Index des revues

 
  • Index des revues
    ⇓  Autres articles dans la même rubrique  ⇓

    Le CIRDOC

    Par Denis Mallet

    Le Centre inter-régional de développement de l'occitan/lo Centre inter-régional de desvolopament de l'occitan (CIRDOC), nom du syndicat mixte, aujourd'hui composé de deux partenaires fondateurs (la Région Languedoc-Roussillon et la ville de Béziers), ouvert à tous les partenaires institutionnels désireux d'y adhérer, est la médiathèque vivante de l'Occitanie. Installé à Béziers, dans des locaux spécialement construits pour l'abriter, le CIRDOC est donc un outil moderne, au service de la promotion de la langue et de la culture occitanes.

    Bénéficiant des derniers développements de la technologie et disposant d'espaces d'exposition, de conférence et d'animation ainsi que de locaux spécifiques pour la consultation des divers supports, salles de lecture, auditorium, salle multimédia, l'établissement constitue un modèle de référence pour la conservation et la communication d'un fonds spécialisé.

    Les fonds documentaires gérés par le CIRDOC sont constitués des collections données par le Centre international de documentation occitane (CIDO) à la ville de Béziers, qui met également à la disposition du CIRDOC une équipe de bibliothécaires-documentalistes sous la responsabilité du conservateur de la bibliothèque municipale. Les collections sont actualisées et enrichies dans le cadre d'une politique d'acquisition et de mise en réseau renforcée aux niveaux tant local (BM) et régional (BU) qu'international.

    La matière conservée au CIRDOC, ancienne ou vivante, est présentée en quatre grandes catégories bénéficiant chacune d'une gestion spécialisée. Il s'agit de la bibliothèque proprement dite (imprimés, livres, fonds anciens), des revues et des périodiques, de la sonothèque et des fonds musicaux, de l'iconothèque et du multimédia.

    La bibliothèque

    Le fonds des livres imprimés, en accroissement constant, compte à ce jour plus de 60 000 volumes dont plus de 5 000 sont consultables en accès direct.

    La langue et la culture occitanes y sont représentées sans distinction de dialecte ou de graphie, sans discrimination quant à la qualité ou à la valeur des écrits, sous toutes les formes d'expression : poésie, théâtre, roman, contes, essais, études critiques... Ces ouvrages (éditions originales ou rééditions), rédigés en occitan pour la plupart, mais aussi en français et dans bon nombre de langues étrangères, sont le témoignage de l'importance de la production éditoriale occitane à travers les siècles et de l'intérêt porté à la culture occitane dans le monde entier.

    S'y côtoient, sans prétention excessive à caractère exhaustif, la littérature des troubadours, la littérature enfantine contemporaine, les textes de la revendication occitane des années 1970, l'histoire du catharisme, le folklore, des thèses de doctorat, des bandes dessinées, la révolte des vignerons de 1907 et les récits de la croisade des albigeois, les dictionnaires, les jeux et les sports, les méthodes d'apprentissage de l'occitan, la gastronomie, etc. De quoi satisfaire le néophyte, le curieux, le chercheur, l'étudiant, les enfants et adolescents, l'amoureux de la langue d'oc...

    C'est ainsi que l'on peut découvrir, au hasard, les Obros et Rimos provvenssalos de Louis Bellaud de La Bellaudière (publiés à Marseille en 1595), faisant bon ménage avec les écrits politiques de Robert Lafont, de Félix Castan ou de Louis Bayle, Mirèio de Frédéric Mistral (et ses traductions en maintes langues dont le japonais), les contes de Gascogne recueillis par Jean-François Bladé, l'histoire de la musique occitane par Marcel Carrières ou Jean Larzac, des dictionnaires de F. Pellas à L. Alibert, Beline de Miquèu de Camelat, les éditions critiques du Roman de flamenca (traduit dans de nombreuses langues) ou encore l'oeuvre romanesque, théâtrale et poétique de Max Rouquette, les Fors e Costumas de Bearn, un cours d'aranais, la description du Jeu de la balle au tambourin par M. Rouquette et une Lecturapolitica de la Biblia par J. Larzac, ou encore le tout récent recueil des oeuvres poétiques de Marcelle Delpastre, les publications du Bureau européen pour les langues les moins répandues, et le Festin occitan de Prosper Montagné.

    Un fonds d'outils bibliographiques est mis à la disposition de tous afin d'orienter la recherche.

    Accès au catalogue informatisé 25 000 notices à ce jour) par : www.cirdoc.org

    Les revues et les périodiques

    Le fonds des périodiques, qui représente et réunit l'essentiel des collections du domaine occitan, est riche de 1 700 titres. Il est constitué en priorité de toute publication périodique en langue d'oc. Mais il comprend aussi toute publication périodique (dans toute autre langue) se rapportant au domaine occitan (histoire, ethnologie, folklore, linguistique, sociologie...).

    Une centaine de publications vivantes en langue d'oc enrichissent régulièrement ce fonds. Publiées aux quatre coins de l'Occitanie (Reclams de Biarn e Gasconha, Lo Bornât da Perigord. Prouvènço aro. etc.) et à l'étranger (Oc Sulpic, bulletin de l'Association occitane du Québec), elles sont le véritable reflet de la culture occitane.

    Certaines collections, les plus prestigieuses, sont conservées dans leur intégralité, par exemple la revue Oc, revista de las letras e de la pensada occitanas, créée en 1923 par Ismaël Girard. Depuis 1995, les occitanophones ont aussi leur hebdomadaire, La Setmana, qui traite de l'actualité du monde entier en occitan.

    Une centaine de publications en langue française viennent compléter ce fonds :

    • revues d'érudition publiées dans chacune des régions qui composent l'Occitanie (Revue d'Auvergne, Revue du Rouergue, Provence historique...) ;
    • revues scientifiques indispensables à l'étude de la langue et de la culture occitanes (Revue des langues romanes, Revue de linguistique romane...) ;
    • magazines de vulgarisation destinés à un plus large public (Pays cathare, Pays de Provence. Massif central. Pyrénées magazine...) ;
    • enfin, d'autres langues minoritaires sont aussi représentées à travers quelques publications, comme le corse, le breton, le basque, le catalan.

    Parmi les collections mortes mais dont l'intérêt est toujours actuel, La Cigalo narbouneso (Narbonne, 1911-1948), La Cigalo lengadouciano (Béziers, 19071933), L'Aiôli (Avignon, 18911899), La Campana de Magalouna (Montpellier, 1892-1933), Lou Bouil-abaïsso (Marseille, 18411846) et Dominique/La Cigalo d'or (Nîmes, 1876-1895), dont la collection, assez rare, à été complétée dernièrement.

    La sonothèque et les fonds musicaux

    On trouve dans cette catégorie :

    e L'édition phonographique : disques vinyle, cassettes audio, disques compacts. Des troubadours à la « nouvelle chanson », quelque 1 600 titres sont rassemblés, constituant un patrimoine qui, sans être exhaustif, est certainement unique dans le domaine de la production phonographique occitane. Les plus grands éditeurs occitans y sont largement représentés : Ventadorn, Revolum, Junqué-Oc, Cap e Cap, La Talvera, Recaliu, etc., ainsi que d'autres comme le Chant du monde, Harmonia-Mundi, Ocora...

    Ces enregistrements sont autant de témoignages de la revendication occitane. On y trouve tous les premiers enregistrements de Gui Broglia, Marti, Patric, Beltrame ou Maria Roanet, notamment. Ou encore le premier enregistrement de l'opéra en occitan Daphnis et Alcimadure, du Narbonnais Cassanea de Mondonville (xvine siècle), des enregistrements de musique populaire mise en valeur par Rosina de Peira ou par le groupe Montjôia. Les enfants peuvent consulter des disques et cassettes de chants, comptines ou contes le plus souvent accompagnés d'un livret contenant les textes.

    e Les partitions et recueils de musique : un millier environ, couvrant plusieurs genres. Ce fonds est riche de nombreux noëls languedociens, gascons et surtout provençaux, avec Nicolas Saboly (xviie siècle) ou les Noëls de Notre-Dame des Doms à Avignon. On y trouve également les rééditions de partitions de compositeurs du xviiie siècle comme le Provençal J.-J. Mouret, les Languedociens Étienne Moulinié ou Mondonville, des oeuvres de Déodat de Séverac ou du compositeur moderne Marcèu-Sabin Coq. Sont aussi conservées de nombreuses mélodies sur des poésies en langue d'oc d'écrivains tels que Mistral, Cordes, Estieu, Goudouli, Roumieux, Enric Mouly, Perbosc, Marcel Carrières ou T. Aubanel, des recueils de chansons traditionnelles de toutes les régions d'Occitanie (Joseph Canteloube, Vincent d'Indy, Cyprien Des-pourrins...) et des partitions de Marti, Maria Roanet, Beltrame, La Sauze, Jacmelina...

    aQuelque 300 dossiers de documentation sur des chanteurs et groupes occitans, ou relatifs à des compositeurs d'origine occitane.

    Des ouvrages consacrés au domaine musical occitan.

    L'iconothèque et le multimédia

    Le CIRDOC dispose d'une salle multimédia avec accueil possible de quatre à dix personnes pour la consultation audio, vidéo, cédé-rom, internet et laboratoire de langues, ainsi que d'une salle de conférence pour l'accueil des groupes, équipée d'un écran géant pour projections vidéo et vidéoconférences.

    Le fonds vidéo est composé de quelque 700 titres sur la culture des pays d'oc. Langue, cinéma, documentaires, traditions et folklore : près de 1 000 heures d'enregistrement avec 280 titres en accès public, en occitan et en français principalement.

    Le fonds iconographique est riche de 8 000 images en diapositives ou en photographies, en accès limité. Le fonds présente des sujets très divers : Calandretas, fêtes occitanes, portraits d'artistes et d'écrivains, reproductions de documents. Consultation sur rendez-vous, prêt et reproduction sous réserve de propriété artistique.

    Le fonds multimédia est constitué de deux postes informatiques en libre accès avec connexion internet ou lecture de cédéroms et laboratoire de langues, accessibles sur demande.

    Le fonds d'affiches comporte 3 500 affiches en accès réservé. Plusieurs collections remarquables : collections d'affiches Ventadorn, manifestations du Larzac, affiches anciennes...

    Vignette de l'image.Illustration
    CIRDOC

    Le fonds de cartes postales présente près de 2 000 cartes anciennes et modernes en accès réservé. Intéressante collection de cartes postales anciennes sur les événements viticoles de 1907 en Languedoc-Roussillon.

    Quelles sont ses missions ?

    Outre sa mission fondamentale de conservation du patrimoine occitan et de constitution d'une médiathèque vivante de l'Occitanie, le CIRDOC développe une politique de soutien à la créativité occitane contemporaine dans tous les secteurs de la création artistique. Au service de ces missions sont mises en place des stratégies de diffusion et de reconnaissance de la langue et de la culture occitanes, au niveau national comme au niveau international, afin d'aboutir à une meilleure lisibilité de l'apport historique et contemporain de l'occitanité comme richesse nationale.

    Ces stratégies intègrent évidemment toute la dimension géopolitique du positionnement du CIRDOC. D'abord Béziers, comme élément constitutif, aux côtés de l'antenne universitaire, des Calandretas, de l'Institut supérieur de formation des langues de la République et de l'Institut d'études occitanes, d'un pôle occitan et méditerranéen biterrois. Puis le niveau régional comme instrument d'expertise à la disposition de la Région Languedoc-Roussillon pour l'aide à la définition de ses politiques culturelles. L'espace occitan ensuite, comme outil du dialogue entre ses différentes composantes et comme force de contribution à la construction d'un espace cohérent. L'au-delà de l'Occitanie enfin, l'espace national au premier chef mais aussi l'Europe en général.

    Quels sont ses moyens ?

    • * Un bâtiment moderne et fonctionnel, vitrine contemporaine d'une Occitanie fière d'elle-même.
    • Une équipe de dix personnes (gestionnaires, documentalistes et animateurs spécialisés) en voie de renforcement.
    • * Un Conseil consultatif d'orientation composé d'une trentaine de membres, experts et hommes de terrain, représentatifs de tous les horizons de l'Occitanie.
    • * La recherche systématique de partenaires institutionnels (nouveaux adhérents du syndicat mixte) ou de partenariats sur projet.