Fonds Ados et SF/Fantasy : comment trancher ?

Question

Bonjour,
Je suis responsable d'une petite médiathèque, et je travaille à constituer notre fonds Ados, ainsi que notre offre Science-Fiction/Fantasy. Il est à noter que ces deux rayons sont directement voisins dans l'espace de notre bibliothèque, l'idée étant que nos visiteurs adolescents puissent également trouver leur compte dans le rayon SF/Fantasy situé à proximité. Nous n'avons pas de fonds Jeunes Adultes, et compte tenu de la place dont nous disposons, il n'est pas pour l'heure pas possible d'en mettre un en place. Ma problématique est la suivante : j'éprouve des difficultés à trancher lorsque certains ouvrages appartenant au genre de la SF ou de la Fantasy pourraient également trouver leur place du côté des Ados. Je ne veux pas risquer de faire fuir nos lecteurs adultes avec des publications trop marquées "jeunesse" (d'autant plus que la proximité directe du rayon Ados me semble déjà un frein pour attirer les adultes intéressés dans la zone en question), pour autant je ne souhaite pas affaiblir notre fonds SF/Fantasy, ou brouiller les pistes en retirant des ouvrages qui devraient légitimement s'y trouver. En définitive, je me demande si la question de l'âge est plus importante, ou si celle du genre doit primer lorsque les frontières sont poreuses ainsi que c'est, me semble-t-il, parfois le cas. Pouvez-vous m'aider à trouver des ressources sur cette question afin d'établir la stratégie de ma bibliothèque quant à ce type d'ouvrages ?
Je vous remercie.

Réponse

Date de la réponse :  24/01/2020

Responsable d'une médiathèque, vous avez engagé une réflexion autour des fonds Ados et Science-Fiction/Fantasy qui sont implantés l'un à côté de l'autre.


Vous vous interrogez sur la pertinence de distinguer les ouvrages de SF/Fantasy destinés, a priori, aux lecteurs les plus jeunes des autres titres de ce fonds thématiques, vous vous demandez donc, en définitive,  "si la question de l'âge est plus importante, ou si celle du genre doit primer".

Cette problématique s'inscrit dans une réflexion plus vaste ( et nationale) qui concerne l'attractivité de votre bibliothèque pour les adolescents.

 

 

Nous vous proposons une sélection de ressources sur la politique documentaire, les chartes des collections, les plans de classement qui évoquent les fonds thématiques.

Chaque ressource donne accès à de nombreuses références permettant d'enrichir votre réflexion;
 

 

 

Pour compléter ces approches, nous avons sélectionné des documents sur la valorisation des fonds à  destination de la  jeunesse ainsi que sur leur médiation.
 

 

Présentation du mémoire sur Dune/univ-angers.fr (Dépôt universitaire numérique des étudiants)

La Fantasy, genre littéraire longtemps méconnu ou déprécié en France, ne cesse de prendre de l’ampleur depuis les années 2000. La Fantasy, contrairement à ce qu’on pourrait imaginer puise dans les plus anciens textes et genres comme les contes et les légendes. Elle a su inspirer les artistes, les créateurs et les réalisateurs pour étendre son influence et se développer sur d’autres terrains que la littérature comme avec les jeux de rôle ou même l’industrie cinématographique. Cependant qu’en est-il de sa place en bibliothèque ? Si la Fantasy a, de nos jours, conquis son public et sa place en librairie, elle a beaucoup de mal à percer en bibliothèque. Au regard d’une enquête et d’une étude de cas quelques explications seront apportées et des techniques mises en place en bibliothèque valoriser ce genre grandissant seront exposées.

 

Des idées de valorisation ou d'animations autour de votre fonds sur le blog crée en 2010 par des bibliothécaires : 

L'Infra-Monde :  Animations en bibliothèque : Science-Fiction, Fantasy et Fantastique

 

Vous pouvez également poster une question sur Agorabib ou votre problématique a été traitée sous différents angles.
Par exemple :

De la SFFF dans les collections

 

Pour aller plus loin sur l'édition des livres de Fantasy et de Science fiction et leur place en bibliothèques :

Littérature de l'imaginaire : Dossier in Bibliothèque(s), n°69  juillet 2013