Index des revues

 
  • Index des revues

Contrôler la qualité et la cohérence d'un catalogue

1997
    ⇓  Autres articles dans la même rubrique  ⇓
    Par Claudine Belayche
    Marie Élise Fréon, direction de

    Contrôler la qualité et la cohérence d'un catalogue

    IFB, 1996. (Collection La Boîte à outils). ISBN 2-910966-03-8. Prix : 150 F.

    Ce quatrième volume de la collection éditée par l'IFB a toutes les caractéristiques des précédents. Suite ,, sans transition l'articles sans introduction, dont la mise en perspective par un court avant-propos général est à mon sens insuffisante.

    Le propos est, selon le titre, le contrôle de qualité et de cohérence d'un catalogue de bibliothèque. Tous les articles n'en traitent pas aussi bien. D'abord, parce que certains auteurs prennent plus de temps à décrire le processus de constitution de leur catalogue informatisé, qu'à décrire les modalités de contrôle qualité. On peut comprendre la difficulté, mais il eût été plus rigoureux de proposer une méthodologie d'étude qui étudiât la constitution du catalogue, puis les contrôles possibles de sa cohérence. En particulier, quand il s'agit de récupération de notices, les études ne sont pas menées (sauf pour la BN, par la BN).

    Le problème est probablement, comme dans un autre volume de cette collection déjà critiqué ici, que les interventions ne sont pas constituées comme un ensemble suivi et organisé.

    Deux exemples : dans l'article B, il me semble que les auteurs oscillent entre la notion de qualité, et de complétude des notices, et parfois confondent les deux notions. C'est ainsi que les BM de lecture publique" peuvent se contenter « d'un catalogage minimal » ce qui ne veut pas dire qu'il ne soit pas rigoureux, et que sa qualité ne soit pas contrôlée, au regard de critères en relation avec la norme allégée. Cette confusion, entre niveau d'exigence en nombre de champs MARC retenus, et en qualité des informations dans ces champs m'a gênée dans ce premier texte.

    D'autant que, dans une bibliothèque municipale importante, les catalogues «lecture publique et « étude » sont communs, et que l'exigence de qualité est identique, même si la complétude des notices peut être différente entre secteurs. Enfin, l'importation de notices - BN-OPALE ou autres - homogénéise la qualité, dans tous les secteurs, y compris en BDP !

    Juste après, on passe en C à une lecture très juridique de la propriété des notices. Que fait-elle là, intercalée ? La lecture interpelle, mais elle est extrêmement mal située dans le volume.

    En revanche, je conseillerai, sans réserve, la lecture de l'article de Françoise Bourdon ; remarquable de clarté sur la constitution de la base bn-opale, et les incohérences - en particulier de l'indexation matières, selon les époques - et son pragmatisme dans la gestion des autorités dont elle montre bien que la rigueur absolue est intenable même si elle est un objectif à atteindre. Les exemples d'auteurs étrangers, avec des traitements différents entre France, Allemagne, Pays Bas, sont particulièrement éclairants et laissent place à une lecture intelligente et adaptée des normes, et à la compétence des bibliothécaires qui les appliquent.

    Comme dans toute boîte à outils, il en est de plus pertinents que d'autres...