"  rédigé par Agnès Defrance.
 

Extrait (pages 74-75). : 
 

Les relations entre l’Éducation nationale et les bibliothèques sont intrinsèquement et historiquement liées. Il suffit d'évoquer la période où les instituteurs faisaient office de bibliothécaires puis celle où les bibliothèques scolaires* complétaient l’offre des BM, celles-ci ne proposant parfois que des collections pour les adultes. Les bibliothèques jeunesse étaient alors principalement conçues dans un but pédagogique et éducatif. Il a fallu attendre l’ouverture de la Bibliothèque de l’Heure Joyeuse en 1924 pour que l’évolution vers la « lecture plaisir » soit amorcée et que les pratiques se diversifient.
 À partir de cette époque, celles-ci vont n’avoir de cesse d’évoluer, de s’enrichir tout en se nourrissant de cette relation privilégiée qu’ont maintenue bibliothèques et écoles. [...]

Ce rappel historique permet d’envisager le chemin parcouru et l’évolution des liens entre Éducation nationale et bibliothèques qui, d’une collaboration ponctuelle ou événementielle, a évolué vers un réel partenariat. Nous avons pu observer une évolution au fil du temps : d’une demande exponentielle de visites se traduisant par un accueil «intensif » dans les années 1980 aux visites thématiques et temps d’ateliers co-construits actuellement pratiqués, nous pouvons mesurer le chemin parcouru et l’évolution des pratiques reflétant une meilleure connaissance mutuelle. La professionnalisation des bibliothécaires jeunesse a concomitamment permis la reconnaissance par l’Éducation nationale de ses interlocuteurs. Les bibliothèques ont parfois été confrontées à une très forte demande d’accueils de classes, sans véritable projet en amont, sans vision à plus long terme et parfois au détriment de leur mission de service public pour l’ensemble des usagers : créneaux trop importants consacrés aux scolaires, conflits d’usage, impression de devenir prestataires, manque de coordination avec les enseignants… de nombreux dysfonctionnements qui ont conduit, dans les années 2000, à repenser totalement la collaboration avec l’Éducation nationale pour aboutir à une réflexion commune et une offre répondant tant aux missions de service public des bibliothèques qu’aux attentes des enseignants.
Depuis une dizaine d’années, la demande très forte pour ouvrir l’école sur la cité a également été un vecteur décisif dans le mouvement de l’école, et parfois du collège, vers la bibliothèque. Depuis une dizaine d’années, l’organisation des bibliothèques se structure autour de l’écriture d’un projet de service tout comme celle du projet d’établissement s’élabore au regard du projet éducatif de territoire (PEDT). Concrètement, cet état de fait permet de concevoir un nouveau type de partenariat entre bibliothèques et Éducation nationale où chaque partenaire apporte ses compétences et où les objectifs sont bien identifiés et partagés.

Source : Faire vivre l'action culturelle et artistique et culturelle en bibliothèque. Sous la dir. de Colin Sidre. Presses de l'Enssib, 2018. Sommaire disponible en ligne.